« Voltaire, un bel exemple d’uchronie ! » [Version finale]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 1er septembre 2012

 

Courriel :

aaa.bbbb@hotmail.fr

 

Objet :

« Voltaire, un bel exemple d’uchronie ! »

 

Le Monde

80, bd Auguste Blanqui

75707 Paris Cedex 13

Fax : 01 57 28 21 21

 

[A l'attention toute particulière de Roger-Pol Droit, chroniqueur philosophique du Monde, ainsi qu’à celle de Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, repreneurs du quotidien, de la Direction générale et du Comité de rédaction]

                                                                      

« Qui ne gueule pas la vérité dans un langage brutal quand il sait la vérité se fait le complice des menteurs et des faussaires. » [Charles Péguy, Tempête sur l’Église de Robert Senon]

 

« Le cri de joie spinoziste est un cri de guerre contre les superstitions. » [Balthasar Thomass, Spinoza, le maître de liberté]

 

« Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire; c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains, aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. » [Jean Jaurès, Discours à la jeunesse, 1903]

 

Monsieur,

 

Avant de commenter point par point votre article publié dans le numéro 2081 de l’hebdomadaire Le Point sous l’intitulé, La face cachée de Voltaire, je me dois au préalable de vous faire part de l’abondante correspondance adressée en vain au quotidien Le Monde entre le 24 février 1997 et le 3 juin dernier, notamment à Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel et Ignacio Ramonet, en leur temps, ainsi qu’aux actuels repreneurs du Monde, aux dirigeants et journalistes.

 

Pour votre information, je précise que ce courrier avait constamment pour but essentiel de dénoncer les mensonges et les « croyances au miracle » de notre monde humain, tels que colportés sans cesse au fil des siècles et des millénaires   sur fondement de penser superstitieux, y compris par les faiseurs d’opinion d’aujourd’hui, tous milieux confondus, à savoir médias de toutes tendances, politiciens de tous bords, intelligentsia (prétendus intellectuels ou pseudo-philosophes) et associations "droits-de-l'hommiste" moralisatrices à sens unique.

 

Le Monde ne peut pas prétendre l’ignorer, car tout ceci était déjà amplement développé dans mes lettres des 15 janvier et 30 avril derniers, qui avaient respectivement pour objet, Le Monde, J'ACCUSE (énième !) : « François Hollande, un président "normal" ? ! », et, Le Monde, J'ACCUSE (énième+1!), « Complicité de lâcheté, malhonnêteté et débilité intellectuelles avec un éventuel président normal ! », sans oublier celle du 3 juin informant de ma lettre au Parti socialiste sous l’intitulé, P S, J’ACCUSE : « Après la présidentielle, les "mensonges" continuent ! ».

 

Toutefois, malgré d’aussi graves accusations sans ambiguïté, démonstration à l’appui, ces lettres attendent toujours une éventuelle réponse contraire du Monde, intellectuellement et philosophiquement argumentée. C’est pourquoi, à défaut jusqu’ici, votre obstination dans le silence et le refus de débattre, déjà confirmée en son temps par la honteuse capitulation de votre quotidien, en forme de fin de non-recevoir du 26 janvier 2004, m’autorise à dénoncer, une fois de plus, la lâcheté et la malhonnêteté intellectuelles du Monde, telles qu’exprimées par la conclusion ci-après de ma toute dernière lettre, dans laquelle j’avais écrit :

 

« Sans attendre un éventuel sursaut intellectuellement courageux de votre part, dont vous semblez bien à jamais incapable face à LA Vérité, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines, sauf à vous-mêmes ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire. »

 

Aussi, après le « casse du siècle » de l’élection présidentielle 2012, dû en partie à votre silence complice favorisant le candidat socialiste, je ne peux manquer de souligner la responsabilité intellectuelle, morale et professionnelle du Monde dans cette main-basse sur l’État. Votre quotidien était en effet informé de la teneur de la correspondance adressée vainement au candidat Hollande durant les derniers mois précédant le scrutin, preuves matérielles d’envoi à l’appui, afin de dénoncer ses mensonges et ses « croyances au miracle », ainsi que du défi lancé à son intention de confronter en justice sa vérité et la mienne, puisqu’il n’a eu de cesse de prospérer durant plus de dix ans, sur ses mensonges et la tromperie de l’opinion, comme toute cette correspondance à votre disposition en apporte la preuve.

 

C’est pourquoi je me dois de préciser, une fois de plus, que le penser superstitieux sur lequel il a prospéré pendant plus de dix ans, très précisément depuis le 6 octobre 2000, comme je peux en fournir la preuve écrite, consiste à « absolutiser le relatif », autrement dit à faire passer fictivement, donc mensongèrement, pour LA VÉRITÉ, ou réalité éternelle absolue, le contenu seulement relatif pensé par notre entendement pratique dans et sur (à propos de) notre monde.

 

Ce faux-penser, ou penser du relatif, se manifeste dans la religion, toutes les religions sans exception (monothéistes ou non), dans la métaphysique, tant matérialiste qu’idéaliste, dans l‘idéologie, toutes idéologies confondues (altermondialisme inclus), et dans le moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des Autres, au nom de LA Morale : LAQUELLE ? !], tous catéchismes réunis, y compris le catéchisme soi-disant universel contemporain, ou Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, dont seule l’inobservation est réellement universelle.

 

A son sujet, il ne vous est évidemment pas interdit ainsi qu’à quiconque de démontrer le contraire, à l’aune du devenir du monde depuis sa promulgation par seulement une poignée d’États de la planète, absolutisant fictivement le relatif au prix de quelques contradictions manifestesillustrées par ce propos surréaliste de Jean-Louis Bianco, alors directeur de campagne de Ségolène Royal, déclarant sur RMC : « On a le droit de tout dire, mais il y a des limites. » [SIC !]

 

J’en viens à votre article publié dans Le Point pour dénoncer une autre forme de faux-penser, à savoir l’uchronie sur laquelle il se fonde. Ce procédé intellectuellement et philosophiquement malhonnête consiste en effet à refaire en pensée l’Histoire, telle qu’elle aurait pu être et qu’elle n’a pas été, ce qui autorise les « vertueux » de l’époque à juger et à condamner moralement le passé avec notre mentalité droit-de-l’hommiste d’aujourd’hui, ainsi qu’il en va de votre condamnation moralisatrice de Voltaire, mais aussi de celles de l’État français et de la France, respectivement par Jacques Chirac et François Hollande.

En réalité, tous les jugements uchroniques sur fondement moralisateur, et donc aussi le vôtre, appellent à la rescousse rien moins que l’Idéal, un Idéal pourtant à jamais inconnaissable "en soi" pour nous humains. Ceci n'empêche pas pour autant les faiseurs d'opinion d'aujourd'hui de décréter publiquement ce qui est pour eux le Bien et le Mal absolus, autrement dit l'Idéal d'un Bien et d'un Mal, dont ils ne peuvent forcément rien savoir, mais qui est source d'infinies contradictions entre censeurs autoproclamés de tous bords, notamment de différentes ethnies et opinions, prêchant seulement pour leurs intérêts égoïstes bien compris, à titre individuel ou collectif.

Or, pour clouer définitivement le bec à tous ces « vertueux » croyant superstitieusement en la réalité d’un Bien et d’un Mal absolus, et sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, il me suffit de renvoyer tous ces censeurs autoproclamés à ce jugement imparable de Spinoza en la matière :

« Nous ne désirons pas une chose, parce qu’elle est bonne (absolument bonne ou bonne "en soi"), c’est parce que nous la désirons que nous la jugeons bonne. »

Quant à son succédané, à savoir le catéchisme prétendument universel, ou Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, il est, non seulement censé pouvoir transposer l'Idéal dans la réalité quotidienne, mais il est surtout utilisé à des fins partisanes pour juger un passé révolu de plusieurs décennies (cf. seconde guerre mondiale), voire de plusieurs siècles, comme il en va de Voltaire, pour vous, de la colonisation et de l’esclavage, alors que cette Déclaration est postérieure aux faits moralement condamnés aujourd’hui en son nom, ce qui établit le fondement uchronique de vos condamnations moralisatrices intéressées.

A ce propos, je tiens également à votre disposition ma lettre du 18 courant à l’attention des caciques du Parti socialiste (Président de la République, Premier ministre, ministres et autres destinataires de mon courrier antérieur) sur les jugements d'un passé révolu, qui avait comme objet, François Hollande, pour mémoire : « Antisémitisme, colonisation, esclavage, etc., la France a bon dos ! », dont j’attendrai encore sûrement longtemps la réponse.

Après ce long et nécessaire préambule, vous comprendrez d’autant mieux l'appréciation contraire que je porte sur votre article condamnant moralement Voltaire pour racisme, misogynie, homophobie, judéophobie et islamophobie, tout en le jugeant dans un contexte complétement différent avec notre mentalité droit-de-l’hommiste d’aujourd’hui – et ce, en toute hypocrisie ignorante de la réalité de notre nature humaine égoïste !

Vous-même êtes d’ailleurs conduit à dire de Voltaire : « Il aime l’argent et la gloire », en méconnaissant de la sorte que notre égoïsme humain, auquel personne n’échappe - ni vous ni moi et pas davantage les sept milliards d’humains d’aujourd’hui (inconscients et hypocrites inclus) -, se caractérise précisément par la triade, amour, argent et gloire, en quoi consiste réellement l’unité du genre humain, malgré des différences extérieures bien visibles qui font dire à Voltaire :

« Il n’est permis qu’à un aveugle de douter que les Blancs, les Nègres, les albinos, les Hottentots, les Chinois, les Américains ne soient des races entièrement différentes. »

En dépit d’une différence extérieure toujours observable, vous n’en condamnez pas moins Voltaire au nom du politiquement correct de notre époque, où d’aucuns sortent leur revolver lorsqu’ils entendent le mot « race », ce qui permet à certains, prétendument antiracistes, de se faire passer pour les bons, les gentils, les « vertueux », en dépit de faits contradictoires, observables ici et ailleurs sur la planète, dont les médias se font l’écho quasi-quotidiennement. C’est particulièrement le cas entre juifs et musulmans, des voisins incapables de s’entendre plus de soixante ans après la promulgation dudit catéchisme et en dépit de leurs propres catéchismes religieux qui prescrivent d’aimer son prochain – vous avez dit « racisme » ? ! OUI, comme on peut en juger en France même, où se produisent des actes antisémites de la part de musulmans, notamment ceux gravissimes de Mohamed Merah.

Pour illustrer le sexisme de Voltaire, que vous dénoncez en le qualifiant de flagrant délit de misogynie pure et dure malgré son souci de préciser « en général », lorsqu’il parle des femmes, vous citez l’extrait suivant du « Dictionnaire philosophique », dans lequel il parle ainsi de la femme en général :

« En général, elle est bien moins forte que l’homme, moins grande, moins capable de longs travaux ; son sang est aqueux, sa chair moins compacte, ses cheveux sont plus longs, ses membres plus arrondis, les bras moins musculeux, la bouche plus petite, etc. Ces caractères distinguent les femmes dans toute la terre, chez toutes les espèces, depuis la Laponie jusqu’à la côte de Guinée, en Amérique comme en Chine. »

Outre que cela corresponde à une réalité généralement observable - sauf à vous-même, évidemment d’établir le contraire -, il n’y a vraiment pas là de quoi fouetter un chat, tout au moins au vu des propos suivants rapportés par Michel Onfray dans l’émission de France Culture du 23 dernier, Contre-histoire de la philosophie, sur le thème, Déconstruction du deuxième sexe, Phénoménologie de la condition féminine.

Accrochez-vous bien, car Onfray énumère la longue liste des épithètes dus à Simone de Beauvoir, la féministe bien connue, mais parlant ainsi des femmes en général dans un article intitulé, Situation et caractère des femmes :

« Les femmes sont prudentes, mesquines, en retard, immorales, utilitaristes, menteuses, comédiennes, intéressées, conservatrices, communautaristes, réactionnaires, naïves, obéissantes, respectueuses, capricieuses, irrationnelles, religieuses, contradictoires, soumises, confuses, négatives, résignées, médiocres, petites, timides, paresseuses, frivoles, serviles, indolentes, bavardes, écrivassières, narcissiques, égoïstes, vaniteuses, susceptibles, méchantes, plaintives, manichéennes, odieuses, étourdies, dépensières… » - vous avez dit "misogynie" ? !

Il est assurément difficile de mieux faire, ou de faire pire, en matière de généralisation abusive, donc de discrimination. A ce propos, je me dois de souligner que la généralisation est un phénomène résultant de la constitution de notre cerveau, qui y est porté naturellement, faute de pouvoir se représenter autant d’images différentes qu’il y a de cas particuliers réels, et c’est pourquoi je doute fort que les jeteurs d’anathèmes se dispensent aussi de généraliser, lorsqu’ils parlent respectivement des juifs et des musulmans.

Avant de terminer par vos autres griefs envers Voltaire, homophobie, judéophobie et islamophobie, comme vous lui avez fait aussi le reproche d’aimer la raison, outre l’argent et la gloire, je ne peux manquer de réagir très vivement sur un plan philosophique. En effet, reprocher à un philosophe d’aimer la raison, c’est le réduire au rang de ces métaphysiciens matérialistes et idéalistes, qui se soucient de la raison comme d’une guigne avec leurs élucubrations antiphilosophiques pour expliquer un éventuel commencement de notre monde – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, mais nous reparlerons d’éternité, dès lors que vous y serez disposé !

Pour réfuter votre accusation d’islamophobie envers Voltaire, je vais encore avoir recours à Spinoza, mais je vais dénoncer auparavant la confusion actuelle des censeurs d’aujourd’hui, qui confondent la légitime critique de la religion dans une république laïque, fut-ce l’islam, avec des attaques ad hominem contre leurs fidèles. Or c’est pourtant là-dessus que prospèrent, depuis 1981, la gauche en général et le parti socialiste en particulier, comme vient de le confirmer l’élection de François Hollande, due pour une bonne part à la sempiternelle accusation de stigmatisation de l’islam, sans jamais avoir pour autant l’honnêteté et le courage intellectuels d’en débattre sur le fond (cf. penser superstitieux en matière de religion).

Sans entrer ici dans le détail des problèmes du monde, directement liés à l’islam aujourd’hui sur les continents asiatique et africain notamment, Spinoza avait déjà dénoncé sans ambiguïté la superstition musulmane dans sa lettre à Albert Burgh (cf. Correspondance de Spinoza, lettre LXXVI), dont je cite le passage suivant, où Spinoza écrit :

« Je reconnais tout l’avantage de l’ordre politique qu’instaure l’Église romaine et que vous louez tant ; je n’en connaîtrais pas de plus apte à duper la foule et à dominer les âmes, s’il n’existait l’Église musulmane qui, de ce point de vue, l’emporte de loin sur toutes les autres ; depuis l’origine de cette superstition, aucun schisme en effet ne s’est déclaré dans cette Église. »

Il ne vous sera pas interdit, évidemment, d’opposer votre jugement contraire sur le fond, à savoir sur le dogme religieux et sur les pratiques toujours actuelles de l'islam (charia, fatwa, djihad, lapidation, amputation, pendaison d’homosexuels, massacres de chrétiens, voire entre chiites et sunnites, etc.). Comme un "vrai" philosophe ne saurait voler au secours de la superstition religieuse, fut-ce l’islam, ceci suffit à établir que notre époque obscurantiste ne connait aucun véritable philosophe, comme j’ai pu en juger par le silence et le refus de débattre de nos "philosopheurs" contemporains, André Comte-Sponville, André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy et Michel Onfray notamment, dont j'attends toujours l'argumentation contraire depuis des années. C'est pourquoi je passe sous silence votre couplet sur Mahomet, l’irréprochable prophète, même s'il est très utile aux spadassins, dont vous parlez, pour réduire LA Vérité au silence, ce dont encore un "vrai" philosophe ne saurait se réjouir.

Sur cette épineuse question, je ne me rappelle pas vous avoir entendu dénoncer feu Mouloud Aounit, en son temps, lorsqu’il envisageait d’instituer officiellement comme au Pakistan un « délit de blasphème » dans notre république dite laïque, mais déjà devenue terre d’islam depuis 1981 – sauf à vous-même et aux intéressés mis en exergue ici de répondre à ma lettre du 15 janvier dernier, où je leur posai précisément la question suivante, à propos des musulmans : « Combien étaient-ils, en France, en 1981, et combien seront-ils dans trente ans ? »

Toutefois, pour prévenir les conséquences possibles de votre éventuelle condamnation moralisatrice pour islamophobie, car je vous connais bien vous les "vertueux", donneurs de leçons de morale aux Autres, je reproduis ci-après un extrait de mes lettres du 15 juillet 2010 au Parti socialiste et du 3 janvier 2011 au MRAP avec pour objet respectif,  PS, J’ACCUSE : « Un pays de merde, dans un monde de TARÉS ! », et, « MRAP : « J’ACCUSE ! », qui se terminaient ainsi :

 « En conclusion, s’il vous venait à l’esprit l’idée saugrenue de me traduire en justice pour "islamophobie", en confondant la légitime critique d’idées dans une république laïque, fussent-elles des dogmes religieux, avec des attaques personnelles contre les musulmans, et pour « racisme », en faisant l’amalgame entre musulmans et Arabes, alors qu’il n’y a pas de « race musulmane », et que des centaines de millions de musulmans à travers le monde ne sont pas Arabes, je préfère vous prévenir que, trivialement parlant, vous prendriez assurément un bock comme jamais auparavant, ainsi que je l’ai également fait savoir à Nicolas Sarkozy par envoi recommandé avec accusé de réception, dont le récépissé postal daté du 8 mars 2010 tient lieu jusqu’ici d’argumentation contraire, sans être encore à ce jour convoqué en justice. » [Fin de citation]

 

Je termine par votre passage sur l'homophobie, au nom de laquelle vous condamnez Voltaire en le jugeant sur fondement uchronique, c'est-à-dire en appliquant le catéchisme universel contemporain à des jugements d'une époque révolue de plusieurs siècles, même si cette orientation sexuelle est toujours d'actualité.

Contrairement à vous-même, toutefois, je ne porte aucun jugement moral, a fortiori de condamnations moralisatrices sur cette pratique sexuelle, ce qui me m'empêche pas de réagir, lorsque vous vous offusquez de l'expression "contre nature" utilisée par Voltaire.

Pour en juger valablement, et estimer si elle est ou non contre nature, demandez-vous seulement, si vous seriez de ce monde dans l'hypothèse où cette pratique aurait été adoptée par la quasi-totalité des humains depuis l'époque de la Grèce antique, quand n'existait pas encore la fécondation in vitro de notre époque dite moderne. Nous serions assurément bien loin des sept milliards d'humains d'aujourd'hui, mais ne nous en porterions pas forcément plus mal, à en juger par le devenir chaotique et dangereux de notre monde.

En conclusion, pour étayer les arguments trop sommairement exposés dans ce courrier, j’y joins mon texte fondateur, VÉRITÉ éternelle absolue versus mensonges et lâcheté des élites du XXIe siècle, qui devrait largement suffire pour donner lieu à votre éventuelle argumentation contraire, intellectuellement et philosophiquement étayée sur des points très précis de désaccord – sauf à vous récuser, évidemment,   le statut de philosophe.

 

Dans l’éventualité, où vous prendriez part au seul et unique véritable débat d’idées qui vaille, précisé dans le document annexé, je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Monsieur, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines, sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire.

 

Annexe : VÉRITÉ éternelle absolue versus mensonges et lâcheté des "élites" du XXIe siècle

 

 

Publié dans COURRIER "Médias"

Commenter cet article