VÉRITÉ éternelle absolue versus mensonges et lâcheté des élites du XXIe siècle [FIN]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

[SUITE III]

 

C'est pourtant en vertu de ce dualisme que les soi-disant élites nommément dénoncées participent sciemment à la tromperie généralisée de l'opinion, malgré les nombreuses mises en garde contre l'« absolutisation du relatif », ce péché capital de notre entendement humain, à l'origine de tous les mensonges du monde - en effet, si « deux » vérités absolues coexistaient absolument, aucune des deux ne saurait être LA Vérité absolument absolue !

 

Tous ceux que je dénonce sont pourtant très lucides et apparemment à comprendre ce discours de Vérité, mais ils n’en persistent pas moins dans leur escroquerie intellectuelle, dans la mystification, malgré le courrier adressé nommément pour les inviter à débattre et à renoncer éventuellement à leurs dogmes de toutes sortes, et c’est ainsi qu’ils peuvent continuer à propager leur « prêt à penser » superstitieux pour tromper sciemment l'opinion. Ils ont seulement raison, en effet, parce qu’ils refusent le véritable débat d’idées, et qu’ils ont peur d’affronter leurs détracteurs.

 

Le véritable débat d’idées ne consiste pas à opposer, à l’infini, des points de vue relatifs partisans à d’autres tout aussi relatifs et partisans, mais à les confronter, TOUS sans exception, à LA Vérité éternelle absolue, laquelle suffit à tous les invalider dans leur prétention à dire l’Absolu ou à parler au nom de l’Idéal. Alors, que tous ces faiseurs d’opinion publique montrent, voire démontrent, que leurs dogmes religieux, métaphysiques, idéologiques, moralistes, voire moralisateurs, ont une quelconque réalité absolue !

 

Sur le plan de la superstition idéologique, en particulier, leur commune impossibilité absolue de relever le défi que je lance à tous les penseurs, « politiques » et autres du monde entier, à propos de leur « croyance au miracle » de l’avènement d’un monde « parfait » avec des humains « imparfaits », est la preuve incontestable qu’ils trompent l’opinion !

 

Quoique dûment prévenus de ne jamais pouvoir transposer l’idéal dans la réalité quotidienne, ils sont contraints par leurs intérêts égoïstes les plus divers à le faire croire, mais ils demeurent incapables de s’élever au-dessus de leurs prises de position partisanes et d'aller au-delà de toutes les opinions relatives de l’époque pour se libérer de leur penser superstitieux anthropomorphe.

 

De plus, en raison de leur superstitieuse croyance en un Bien et un Mal prétendument absolus, tous ces « donneurs de leçons de morale » à la planète entière prennent un malin plaisir intéressé à faire culpabiliser les Autres.

 

QUI ou QUOI a investi en juges suprêmes sur Terre tous ces « censeurs autoproclamés », chiens ou chiennes de garde du moralisme, et autres gendarmes de la pensée unique « politiquement correcte », néanmoins mensongère avec son Bien et son Mal prétendument absolus et sa division artificielle des humains en bons et en méchants, tellement pratiques, voire juteux, pour condamner moralement les Autres ?

 

Dans leurs condamnations moralisatrices à sens unique se prennent-ils donc réellement pour le Dieu superstitieux de la religion et du spiritualisme kantien, par ailleurs beaucoup plus indulgent qu’eux, puisque n’attendant rien de son supposé « Jugement dernier », alors que les « vertueux moralisateurs » de l’époque, et de toutes les époques, en attendent des retombées « juteuses », à maints égards, financièrement et électoralement en particulier ?

 

Pour cela, ils vont même aujourd’hui jusqu’à faire culpabiliser les Autres en volant au secours d’une religion, dont Spinoza déclarait déjà - en raciste bien connu ! -, il y a plus de trois siècles :

 

« Je reconnais tout l’avantage de l’ordre politique qu’instaure l’Église romaine et que vous louez tant ; je n’en connaitrais pas de plus apte à duper la foule et à dominer les âmes s’il n’existait l’Église musulmane qui, de ce point de vue, l’emporte de loin sur toutes les autres ; depuis l’origine de cette superstition, aucun schisme en effet ne s’est déclaré dans cette Église. » [Spinoza, Correspondance, Lettre LXXVI à Albert Burgh]

 

Pourtant tous ces censeurs autoproclamés, donneurs de leçons de morale aux Autres, n’ont-ils jamais menti, triché, fraudé, magouillé, manqué à leur parole, voire volé – fut-ce un seul franc ou euro à l’Etat ! -, calomnié, trahi, discriminé – ne serait-ce qu’en parole, à l’exemple des vertueux Jacques Chirac et Lionel Jospin en leur temps ! -, etc., etc. ?

 

En vérité, TOUS humains confondus, Blancs, Noirs, Jaunes, Rouges, Arabes, Juifs et autres races, chrétiens, musulmans, juifs, athées, vieux ou jeunes, hommes ou femmes, hétérosexuels ou homosexuels, citoyens de droite ou de gauche, riches ou pauvres, beaux ou laids, valides ou non, bien-portants ou malades, etc., face à l’Idéal, nous sommes TOUS coupables, coupables de crime de lèse-Idéal – surtout en matière de Vérité, précisément !

 

RIEN ne légitime donc leurs condamnations moralisatrices des « Autres » au nom de LA Morale, puisqu’il n’y a pas, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais d’individus ni de groupes d’individus, TOUS critères d’appartenance confondus, réellement « IRRÉPROCHABLES » !  « IL » nous l’avait pourtant  clairement dit, voilà bientôt deux mille ans, mais leurs intérêts égoïstes continuent à étouffer sa Parole de Vérité !

 

La Vérité éternelle absolue se trouve au-delà de notre relativité humaine et de l’infinité des relativités infinies. Elle traverse les millénaires ainsi que les multiples cultures et civilisations, en faisant fi de notre anthropomorphisme, notre manière relative spécifique humaine de saisir le Un absolu ou Substance de Spinoza : CE QUI EST de toute éternité ! Mais, c'est tellement bénéfique pour les « menteurs » et autres censeurs de jouer les marchands de rêve au lieu d’éclairer l’opinion pour la conduire vers l’idée mystico-philosophique ultime du penser spirituel ou penser de l'Esprit « véritable » qui n’est pas le Saint-Esprit !

 

ILS ONT PEUR DE LA VÉRITÉ ABSOLUE ! ILS ONT PEUR DU VÉRITABLE DÉBAT D’IDÉES ! ILS SONT NOS PHARISIENS ET NOS MARCHANDS DU TEMPLE CONTEMPORAINS !

 

Cependant l’Histoire et l’actualité du monde montrent que LA Vérité éternelle absolue finit toujours par rattraper les vendeurs d’illusions de toutes sortes, comme Marx en a apporté la preuve post-mortem… et tant d’autres de leur vivant !

 

Comme en témoigne ma correspondance, ma seule démarche a toujours été de mettre ces menteurs par procuration face à leur immense responsabilité en raison de leur grande influence sur l’opinion. Toutefois, à ce jour, aucun n’a eu le courage intellectuel de s’engager dans le seul et unique « véritable » débat d'idées, dont je rappelle qu’il ne consiste pas à opposer « à l’infini » - sans jamais connaître d' « arrêt » ! - des points de vue « relatifs partisans » à d’autres tout aussi relatifs et partisans, mais à les confronter, TOUS sans exception, à La Vérité éternelle absolue qui suffit à tous les invalider définitivement dans leur prétention à dire l’absolu.

 

ELLE seule, en effet, est en mesure de mettre un terme définitif, un arrêt indépassable à notre penser « relatif », à notre penser du monde humain « relatif », ainsi qu’à toute contradiction ou incohérence, source de toutes les pratiques du « deux poids, deux mesures ». Le « Vrai », en effet, peut-il être absolument vrai, dès lors qu’il comporte une seule contradiction, ou lorsqu’une vérité relative s’oppose à une autre ?

 

C‘est pourquoi le silence et le refus de débattre des « élites » du monde de l’information, de la politique, de l’intelligentsia et des associations « droits-de-l’hommiste » m’autorisent à dénoncer leur lâcheté intellectuelle, la « lâcheté des élites », ces soi-disant « élites » qui affirment mensongèrement, du haut de leur « principe d’autorité » sans réel fondement, hormis l’assise superstitieuse de prétendus intellectuels et de pseudo-philosophes servant aux « dominants » à légitimer leur « pouvoir » religieux, politique, moralisateur, scientifique, médical, etc., conforté aujourd’hui par les puissances médiatico- financières qui « font l’opinion ».

 

Tout le courrier mentionné précisant ce qu’il faut entendre par « mensonges du monde » est à la disposition de quiconque - JUSTICE incluse ! Le fil conducteur de cette correspondance est un hommage et un témoignage de reconnaissance au philosophe juif allemand, Constantin Brunner (1862-1937), héritier spirituel de Socrate, Platon, Giordano Bruno, Spinoza et du Christ, entre autres.

 

L’œuvre entière de Brunner atteste sa lutte incessante contre la Superstition, qu’il a combattue par une présentation créatrice originale de LA VÉRITÉ éternelle absolue, dont les menteurs ne veulent pas entendre parler - et a fortiori débattre ! -, car elle est trop préjudiciable à leurs intérêts égoïstes de toutes sortes.

 

Ceci suffit à faire l'unanimité contre elle et à expliquer pourquoi sa voix est  bâillonnée aujourd'hui comme hier, et le sera encore demain, ainsi que la conspiration du silence, illustrée par ce large éventail des prétendues « élites » de l’époque, en annonce l’augure.

 

Forcément, plus ces « vertueux » faiseurs d’opinion accepteraient de débattre, plus ils seraient contraints de reconnaître leurs « mensonges »  ! ! !

 

Modifié le 2 juillet 2012  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans TEXTES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article