« Une honte pour la France ? ! Et pour LA Vérité, alors ! ! ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 30 novembre 2009

Objet : 

« Une honte pour la France ? ! Et pour LA Vérité, alors ! ! ! »

 

 Madame Martine Aubry

 Parti socialiste

 10, rue de Solferino

 75007 PARIS

 Fax : 01 45 56 78 74

 

[A l’attention d’Arnaud Montebourg, Bertrand Delanoë, Dominique Strauss-Kahn, Elisabeth Guigou, François Hollande, Henri Emmanuelli, Jack Lang, Jean Glavany, Jean-Marc Ayrault, Jean-Pierre Chevènement, Julien Dray, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Malek Boutih, Manuel Valls, Michel Sapin, Olivier Duhamel, Robert Badinter, Ségolène Royal et Vincent Peillon]

 

Madame,

 

Je ne peux laisser passer sans réagir très vivement votre déclaration du 22 novembre accusant Nicolas Sarkozy, devant un parterre de jeunes socialistes réunis en congrès à Grenoble, de faire « honte à la France en voulant opposer identité nationale et immigration ».

 

Toutefois, avant d’exposer pour la énième fois une argumentation déjà avancée nommément dans le courrier adressé aux caciques socialistes mis en exergue ici,  je déclare tout de go : « Ce qui est une honte pour la France – et pour la planète entière ! -, c’est de continuer à colporter sciemment les mensonges et les « croyances au miracle » du monde sans même avoir l’honnêteté ni le courage intellectuel d’affronter LA Vérité éternelle absolue, et de fonder seulement sur des fictions vos condamnations moralisatrices partisanes, ainsi que déjà établi maintes fois.»

 

J’en veux pour preuve les dizaines de lettres toujours sans réponse sur le fond à ce jour, mais encore à votre disposition, adressées en vain depuis 1997, tant au Parti socialiste et à ses leaders qu’à ses soutiens les plus avérés, parmi lesquels France Culture, Le Monde et Bernard-Henri Lévy en particulier. Mais il me suffit de me référer à mes lettres les plus récentes visant à attirer votre attention sur les mensonges et les « croyances au miracle » scientistes du jour - et de toujours ! -, à savoir ma lettre faxée le 15 courant, dont l’objet s’intitulait sans ambiguïté, CLIMAT : « Assez de mensonges, de manipulation, de lâcheté et de "débilité intellectuelle" ! », laquelle entendait vous rappeler le courrier du 14 septembre avec pour objet, « Pour information », puisque sans réponse également.

 

Pour mémoire, je rappelle que mon courrier du 15 novembre comprenait en annexe ma lettre du 9 à Barack Obama, accompagnée de celle adressée au GIEC en envoi recommandé avec accusé de réception le 2 courant, et portant en objet, « I ACCUSE: Enough lies and manipulation of the world’s opinion ! ». Ce même courrier a été communiqué depuis lors à Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, et à José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, dont les réponses se font également toujours attendre, de sorte que la Conférence de Copenhague sera bel et bien le bal de tous les menteurs de la planète - sauf à chacun d’entre eux et à vous-même, évidemment, de démontrer la fausseté de mes arguments sur des points très précis de désaccord, puisque  l’intégralité de cette correspondance est à la disposition de tous. Nicolas Sarkozy en a été également informé par ma lettre du 12 novembre, mais seul le récépissé postal tient lieu à ce jour d’argumentation contraire - et pour cause !


En conséquence, face au silence généralisé des puissants du monde déjà contactés, je peux continuer d’affirmer jusqu’à preuve du contraire, comme je l’écrivais au quotidien Le Monde, il y a bien longtemps : « Le monde ment et Le Monde colporte les mensonges du monde ! »

 

C’était bien avant sa fin de non recevoir officielle du 26 janvier 2004, par laquelle Le Monde a jeté l’éponge devant moi sans avoir pour autant établi jusque-là la fausseté de mon argumentation sur un seul des points avancés pour dénoncer la Superstition dans ses divers modes d’expression : religion, toutes les religions sans exception, monothéistes ou non, métaphysique, tant le matérialisme, depuis Aristote jusqu’au scientisme contemporain, positivistes inclus, que l’idéalisme, ou spiritualisme, des Descartes, Kant et autres « philosopheurs », idéologie, toutes les idéologies sans exception, altermondialisme compris,  et moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des Autres au nom de LA Morale : LAQUELLE ? !], tous catéchismes réunis (religieux, idéologiques, etc.), fut-ce le catéchisme soi-disant universel contemporain, ou Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, dont seule l’inobservation est véritablement universelle - sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire à l’aune du devenir du monde depuis sa promulgation « au rabais », car votée par 48 États seulement sur les 190 que compte aujourd’hui la planète ! Vous avez dit « universel » ? !

 

N’attendez pas cependant que je reprenne ici l’intégralité de l’argumentation avancée dans plus de cinq cents lettres à plus d’une centaine de soi-disant « élites », y compris mondiales désormais, comme vous pourrez en juger d’après le texte annexé, Mensonges et lâcheté des élites. Il ne vous est pas interdit de le contester sur le fond au moyen d’arguments intellectuellement et philosophiquement étayés, à défaut de quoi vous manifesteriez, une fois de plus, votre intention délibérée de continuer à colporter les mensonges et les « croyances au miracle » du monde, donc à tromper et à manipuler l’opinion - pas de quoi, en conséquence, vous poser en donneuse de leçons aux Autres sur de telles bases !

Toutefois, s’il vous arrivait de m’ajouter à cette catégorie de « faux-culs », en confondant critique des idées et critique morale, ma réponse serait celle de Brunner, que j’ai maintes fois évoqué pour avoir dénoncé sans relâche la Superstition sous toutes ses formes : « Je n’exerce que la critique des idées fausses, pas la critique morale ! »

 

A fortiori je n’entre pas ici dans les détails, car ils seraient autant de preuves de la manifestation de notre égoïsme humain, auquel personne n’échappe (ni vous ni moi, et pas davantage tous les hypocrites et tous les inconscients) dans ses affaires d’amour, quel qu’en soit l’objet (personnes, animaux et biens les plus divers), de possession, d’où l’importance de l’argent comme instrument d’échange, et de gloire, ou honneur-vanité, à travers la quête de titres, de distinctions et de médailles de toutes sortes.

 

Bien entendu, s’il vous arrivait de contester que notre égoïsme inné n’est pas l’apanage des six milliards et quelques humains d’aujourd’hui - et de tous ceux de demain jusqu’à la fin des temps ! -, il vous resterait également à démontrer le contraire. D’ici-là, vous continuerez donc à vous comporter en égoïste arcboutée sur l’Idéal, lequel n’est pourtant rien d’autre que votre conception personnelle à géométrie variable de l’Idéal, mais pas véritablement l’ « Idéal en soi », puisque,  à jamais, inconnaissable pour nous les humains !!!


Vous avez dit « mensonges » ? ! OUI, je persiste et je signe sans chicaner sur les termes, car on peut aussi baptiser autrement la pratique consistant à faire passer du plomb pour de l’or - un Idéal fictif pour l'Idéal ou Absolu « en soi » ! ! ! Et c’est pourtant sur cet Idéal « en toc » que se fondent vos fallacieuses promesses de liberté idéale et d’égalité absolue, ou d’ « ordre juste », sur Terre, dans un monde où tout est relatif et rien n’est absolu – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, d’établir le contraire !

 

Mais vous avez peur de LA Vérité éternelle absolue, celle qui est en mesure d’invalider toutes les opinions relatives partisanes, pensées dans et sur (à propos de) notre monde, puisque seuls comptent vos intérêts égoïstes de toutes sortes, individuels et collectifs, sinon, je vous mets au défi d’organiser un débat sur les différents modes d’expression de la Superstition, et donc sur le penser superstitieux lui-même.

 

D’ici-là, vous continuerez de faire croire en votre pouvoir de transposer l’Idéal (le vôtre !) dans le quotidien, donc à tromper et à manipuler l’opinion, comme il en va aujourd’hui sur la question controversée de l’islam, source de nombre des problèmes du monde, puisque personne n’a le courage, intellectuel ou autre, de dénoncer la religion, et toutes ses composantes, comme étant l’un des modes d’expression du penser superstitieux. Or, précisément, comme le dit Brunner, et ainsi que le confirme la marche du monde en ce XXIème siècle : « Ce que nous pensons mal (c’est-à-dire faussement, de façon partisane), nous le vivons mal ! »

 

Si je parle d’égoïsme en général, et de vos intérêts égoïstes en particulier, c’est parce que ce même égoïsme commun à tous conduit à des mensonges intéressés, à des comportements sectaires et à des pratiques frauduleuses, dont les exemples sont légion. Ce fut le cas lors du vote au Parlement de l’amendement du député Christian Kert sur la période coloniale, où les « vertueux » de l’époque soutinrent, au mépris de LA Vérité, qu’une quelconque chose humaine, période coloniale ou non, pourrait comporter « exclusivement » du « contre », du négatif, des inconvénients, alors que dans notre monde relatif, à commencer par son existence – mais c’est un autre débat ! -, « TOUT » présente à la fois du pour et du contre, du positif et du négatif, des avantages et des inconvénients, entre lesquels tranchent seulement les intérêts égoïstes partisans, individuels et collectifs, des uns et des autres – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire ! ! !

 

Pour ce qui est des comportements sectaires, je ne peux trouver meilleur exemple que votre « antisarkozysme primaire », qui revient finalement à faire croire que les actions publiques et privées d’une personne, quelle qu’elle soit mais de préférence un adversaire politique, seraient 100% mauvaises, moralement parlant ou non ; et c’est pourquoi je ne pense pas avoir besoin d’insister – mais il ne vous est pas interdit de démontrer le contraire ! ! !

 

Quant aux pratiques frauduleuses, même si je n’ai que l’embarras du choix dans tout l’échiquier politique, il me suffit d’évoquer la récente élection de la Première secrétaire du Parti socialiste pour  illustrer ce que je veux dire, et chacun me comprendra. Mais il ne vous est pas interdit d’apporter la preuve du contraire, ainsi que chacun le souhaiterait certainement -  mais, assurément, à la saint Glinglin seulement ! ! !

 

Aussi, en conclusion, face à vos condamnations moralisatrices sectaires tenant avant tout à votre antisarkozysme primaire,  je ne saurais oublier de mentionner toutes les fallacieuses promesses de « rassemblement » d’un parti incapable de se trouver, depuis bientôt trois ans, un leader indiscutable et un programme faisant l’unanimité, alors que vous naviguez à vue, au point même de ne plus reculer devant une alliance avec un responsable politique, dont le passé témoigne incontestablement qu’il fut à droite dans l’UDF de Valery Giscard d’Estaing et dans le gouvernement d’Edouard Balladur - par chance pour vous, les « politiques », comme le dit encore Brunner : « Les humains (donc les électeurs) sont davantage portés par nature à « croire » (à imiter, à répéter et à rêver) qu’à penser vraiment ! » 

 

Pour preuve, en matière de rassemblement, votre article « Retrouver la gauche », paru dans le n°1977 du Nouvel Observateur, m’avait incité à vous adresser, le 4 octobre 2002, un courrier toujours sans réponse également, dès lors qu’il était critique, puisque vous déclariez :

 

« La première tâche de la gauche, la plus ardue, est de retrouver ses valeurs » ; « Il nous faut démontrer à la fois la capacité d’agir des politiques et celle de la gauche à infléchir le cours des choses ».

 

Chacun peut mesurer, bientôt huit ans après, ce qu’il est advenu de vos engagements d’alors, de quoi mieux  comprendre votre refus de débattre depuis lors.

 

En conclusion, dans l’éventualité d’une réponse intellectuellement et philosophiquement étayée sur l’ensemble de ce courrier, ce que vous seriez bien la première à oser avancer jusqu’ici, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Madame, mes salutations distinguées.


Annexe : Texte, Mensonges et lâcheté des élites

 

 

Publié dans COURRIER "Politiques"

Commenter cet article