« Une "CONNERIE" de plus ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 11 novembre 2010

 

Objet :

« Une "CONNERIE" de plus ! »

 

Monsieur Jacques Maillot

« Les Grandes Gueules »

RMC Info

12, rue d’Oradour sur Glane

75015 Paris

Courriel : http://www.rmcinfo.fr/

 

 

[A l'attention d’Alain Weill, président du groupe NextRadioTV (RMC Info, BFM, BFMTV et Groupe Tests), de la Direction et de la rédaction de RMC Info, Jean-Jacques Bourdin en particulier, ainsi que des bien-pensants censeurs conformistes autoproclamés Grandes Gueules (Alain Marschall, Olivier Truchot, Bernard Debré, Claire O’Petit, Daniel Rémy, Didier Giraud, Etienne Liebig, Franck Tanguy, Karim Zéribi, Jean-Claude Larue, Johnny Blanc, Marie-Anne Soubré, Pascal Perri, Patrice Gourrier, Sophie de Menthon et Sylvain Grandserre, sans oublier les disparus (André Daguin,. Anna Sallabi, Christian Lehmann et Gaston Kelman), qui colportent quasi quotidiennement les mensonges et les « croyances au miracle » de la pensée superstitieuse « politiquement correcte » du jour dans tous ses modes d’expression, sans avoir pour autant l’honnêteté et le courage intellectuels de débattre sur le fond]

 

Monsieur,

 

Au cours d'une récente émission des « Grandes Gueules », vous avez déclaré à propos de Jean-Marie Le Pen avec votre certitude coutumière d’avoir toujours raison, du seul fait de parler plus fort que les autres, donc d’avoir une plus « grande gueule » qu’eux :

 

« D’ailleurs,  Jean-Marie Le Pen n’a jamais eu véritablement l’intention de gouverner ! » (Sic)

 

Sauf à vous de démontrer le contraire, ce qui est tout sauf une spécialité des Grandes Gueules, comme l’atteste la cinquantaine de lettres toujours sans réponse à ce jour, j’ai le regret de vous dire que votre propos est une énorme « CONNERIE », et si je parle d’une « CONNERIE de plus », c’est précisément en me fondant sur mon courrier antérieur à votre intention, montrant que vous n’en êtes pas à votre coup d’essai en la matière, comme je l’établirai par la suite.

 

Pour en revenir au propos dénoncé et établir que vous auriez éventuellement raison, il vous suffira de m’indiquer et quand Jean-Marie Le Pen aurait clairement fait connaître publiquement son intention, voire d’en apporter la preuve par un courrier personnel vous faisant part de cette décision.

 

Á défaut - comme j’en ai par avance la ferme conviction -, je suis donc conduit à dénoncer, une fois de plus, la malhonnêteté et la débilité intellectuelles des faiseurs d’opinion de l’époque en général, et celles des soi-disant « Grandes Gueules »  en particulier – tellement Grandes Gueules, d’ailleurs, qu’elles se laissent traiter de racistes, de faux-culs, de menteurs et de lâches (cf. lettre du 26 avril 2010 faxée depuis Bangkok), mais j’en passe et des meilleures, sans oser jamais avancer pour leur défense le moindre argument contraire, intellectuellement et philosophiquement étayé, ce qui est très pratique pour continuer à colporter sans vergogne les mensonges et les « croyances au miracle » du penser superstitieux humain, donc à tromper et à manipuler sciemment l’opinion, comme je n’ai de cesse de le dénoncer et de le démontrer !

 

Ainsi, à vous croire, le leader d’un parti politique gaspillerait, depuis des années, son temps, son énergie et son argent, au point de presque se ruiner, afin de se présenter à des élections nationales, voire européenne, pour dire au bout du compte à ses électeurs, après avoir obtenu leurs suffrages victorieux : 

 

« Je vous remercie vivement de votre concours, mais je n’ai nullement l’intention de siéger à l’Élysée, voire au Parlement européen, ou quoi que ce soit d’autre. »

 

Vous avez dit « CONNERIE » ? !  Ce serait effectivement une énorme « connerie », mais votre propos ne l’est pas moins, d’autant que, sauf erreur de ma part, ce n’est pas la réalité de la carrière du président du Front national de refuser tout mandat électif ! ! !

 

Alors, pour mémoire, je vous renvoie aussi à vos « conneries » précédentes, dénoncées dans mes lettres des 26 janvier et 27 février 2009, qu’il s’agisse d’établir la « présomption de culpabilité » - tout à fait contraire au Droit français ! - envers Bernard Laporte, de moraliser le capitalisme, avant de dire plus tard, au vu d’un livre d’André Comte-Sponville, que « le capitalisme n'est pas moralisable », ou encore de votre obamania béate, dont vous venez de réaliser également la « connerie » au cours d’une récente émission, puisque vous avez reconnu qu’il n’y a pas d’homme providentiel  - quelle que soit sa couleur de peau, voire sa religion, d’ailleurs !

 

C’est notamment pourquoi le « Yes, we can » de Barack Obama, slogan mensonger et trompeur de sa campagne présidentielle, était, et demeure toujours, une énorme « connerie » dans un monde en perpétuel mouvement, où tout change et se transforme sans cesse, y compris dans le domaine économique ou financier, et où rien ne dépend de notre soi-disant « libre arbitre »,  cette prétendue libre volonté illustrée par la formule « quand on veut, on peut » – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment de démontrer le contraire, car Barack Obama a pu mesurer personnellement l’inefficacité de sa « croyance au miracle » !

 

Et c’est tout « ÇA », entre autre, qui vous autorise à donner des leçons anachroniques de morale à la France entière pour faire culpabiliser les Français au nom d’un passé révolu de plusieurs siècles ou de plusieurs décennies, voire d’une religion, à savoir la superstition musulmane, bien malvenue dans ses condamnations moralisatrices au vu de ses pratiques contraires au catéchisme soi-disant universel contemporain, ou Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Et ce, notamment en matière d’égalité entre hommes et femmes (sharia) et de liberté d’expression (fatwa), sans oublier les conflits fratricides et autres attentats meurtriers entre sunnites et chiites, voire contre des chrétiens en terre d’islam, ou encore la polygamie officialisée, la pendaison d’homosexuels, la lapidation des femmes, les châtiments corporels d’un autre âge (flagellation et amputation, par exemple), les mariages forcés et les crimes d’honneur, dont même notre pays obscurantiste a aujourd’hui à connaître, etc.

 

Bien entendu, sur le plan philosophique, je suis prêt à démontrer devant quiconque la fausseté des dogmes religieux, toutes religions monothéistes confondues, car Spinoza l’a fait magnifiquement bien avant moi avec son « Dieu » more geometrico démontré. Et ceci devrait suffire à dispenser les religions de toutes leurs leçons de morale, puisque fondées sur une base mensongère, celle d’un Dieu créateur « extra-mondain » - et c’est sur « ÇA » que l’islam fait trembler le monde !

 

Par ailleurs, je me demande comment le père Gourrier peut s’accommoder de ces guerres de religion des XXe et XXIe siècles, car il ne faudrait pas passer sous silence la guerre Iran-Irak des années 80 entre sunnites et chiites, faisant des centaines de milliers de victimes, bien loin de confirmer que l’islam est une religion de paix et de tolérance – vous avez dit « débilité intellectuelle » ? ! Mais, évidemment, dans deux ou trois mille ans, l’Homme nouveau  y aura remédié, selon sa formule dont je reparlerai ! ! !

 

Toutefois, comme je connais très bien la propension intellectuellement et philosophiquement malhonnête des « Grandes Gueules » à dénoncer l’ « islamophobie » et autre « stigmatisation de l’islam » - puisque sans jamais débattre sur le fond ! -, je vous renvoie à la conclusion commune de mes lettres sur ce sujet, adressées, entre autres, à Nicolas Sarkozy, au Parti socialiste, à Claude Dilain et à Alain Weill, dans lesquelles j’écrivais en substance dans un courrier intitulé, « Un pays de merde, dans un monde de TARÉS » :

 

« En conclusion, s’il vous venait à l’esprit l’idée saugrenue de me traduire en justice pour « islamophobie », en confondant la légitime critique d’idées fausses dans une république laïque, fussent-elles des dogmes religieux, avec des attaques personnelles contre les musulmans, et pour « racisme », en faisant l’amalgame entre musulmans et Arabes, alors que, non seulement il n’y a pas de « race musulmane », mais surtout que des centaines de millions de musulmans à travers le monde ne sont pas Arabes, je préfère vous prévenir que, trivialement parlant, vous prendriez assurément un bock comme jamais auparavant. » [Fin de citation]

 

C’est sûrement pourquoi, malgré mon affirmation sans ambiguïté, dont seul le récépissé postal daté du 8 mars 2010 tient lieu jusqu’ici d’argumentation contraire à mes propos, je n’ai pas encore été convoqué en justice pour racisme antimusulman – forcément en privé, tout le monde ne confond pas la critique des idées fausses avec la critique morale en forme d’attaques personnelles !

 

Puisque j’ai évoqué le père Gourrier, je ne peux manquer de lui rappeler aussi ma lettre adressée le 15 juin 2009, et intitulée non sans raison « Parole d'Évangile ! », du fait d’une même croyance au miracle, suite à son discours anti-corrida face à Christian Laborde, défenseur de la tauromachie. Il avait en effet déclaré que l'Homme aurait suffisamment évolué, dans 2.000 ou 3.000 ans, pour renoncer de lui-même à la corrida - sûrement en raison de son miraculeux changement de nature intervenu d'ici-là !

 

Et si ce propos avait alors entraîné cette réflexion spontanée de l'animateur à l'adresse de Christian Laborde : « Vous avez le temps », il n’en témoigne pas moins, collectivement, de vos « croyances au miracle » espérant en vain la réalisation des chimères climatiques et idéologiques d’une époque en rien moins obscurantiste que toutes celles qui l’ont précédée, puisque cette concrétisation est toujours renvoyée à DEMAIN, mais seulement DEMAIN – à la saint Glinglin !

 

Je ne peux assurément pas reprendre ici tous les propos mensongers du même acabit, relevés dans une cinquantaine de lettres toujours à votre disposition, et je me borne à souligner ceux de Karim Zéribi, tant ceux d’hier que d’aujourd’hui parlant de responsables politiques « exemplaires tout court », autrement dit parfaits, fut-ce en matière d’honnêteté (intellectuelle ou non), et de « droiture », à l’exemple de Martine Aubry certainement, dont l’élection au poste de Première secrétaire du Parti socialiste est le contre-exemple type de l’exemplarité réclamée, sans oublier l’affaire Urba, les écoutes de l’Élysée et la maîtresse cachée entretenue durant des années aux frais du contribuable : vous avez dit « l’honneur de la politique » ? !.

 

Je ne peux pas davantage oublier, évidemment, le sens aigu de la justice conduisant Karim Zéribi, au titre d’ancien contrôleur de la SNCF – quel chemin parcouru depuis lors jusqu’à la présidence de la Régie des transports de Marseille ! -, donnant raison à un monarque saoudien contraignant des passagers français à changer de voiture en cours de trajet pour sa commodité personnelle - fut-ce au détriment de leurs réservations, et par conséquent du Droit !

 

Mais je ne peux pas non plus passer sous silence ses propos racistes « antivieux », que ce soit à l’égard du sénateur américain McCain, jugé trop âgé pour diriger les Etats-Unis au même âge que François Mitterrand en son temps, ou de Jacques Chancel en particulier, sans revenir ici sur les détails rappelés dans la lettre mentionnée ci-dessus. Ils me suffisent à souligner que, comme déjà dit et redit maintes fois, la caractéristique principale des « vertueux » autoproclamés d’aujourd’hui – mais aussi d’hier et de demain ! - est de reprocher aux Autres ce qu’eux-mêmes ont fait hier, et referont demain, à la première occasion où leurs intérêts égoïstes de toutes sortes, individuels ou collectifs, l’exigeront.

 

Il n’est assurément pas le seul « raciste » avéré au sein des « Grandes Gueules », car le trotskyste Étienne Liebig traitant Nicolas Sarkozy de « nain de jardin » - une véritable insulte discriminatoire en forme de « délit de faciès » envers les nains et autres personnes de petite taille ! -, n’en est pas moins un « raciste », fut-il soutenu en la circonstance par l’animateur du jour, qui n’a pipé mot, mais qui a bien été obligé de concéder face à Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, le racisme anti-femmes au sein des Grandes Gueules, en raison de leur sous-représentation manifeste, comme je l’avais déjà fait avant lui. 

 

Vous avez dit « racistes » ? OUI, je persiste et je signe, en dépit de la réduction partisane au seul racisme qui vaille à vos yeux, à savoir le racisme stricto sensu à l’encontre des gens de couleur, Arabes et Noirs notamment, lesquels n’en sont pas moins tout aussi racistes, y compris entre eux, mais aussi à l’égard des femmes, des albinos, et de ceux qui n’ont pas le même Dieu, entre autre !

 

Je fais remarquer cependant au passage, une fois de plus, que la communauté asiatique, dont la différence de couleur de peau et de religion n’échappe à personne, et par ailleurs elle aussi colonisée en d’autres temps, se garde bien de faire culpabiliser la France et les Français pour en retirer des avantages substantiels de toutes sortes, et qu’elle n’a jamais mis la République en péril comme d’autres en novembre 2005 – c’est sûrement pourquoi elle n’a pas à se plaindre d’actes et de propos racistes à son égard, même si sur le plan commercial, c’est une autre histoire de « gros sous » entre communautés ! 

 

Pour terminer, comme je pense avoir déjà tout exposé, à de très nombreuses reprises – y compris en courrier recommandé avec accusé de réception - sur les mensonges et les « croyances au miracle » du penser superstitieux qui, seul, légitime les propos des « Grandes Gueules » en général, je m’en tiens là dans l’attente patiente de vos éventuelles objections et de votre argumentation contraire intellectuellement et philosophiquement étayée.

 

A défaut, votre obstination dans le silence et le refus de débattre témoignerait de votre intention délibérée de continuer à colporter sciemment les mensonges et les « croyances au miracle » du monde, que seules l’actuelle conspiration du silence et le « politiquement correct » du jour vous permettent de propager en toute impunité pour votre plus grand profit et celui des menteurs de votre acabit (médias, responsables politiques, syndicalistes, soi-disant intellectuels ou pseudo-philosophes et associatifs « droit-de-l’hommiste »).

 

Je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

                                                            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans COURRIER "Médias"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article