« Refaire société : Des egos, égaux ? ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 11 novembre 2011

  

Objet :

« Refaire société : Des egos, égaux ? ! »  

 

Monsieur Pierre Rosanvallon

Professeur au Collège de France

11, place Marcelin Berthelot

 75005 Paris

Courriel :

pierre.rosanvallon@college-de-france.fr

 

[A l’attention de Bruno Palier, Eric Maurin, Yves Sintomer, Martin Hirsch, Louis Chauvel, Philippe Askenazy, Thomas Piketty, Serge Audier, Thierry Pech, Patrick Savidan, Eric Fassin, Jean-Claude Monod]

 

« Si je sais la vérité et ne gueule pas la vérité, je suis le complice des escrocs et des faussaires ! »  [Charles Péguy]

 

 Monsieur,

 

Votre entretien de ce jour sur France Culture, à l’occasion de l’ouverture du Forum de Grenoble, au cours duquel vous avez fait la promotion de votre dernier livre, La société des égaux », me donne une excellente occasion de vous rappeler mes lettres des 20 mai 2006, 7 mars 2007 et 5 août 2008, encore .sans réponse à ce jour, mais toujours à votre disposition.

 

J’entendais y réagir vivement à votre propos d‘alors visant à « réenchanter lucidement le monde », ce qui est en soi une contradiction, puisque s’y mêlent la Foi, le réenchantement, et la Raison, la lucidité. Une contradiction, dont je suis bien obligé de constater que le nouvel enchanteur Merlin, François Hollande en l’occurrence, la partage avec vous, mais il est vrai qu’il n’est pas en manque de promesses irréalisables jusqu’à la fin des temps, ainsi que je le lu ai fait savoir, une fois de plus, par ma lettre du 28 dernier, laquelle avait sans ambiguïté pour objet, François Hollande, J’ACCUSE : « Arrêtez de mentir et de tromper l’opinion ! »

 

C‘est pourquoi je ne prends pas la peine de réfuter ici sur le fond vos propos d’aujourd’hui, à savoir vos mensonges et vos « croyances au miracle » parlant d’égalité idéale parfaitement possible, DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN, à la saint Glinglin, à l’exemple du candidat socialiste à l’Élysée parlant, en son temps, de « cette gauche qui veut changer le monde et qui sait comment le changer ! » [LCI, 21 novembre 2004] – François Mitterrand, qui n’y est pas parvenu en quatorze ans, a dû se retourner dans sa tombe ! ! !

 

Pour ne pas avoir besoin de réfuter vos propos d’aujourd’hui, il me suffit, sans tenir compte des nombreuses notes prises au cours de votre entretien, de vous renvoyer, en la modifiant quelque peu sur la forme plus que sur le fond, à ma lettre du 20 mai 2006, également adressée à l’occasion d’un précédent Forum de Grenoble.

 

J’y avais en effet déjà tout dit, ou presque, pour dénoncer le penser superstitieux humain dans ses divers modes d’expression, et tout particulièrement en matière d’idéologie, de superstition idéologique, là où votre unique cheval de bataille est de faire croire à l’avènement d’un monde parfait avec des humains imparfaitscherchez l’erreur ! Il n’y a jamais eu, en effet, et il n’y aura jamais « d’egos, égaux » par définition, puisque notre égoïsme naturel humain y fait constamment obstacle - sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, ainsi que je l’attends désespérément depuis plus de dix ans, de la part des destinataires de ma correspondance !

 

Et les quelques cinq cents lettres adressées à une centaine de soi-disant « élites », nationales et internationales, nommément dénoncées dans le texte annexé, Mensonges et lâcheté des élites, témoigneront pour la postérité que leurs mensonges et leurs « croyances au miracle », communément partagés aujourd’hui, n’auront toujours pas vu le jour, d’ici la fin des temps.

 

Et ce, d’autant moins que les menteurs de l’époque, confrontés à leurs mensonges et à leurs « croyances au miracle », sont incapables d’avancer - de leur vivant ! - la moindre argumentation contraire, intellectuellement et philosophiquement étayée sur des points très précis de désaccord, malgré de multiples invitations en ce sens – dur, dur d’avoir raison tout seul, puisque cela ne sert à rien ni à personne !

 

Pour en donner la preuve et éviter ainsi de me répéter, je vous invite à prendre connaissance, non seulement de ma lettre du 28 dernier à François Hollande, dont j’attendrai sûrement longtemps la réponse contraire intellectuellement et philosophiquement étayée sur le fond – le cas échéant, évidemment,  je ne manquerai pas de vous en faire part ! -, mais également de celle du 20 avril dernier à Martine Aubry, alors potentiellement candidate à l’élection présidentielle, dans laquelle je dénonçai concrètement, arguments intellectuels et philosophiques à l’appui, toutes les formes du penser superstitieux avec ses promesses sans lendemain : celles qui rendent les fous joyeux, paraît-il, et notre époque, tout aussi obscurantiste que celles qui l’ont précédée, au fil des siècles et des millénaires.

  

Toutefois, malgré ma gravissime accusation sans ambiguïté, Martine Aubry : « Socialisme, gauchisme altermondialiste, écologisme scientiste, moralisme à deux balles et "OBSCURANTISME" ! », ce courrier reste jusqu’ici sans réponse, ce qui suffit à attester l’honnêteté et le courage intellectuels des aspirants socialistes à la présidence de la République, dont la devise favorite demeure encore et toujours, Courage, fuyons, dès lors qu’ils n’ont rien à répondre sur le fond !

  

Pour établir que la lâcheté intellectuelle n’est pas l’apanage des politiques, des responsables politiques, mais concerne tous les faiseurs d’opinion de l’époque, tous milieux confondus [Médias, intelligentsia (prétendus intellectuels ou pseudo-philosophes) et associations moralisatrices à sens unique], je joins à ce courrier ma lettre du 13 décembre 2010 à Bernard-Henri Lévy et celles des 3 janvier et 7 novembre 2011, adressées respectivement au MRAP ainsi qu’ensemble à France culture et au quotidien Le Monde, assurément destinées à demeurer aussi toujours sans réponse.

En conclusion, au vu de l’abondance du matériau philosophique livré à votre attention, j’estime légitime d’affirmer que votre éventuelle obstination dans le silence et le refus de débattre sur le fond témoignerait de votre intention délibérée de continuer à colporter les mensonges et les « croyances au miracle » de la Superstition sous toutes ses formes, donc à tromper et à manipuler sciemment l’opinion.

  

Toutefois, contrairement à vous, je n’aurai aucune réticence, d’ordre idéologique ou autre, à poursuivre le débat sur la base de votre argumentation, pour peu qu’elle se veuille intellectuellement et philosophiquement étayée. Dans cette éventualité, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines – sauf à vous-même, évidemment, de démontrer le contraire !

  

 Annexe :   I – Lettre du 20 mai 2006

                 II – Lettre du 28 octobre 2011 à François Hollande

                 III – Lettre du 20 avril 2011 à Martine Aubry

                 IV – Lettre du 3 janvier 2011 au MRAP

                 V – Lettre du 13 décembre 2010 à Bernard-Henri Lévy

                VI – Texte, Mensonges et lâcheté des élites

                

NB : La lettre du 20 mai 2006 à Pierre Rosanvallon, étant antérieure à la création de ce blog, sera publiée rapidement après retouche de la forme

 

[Les défauts de présentation, éventuellement constatés ici ou sur Facebook, sont totalement indépendants de ma volonté]

 

                                               

   

  

 

 

.

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article