MRAP : « J’ACCUSE ! »|FIN]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Bangkok, le 3 janvier 2011

 

Objet :

MRAP : « J’ACCUSE ! »|FIN]

                                                            

Monsieur Mouloud Aounit

MRAP

 43, boulevard Magenta

75010 PARIS

Courriel :

accueil@mrap.fr

 

Monsieur,

 

OUI, mais c’est tellement jouissif de braver la République et ses lois, comme la réalité quotidienne en témoigne indiscutablement dans des zones de non-droit, livrées à des trafics en tous genres et à la guerre quasi quotidienne des « gendarmes et des voleurs », sans pour autant, évidemment, faire un amalgame englobant tous les habitants de banlieues ou quartiers dits pudiquement sensibles. Mais ce n’est pas pour autant une raison de « maquiller » la responsabilité de certaines pratiques quotidiennes, en refusant systématiquement – et pour cause ! – des statistiques ethniques de la délinquance, dont personne n’est dupe !

 

Assurément, il n’y a pas 100% de délinquants en tout genre dans n’importe lequel des groupes vivant en France (ethniques ou non), mais ayez au moins l’honnêteté intellectuelle de mettre les pendules à l’heure au lieu de laisser jaser à tort et à travers pour n’en conforter que mieux vos condamnations moralisatrices - pas davantage fondées sur des données vérifiables !

 

Ainsi vous n’en volez pas moins au secours de la superstition religieuse, superstition musulmane de préférence, tout en vous obstinant dans le silence et le refus de débattre sur le fond depuis près de dix ans. Et c’est sur ce fondement de lâcheté intellectuelle avérée que vous vous autorisez à décréter ce qu’il est - serait ! - absolument bien ou mal de penser et de dire dans la France du XXIe siècle – vous avez dit « obscurantisme » ? !

 

OUI, je persiste et je signe, car, ainsi que vous le trouverez amplement explicité, en matière de moralisme, de superstition moraliste, dans les deux lettres annexées, J’AFFIRME qu’il n’y a ni Bien ni Mal absolus sur la Terre - où TOUT est relatif et RIEN n‘est absolu ! -, pas plus qu’il n’y a réellement deux catégories d’individus ou de groupes d’individus, TOUS critères d’appartenance confondus d’un côté, les bons, les gentils, les « vertueux », aujourd’hui les soi-disant antiracistes, et de l’autre, les mauvais,  les méchants, les « salauds », les exclusivement racistes.

 

Sauf à ignorer que cette fable a été dénoncée, il y a bientôt deux mille ans, par l’un des grands diseurs de LA Vérité éternelle absolue, ou sauf à  nier effrontément la réalité de la communauté humaine universelle, qui rend inapplicable le catéchisme soi-disant universel contemporain, ou Déclaration des droits de l’homme de 1948, dont seule l’inobservation est une vraie réalité universelle !

 

Et c’est pourtant sur de telles « foutaises » que, en « censeur autoproclamé », vous vous autorisez le droit de restreindre la liberté d’expression en France, puisque la quasi-totalité des soi-disant élites nationales, y compris les juges vertueux mais partisans du Syndicat de la magistrature, sortent leur revolver quand elles entendent le mot « VÉRITÉ » - comme je peux en fournir la preuve par mes lettres des 2, 9 juillet et 2 novembre 2002, adressées sous la présidence d’Evelyne Sire-Marin !

 

Alors, en résumé, sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer sur le fond le contraire de tout ce qui précède, qu’est-ce qui vous autorise à délivrer les bons points aux uns et les mauvais aux Autres ? ! QUI vous a donc intronisé juges de l’Absolu au nom de la religion, entre autre ? !

 

Faut-il vous rappeler - voire vous apprendre ! – que la religion en général, toutes les religions sans exception (monothéistes ou non), non seulement n’exprime en rien LA Vérité absolue, ainsi que la multiplicité et la diversité de ses dogmes suffisent à l’établir, mais surtout que l’islam en particulier se caractérise par des pratiques totalement incompatibles avec les valeurs du catéchisme prétendument universel contemporain, à savoir la charia établissant l’inégalité de statut entre les hommes et les femmes, et la fatwa portant atteinte à la liberté d’expression, dont se réclame le soi-disant « pays des droits de l’homme » – le comble étant, d’ailleurs, qu’une fatwa ait pu être prononcée - en France, au XXIe siècle ! - avec le coupable silence complice quasi unanime de ses prétendues élites : MRAP inclus !

 

Quant aux comportements constatés aujourd’hui dans nombre de pays islamiques, je ne vous apprendrai sûrement pas ce qu’il en est encore en matière d’esclavage, puisqu’il suffit de se reporter au livre de Malek Chebel, L’esclavage en terre d’islam, mais il en va ainsi également en matière de « christianophobie », toujours de plus en plus d’actualité dans le monde musulman, sans oublier les pendaisons d’homosexuels, la lapidation des femmes, les amputations de mains et les prises en otage d’infidèles - de non-musulmans en l’occurrence ! -, puisque le Coran prescrit même de les tuer – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, d’apporter la preuve du contraire en contredisant sur ce point Michel Onfray, sympathisant de gauche par ailleurs ! ! !

 

Si cela ne vous suffit pas pour justifier les critiques apportées à la superstition musulmane, nous pourrons reprendre l’Histoire de l’islam depuis ses origines, au VIIe siècle en l’occurrence, à savoir que les cavaliers musulmans étaient déjà aux portes de Poitiers, moins de cent ans après la soi-disant  révélation au Prophète, pour occuper ensuite l’Espagne médiévale pendant de nombreux siècles jusqu’à la reconquista, tandis que l’Empire ottoman, indiscutablement musulman, ne cessait de conquérir l’Europe chrétienne durant le deuxième millénaire, au point que le Kosovo, berceau de la Serbie au XIVe siècle, est devenu aujourd’hui un État musulman au cœur d’une Europe toujours majoritairement chrétienne.

 

Merci à vous, les « vertueux », tous ceux qui ont contribué et contribuent encore aujourd’hui à la pénétration de l’islam en terre chrétienne : forcément, puisque le christianisme a précédé l’arrivée de l’islam, historiquement parlant, de plusieurs siècles ! ! !

 

Vous ne pouvez sûrement pas ignorer non plus les innombrables conflits interethniques et interreligieux sur des continents, dont sont pourtant originaires les vertueux donneurs de leçons de morale d’ici - ou du moins leurs ascendants -, ni la corruption effective généralisée, l’absence quasi totale de démocratie, voire le racisme stricto sensu (envers les albinos, par exemple) et la xénophobie (celle de Guadeloupéens envers des clandestins haïtiens, ou d’Africains du Sud envers ceux du Zimbabwe) - sans oublier évidemment la pantalonnade ivoirienne actuelle, qui témoigne, on ne peut mieux, de la nature égoïste innée des humains, à laquelle PERSONNE n’échappe : ni vous, ni moi, ni les six milliards et quelques Terriens d’aujourd’hui, dans leurs affaires d’amour, d’argent, de gloire, etc.!

 

Alors, toutes ces « casseroles », auxquelles peuvent s’ajouter les « zones de non-droit » indiscutables d’ici, devraient suffire à vous dispenser de vos leçons de morale aux Autres, et vous inciter à affronter LA Vérité absolue pour en débattre sur le fond, voire la contester intellectuellement ou philosophiquement.

 

Je parle ici de celle annoncée au monde par des mystiques authentiques, tels le Bouddha et le Christ dans leur Parole non pervertie par les foules superstitieuses, qui en ont fait les fondateurs d’une religion qu’ils n’ont pas voulu créer, et de celle établie more geometrico par de vrais philosophes du UN absolu, parmi lesquels Socrate, donc Platon, Giordano Bruno, Spinoza et leur héritier spirituel commun, le philosophe juif allemand Constantin Brunner (1862-1937).

 

Pour terminer ma rapide considération sur la nature égoïste des humains, TOUS sans aucune exception, je vous invite à méditer ce propos qui vous y renverra :

 

« Il n’y a pas de différence de nature entre les humains, il n’y a que des différences de degrés selon les circonstances et l’intensité des aspirations ou des intérêts égoïstes de toutes sortes, individuels et/ou collectifs en chacun »

 

Ainsi, seulement lorsque vous aurez démontré le contraire sur des points très précis de désaccord, vous serez habilité à juger et à condamner moralement les Autres, mais jusque-là abstenez-vous de vos leçons de morale sur fondement de non-vérité, car elles ne servent que vos intérêts de toutes sortes, voire à alimenter la guerre civile entre Français, de souche ou non, comme les propos racistes anti-Blancs de nombre de « rappeurs » en font foi dans leur haine de la France et des Français.

 

D’ici-là, après mon réquisitoire contre seulement des parties indiscernables de populations venues d’Afrique, du Maghreb ou de tout autre territoire anciennement colonisé, auxquelles vous accordez votre soutien partial malgré des comportements laissant à désirer, je ne peux que vous inviter à leur donner en exemple la population asiatique venue d’Extrême-Orient. Celle-ci, en effet, malgré une indiscutable différence de religion et de couleur de peau, et par ailleurs également anciennement colonisée, ne passe pas son temps à cracher sur la France et les Français au nom d’un passé révolu, et ceci explique sûrement pourquoi elle ne souffre pas de propos et d’agressions racistes – hormis, ici ou là, de la part de commerçants d’autres communautés de couleur pour concurrence jugée déloyale !

 

Je m’en tiens là dans l’attente de votre réfutation intellectuellement et philosophiquement étayée sur des points très précis de désaccord, à défaut de quoi vous manifesteriez votre intention délibérée de continuer à colporter vos mensonges, vos « croyances au miracle » et vos condamnations moralisatrices partisanes, donc à tromper et à manipuler sciemment l’opinion, mais je ne peux mieux faire pour terminer que copier-coller la conclusion de ma lettre du 15 juillet 2010 au Parti socialiste, dans laquelle j’écrivais à l’intention d’un grand nombre de ses caciques :

 

« En conclusion, s’il vous venait à l’esprit l’idée saugrenue de me traduire en justice pour « islamophobie », en confondant la légitime critique d’idées dans une république laïque, fussent-elles des dogmes religieux, avec des attaques personnelles contre les musulmans, et pour « racisme », en faisant l’amalgame entre musulmans et Arabes, alors qu’il n’y a pas de « race musulmane » et que des centaines de millions de musulmans à travers le monde ne sont pas Arabes, je préfère vous prévenir que, trivialement parlant, vous prendriez assurément un bock comme jamais auparavant, ainsi que je l’ai également fait savoir à Nicolas Sarkozy par envoi recommandé avec accusé de réception, mais seul le récépissé postal daté du 8 mars 2010 tient lieu jusqu’ici d’argumentation contraire, sans être encore poursuivi en justice à ce jour. » [Fin de citation]

 

Toutefois, dans l’éventualité où vous seriez capable, pour une fois, de faire preuve d’honnêteté et de courage intellectuels en me faisant part de vos objections intellectuellement et philosophiquement étayées, je vous remercie de votre attention et vous adresse, Monsieur, mes salutations.

 

Annexe : I -  Lettre du 15 juillet 2010 au Parti socialiste

               II - Lettre du 13 décembre 2010 à Bernard-Henri Lévy

               III – Texte, Mensonges et lâcheté des élites

 

[Les défauts de présentation constatées (taille de la police) sont indépendants de ma volonté et impossibles à modifier] 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article