« Mensonge écolo et politique politicienne, en lieu et place du véritable débat de fond ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

                                                                    Patong Beach, le 4 avril 2014

xxxxxxx@yahoo.fr

Objet :

« Mensonge écolo et politique politicienne, en lieu et place du véritable débat de fond ! » [Version finale]

 

                                                                       Madame Emmanuelle Cosse

                                                                       Secrétaire nationale

                                                                       Europe Écologie - Les Verts

                                                                       247, rue du Faubourg Saint-Martin

                                                                       75010 Paris

                                                                       Courriel :

                                                                       contact@europeecologie.fr

 

                                                        [Envoi recommandé avec accusé de réception]

 

[A l'attention de Cécile Duflot, Daniel Cohn-Bendit, Éva Joly, Jean-Luc Benhamias, José Bové, Karim Zéribi, Nicolas Hulot, Noël Mamère, Yves Cochet et autres porte-parole du mensonge écolo]


Madame,

 


Je ne peux laisser passer sans réagir très vivement votre déclaration publiée dans le quotidien Le Monde du 2 avril, pour expliquer le refus d’EELV de participer à un gouvernement avec Manuel Valls comme premier ministre.


Ceci témoignait déjà, en effet, d’une position sectaire a priori puisque fondée sur la seule personnalité de Manuel Valls que vous avez boycotté d’emblée, en mêlant même à vos préoccupations spécifiques, de manière politicienne, le droit de vote des étrangers, alors que votre mouvement n’a jamais daigné jusqu’ici réfuter mes gravissimes accusations relatives au mensonge écolosur lequel il fonctionne sans vergogne depuis des années, comme vous pourrez en juger au vu des lettres adressées vainement aux destinataires ci-dessus et autres grands dirigeants de la planète.

 

Certes, vous ne pouviez prévoir, avant la composition de son gouvernement, que Manuel Valls nommerait précisément Ségolène Royal, Ministre de l’écologie, ce qui vous met, on ne peut mieux, en porte à faux envers lui, dans l’attente des décisions prises par la suite, mais je doute fort que les grands dirigeants de la planète reviennent sur le mensonge écolo, en dépit des échecs de tous les sommets internationaux consacrés jusqu’ici au réchauffement climatique et aux prétendus moyens d'y remédier : DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN, comme il en va des rêves des humains !


Aussi, d’ici cette très improbable éventualité climatique, aux chances nulles, je ne peux manquer de vous faire part que je tiens à votre disposition l’abondante correspondance adressée depuis 2007, non seulement aux destinataires mentionnés ci-dessus, mais également au GIEC, à Ban-Ki-Moon, Barack Obama, José-Manuel Barroso et Nicolas Sarkozy en son temps, sans oublier la longue liste, à votre disposition, des destinataires politiques et médiatiques nationaux dûment informés de ce mensonge, mais le cautionnant par leur silence - faute d’arguments contraires, assurément !


Je m'en tiens-là sur le fond, compte-tenu de l'abondante documentation dont vous disposerez, mais il ne vous sera pas interdit de démontrer sur le fond la fausseté de mes affirmations sur des points très précis de désaccord, comme je l'attends de François Hollande, depuis bientôt quatorze ans. Assurément, son silence et son refus de débattre lui ont ouvert les portes de l'Élysée, en dépit de ses incessants mensongeset de ses superstitieuses « croyances au miracle », au point qu'il n'a même pas eu le courage intellectuel de relever le défi que je lui avais lancé, durant la campagne présidentielle 2012, de confronter en Justice sa vérité et la mienne.


Pour terminer, je joins seulement à ce courrier les en-têtes de lettres adressées aux grands de ce monde pour les informer du mensonge écolo, mais les copies intégrales de cette correspondance sont à votre disposition pour alimenter vos éventuels arguments contraires sur des points précis de désaccord sur le fond.


A défaut, vous continueriez à tromperet à manipuler sciemment l'opinion avec votre chimère d'établir sur la planète un climat sur mesure pour l'éternité, alors que TOUT, dans notre monde, est perpétuellement en mouvement, et donc dans un incessant changement, à commencer par nous, les  humains – et c’est dans ce monde changeant sans cesse que vous promettez à vos contemporains de stabiliser définitivement le climat, après l’avoir rectifié à votre convenance : c’est une énorme escroquerie intellectuelle !


Pour me contredire sur le fond, de manière intellectuellement, scientifiquement et philosophiquement étayée, il vous reste à prendre part au seul et unique véritable débat d’idées qui vaille, à savoir celui qui ne consiste pas à opposer entre eux, à l’infini, des points de vue relatifs partisans à d’autres tout aussi relatifs et partisans, mais à les confronter, tous sans exception, à LA Vérité éternelle absolue qui suffit à tous les invalider dans leur prétention à dire l’absolu ou à parler au nom de l’Idéal - un Idéal pourtant à jamais inconnaissable « en soi » !


J'ose espérer, au vu de l'influence de votre mouvement sur une opinion ô combien crédule, et finalement toujours cocue et frustrée, que vous ferez preuve de plus de courage politique ainsi que d’amour de LA Vérité que François Hollande, et dans cette éventualité inespérée, en vous remerciant de votre attention, je vous adresse, Madame, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines - sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire !


 PS : Je ne rappelle pas ici les références des courriers adressés au GIEC, à Ban-Ki-Moon, Barack Obama, José-Manuel Barroso et Éva Joly, puisqu’elles vous ont déjà été transmises par courriel à l’adresse Internet figurant en première page, et par ailleurs, je tiens également à votre disposition les noms des médias, toutes tendances confondues,  des politiciens de tous bords, des philosophes, intellectuels et associations « écolo » qui n’ont pas eu davantage que vous le courage intellectuel de me contredire sur le fond, en avançant leurs éventuels arguments contraires, dont ils ne semblent pas disposer.

 



 

 

 

 



 



 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

Commenter cet article