Martine Aubry : « Socialisme, gauchisme altermondialiste, écologisme scientiste, moralisme à deux balles et "OBSCURANTISME" ! » [SUITE]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Nakhon Phanom, le 24 mars 2011

 

Objet : 

Martine Aubry : « Socialisme, gauchisme altermondialiste, écologisme scientiste, moralisme à deux balles et "OBSCURANTISME" ! » [SUITE]

 

Madame Martine Aubry

Parti socialiste

10, rue de Solferino

75007 PARIS

Fax : 01 47 05 15 78

 

[A l’attention d’Arnaud Montebourg, Annick Lepetit, Benoît Hamon, Bertrand Delanoë, Bruno Julliard, Claude Dilain, Dominique Strauss-Kahn, Elisabeth Guigou, François Hollande, François Patriat, François Rebsamen, Harlem Désir, Henri Emmanuelli, Karim Zéribi, Jack Lang, Jean Glavany, Jean-Marc Ayrault, Jean-Marie Le Guen, Jean-Pierre Chevènement, Julien Dray, Laurent Fabius, Lionel Jospin, Malek Boutih, Manuel Valls, Michel Rocard, Michel Sapin, Olivier Duhamel, Pierre Moscovici, Robert Badinter, Ségolène Royal, Stéphane Le Foll et Vincent Peillon]

 

Madame,

 

Or le grand avantage de LA Vérité éternelle absolue est d’avoir tout le temps devant elle pour établir définitivement, au fil des siècles et des millénaires, la réalité des mensonges et des « croyances au miracle » du monde, parmi lesquels je me borne à citer ce propos, fruit obscurantiste de votre prédécesseur parlant de « cette gauche qui veut changer le monde et qui sait comment le changer.  » (Sic !) [LCI, François Hollande, 21 novembre 2004]

 

C’était un an avant les émeutes de novembre 2005, dont on peut mesurer aujourd’hui que les « croyants au miracle » ne sont toujours pas parvenus à transposer l’Idéal dans le quotidien. Toutefois, puisque vous continuez à promettre cette éternelle chimère - à défaut d’y croire vraiment, comme je l’espère pour votre santé mentale ! -, je vous lance, ainsi qu’à tous les penseurs, « politiques » et autres faiseurs d’opinion du monde entier, le défi ci-après, dont j’attends toujours une réponse concrète de la part de ceux qui ont été précédemment invités, en vain,  à le relever :

 

« Merci de m'indiquer, concrètement, comment éradiquer de manière définitive et universelle les maux sempiternels de l’humanité, à savoir violence de toutes sortes, privilèges, loi du plus fort, exploitation d’êtres humains, corruption, discrimination sous toutes ses formes (pas seulement en raison de la race et de la nationalité, mais aussi en fonction du genre, de l’orientation sexuelle, de l’âge, du statut social, de la situation de fortune, des opinions (religieuses, politiques et autres), du handicap, de la maladie, de l’apparence et autres défauts physiques, voire de la parure, etc., etc.), et de préciser tout aussi concrètement comment instaurer, définitivement et universellement : liberté idéale, égalité absolue, démocratie parfaite et paix éternelle - hormis, évidemment, par le seul recours à la méthode Coué, devenue entre temps la méthode Obama par la magie de son slogan mensonger de campagne, Yes, we can ! » 

 

Relever ce défi sera d’autant plus difficile pour vous, voire pour quiconque, que j’affirme, sans crainte d’être jamais démenti par les faits jusqu’à la fin des temps, donc par l’Histoire :

 

« RIEN n’est en mesure de faire de l’homme tel qu’il est, l’homme tel qu’il devrait être pour parvenir au monde parfait de ses rêves : aucun catéchisme (Déclaration universelle des droits de l’homme incluse), aucune idéologie, altermondialisme compris, aucune Église, aucun devoir de mémoire (Shoah incluse), aucune pédagogie, aucun Messie nouveau, aucune révolution (l’Histoire l’a montré), aucun type d’organisation sociale (sinon pourquoi attendre ?), aucune Culture, même mondialisée, ou quoi que ce soit d’autre (« nouveau » communisme, 6° République, les « jeunes », la prétendue capacité des femmes à « faire bouger les choses », l’ONU, un hypothétique gouvernement mondial, l’Europe fédérale ou non, l’addition de lois à des lois, de textes internationaux à des textes internationaux, démocratie participative modèle ATTAC ou Ségolène Royal, etc., etc. La Culture, sous toutes ses formes, est à jamais impuissante contre notre nature égoïste, et donc la soi-disant « perfectibilité » humaine n’est qu’un mythe de plus, à l’usage des naïfs, par ailleurs toujours cocus et frustrés, ou des simples d’esprit ! ! ! »

 

Aussi, d’ici votre éventuelle proposition argumentée pour relever mon défi, la gauche en général, altermondialiste ou non, et le Parti socialiste en particulier, continueront donc à tromper et à manipuler l’opinion avec leurs chimères d’ « égalité réelle » ou d’« ordre juste ». Á ce propos, j’attends toujours également une quelconque réponse argumentée de Ségolène Royal à la quinzaine de lettres adressée entre le 8 mai 2005 et le 30 avril 2009, dont une synthèse de trente pages expédiée en envoi recommandé avec accusé de réception, comme l’atteste la signature du 6 avril 2007 apposée sur le récépissé postal, lequel tient uniquement  lieu, à ce jour, d’argumentation contraire.

 

Toutefois, à défaut de relever concrètement mon défi, et faute d’avoir établi jusqu’ici un programme cohérent recueillant l’aval des différents courants du PS, a fortiori de la gauche dans son ensemble, Besancenot et Mélenchon entre autres, le défi ci-dessus pourrait vous servir de cadre directeur pour vos prochaines primaires et l’élection présidentielle, à condition de faire vôtre ce propos de l’un de vos leaders, m’écrivant notamment dans sa lettre du 23 novembre 2008 :

 

« Vous soulignez également, dans votre courrier, la nécessité pour le Parti socialiste de renoncer à « ses dogmes », « ses mensonges » et sa « croyance au miracle ». Je peux vous assurer que je partage, pour une bonne part, cette exigence.

 

Je pense en effet que le Parti socialiste doit s’astreindre, en permanence, à l’obligation de vérité pour retrouver la confiance des Français.

 

Érodée par trop de promesses non tenues et trop de propositions peu plausibles, notre crédibilité est aujourd’hui trop faible pour convaincre nos concitoyens de la justesse de nos luttes. Ce déficit de crédibilité est aggravé, reconnaissons le, par la déconsidération générale dont souffre l’engagement politique.

 

Nul n’attend plus aujourd’hui – hormis quelques aveugles – qu’une avant-garde éclairée ne découvre le chemin du bonheur universel. Pour surmonter ce désarroi et ranimer l’espérance, il n’est d’autre choix que ceux du courage et de la lucidité. Le PS doit désormais, en toute circonstance, être inspiré par une « éthique de la responsabilité ». Il ne peut plus garder pour seuls viatiques des certitudes idéologiques qui sont, en réalité, autant d’œillères. C’est en se confrontant à la réalité et non en cultivant des illusions qu’il retrouvera des marges pour l’action. Car, comme l’expliquait déjà Albert Camus, « aussi longtemps que […] la vérité sera acceptée pour ce qu’elle est et telle qu’elle est, il y aura place pour l’espoir ». [Fin de citation]

 

En voilà au moins un, qui me redonnerait peut-être envie de redevenir socialiste, mais d’un socialisme assurément débarrassé de ses mensonges, de ses « croyances au miracle » et surtout de ses leçons de morale, lancées aux Autres à la cantonade au moyen de petites phrases forcément mensongères, ainsi que je l’établirai au sujet de la superstition musulmane.

 

Or vous êtes précisément  bien loin de ce socialisme porteur de LA Vérité, et donc, à défaut de « tous pourris », peut-être pourriez-vous m’éviter d’utiliser l’expression « tous menteurs » à l’adresse de la centaine de soi-disant « élites » dénoncées dans le texte, Mensonges et lâcheté des élites, maintes fois annexé à la correspondance adressée aux uns et autres de ces « menteurs » - dont vous-même ! Pendant combien de temps encore allez-vous donc continuer à refuser le seul et véritable débat d’idées proposé, tel que précisé antérieurement à de multiples reprises, et ce dans l’unique but avéré de conforter vos seuls intérêts égoïstes de toutes sortes, individuels et collectifs, notamment électoraux et financiers, en trompant et en manipulant l’opinion ? !

 

Il n’est d’ailleurs pas seulement question des mensonges de l’idéologie, ou superstition idéologique, mais également de ceux du scientisme écologiste du jour, tout comme je ne peux manquer de relever déjà dans vos propos l’obscurantisme du scientisme contemporain en général, ou métaphysique matérialiste, lorsque vous affirmez sur l’homme africain avec une certitude quasi absolue : "L’homme est né en Afrique, c’est de ce continent que le monde s’est peuplé. Il faut le dire à ceux qui l’ignorent.

 

Or votre propos scientiste obscurantiste est seulement le fruit de la « Science » dévoyée en scientisme, ou métaphysique matérialiste superstitieuse, dans sa prétention de connaître « absolument » notre monde, et donc d’exprimer LA Vérité absolue à son sujet, alors que TOUTES les hypothèses et théories scientifiques demeurent, et demeureront à jamais, seulement relatives, comme en témoignent les incessantes variations, fluctuantes et contradictoires du savoir humain, depuis ses origines. C’est pourquoi il ne deviendra jamais une « connaissance absolue », sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, car le chemin de LA Vérité ne s’assimile nullement aux pas du tango !

 

La superstitieuse question de l’« origine » ne se pose pas seulement dans le scientisme, mais également dans la religion, toutes les religions sans exception (monothéistes ou non), ainsi que dans la métaphysique pseudo-spiritualiste des Descartes et Kant, entre autres « philosopheurs », avec la sempiternelle question, la plus absurde de toutes selon le philosophe juif allemand Constantin Brunner (1862-1937), héritier spirituel de Spinoza : «Comment tout cela a-t-il commencé ?»

 

Et ce, qu’il s’agisse d’un prétendu commencement de notre monde - à partir de rien ! -, ou de la soi-disant provenance, tout aussi mystérieuse, d’un premier être humain sorti également de rien. Quelle qu’eut été son éventuelle couleur, il s’agit assurément, en tout cas, d’un individu « causa sui », autrement dit cause de soi, indéterminé, puisque sans causes extérieures, du seul fait d’être premier ! ! !

 

Sinon, hormis le sous-entendu moralisateur qu’implique votre affirmation pour en tirer profit électoralement et financièrement, les deux étant liés, je vous laisse imaginer les innombrables questions sans réponse au sujet de cet « enfant sans parents » - forcément encore, puisque « premier » ! -, et de surcroît isolé tout en étant capable de survivre pour donner ensuite naissance – lui, le Noir ! - à des humains de différentes couleurs : vous avez dit « miracle » ? ! OUI, mais il ne vous est pas interdit de justifier, en la démontrant, la validité de votre nouvelle « légende des millénaires » - vous avez dit « scientisme » ? !

 

OUI, même la légende d’Adam et Ève serait beaucoup plus crédible en matière de reproduction sexuée de l’espèce, y compris dans la fécondation in vitro, pour pouvoir au moins prétendre, biologiquement parlant, être à l’origine de l’humanité future. Aussi, confondre le « premier homme », au sens originel du terme, avec la découverte la plus ancienne – à ce jour ! - d’un reste d’être humain devrait suffire à vous discréditer intellectuellement, et a fortiori philosophiquement, dans votre prétention à diriger la France, en raison de l’expression de cette « débilité intellectuelle » à l’usage des bien-pensants d’aujourd’hui, à savoir les soi-disant antiracistes revigorés par cette trouvaille bienvenue. Mais il ne vous est pas interdit, évidemment, d’avancer votre argumentation contraire démontant, intellectuellement et philosophiquement sur le fond, le raisonnement ci-dessus, et les autres relatifs au scientisme ! ! !

 

D’ici-là, je tiens à rappeler, une fois de plus, faute d’avoir obtenu jusqu’ici une quelconque réponse sur le réchauffement climatique, que le scientisme contemporain se manifeste universellement aujourd’hui dans l’absurde prétention des humains de transposer l’Idéal dans le quotidien en matière de climat. En clair, ils « croient » pouvoir établir sur la planète un « climat sur mesure » pour l’éternité, sans être capables toutefois de répondre à ma simple question à validité éternelle, vainement posée aux grands leaders du monde qui colportent ce mensonge à longueur de congrès – des congrès tous aussi décevants les uns que les autres, faute de jamais parvenir à un consensus unanime sur le but et les moyens. Copenhague et Cancun l’ont établi à la face du monde, et j’affirme qu’il en sera ainsi de tous les sommets climatiques mondiaux à venir jusqu’à la fin des temps - mais il ne vous est pas interdit de démontrer le contraire !

 

En effet, comment croire sans rêver que les humains pourraient s’accorder - un jour ! - sur la pluie et le beau temps, sur le chaud et sur le froid, alors que leurs intérêts égoïstes de toutes sortes, individuels et collectifs, donc leurs inévitables conflits d’intérêts, s’y opposent ? ! En tout cas, je prends date, une fois de plus, en ce jeudi 24 mars 2011, pour affirmer : « Stabiliser le climat de la planète à notre convenance restera une chimère humaine jusqu’à la fin des temps », ainsi que nos plus lointains descendants ne pourront que m’en donner acte - fut-ce dans des millénaires !

 

Néanmoins, votre politique politicienne rassemblant les socialistes, les gauchistes altermondialistes et autres associations écologistes engrange les « bénéfices électoraux » de vos mensonges scientistes – donc, d’une manière illicite, puisque fondée uniquement sur votre lâcheté et malhonnêteté intellectuelles communément partagées - sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de répondre, de façon intellectuellement et philosophiquement étayée, à la question suivante vainement posée par courrier en envoi recommandé avec accusé de réception à Barack Obama lui-même, mais dont seul le récépissé postal, à votre disposition, tient lieu à ce jour d’argumentation contraire :

 

« In an universe, which is perpetually in movement, and where EVERYTHING is in a constant movement, that is the SOLE cause of the unceasing transformation of all the things of our world, human beings included, HOW would-it be possible to definitively stabilize anything and thus to establish on the planet a custom-made climate for all eternity, excepted by stopping this movement itself, precisely? »

 

Dans l’éventualité de votre réponse argumentée à cette question, je termine par le « plat de résistance » de la gauche en général, à savoir votre « moralisme à "deux balles" », ainsi que l’a formulé sans ambiguïté Maitre Jacques Vergès, pas vraiment « de droite », par ailleurs, mais déclarant aussi à votre intention:

 

« La gauche est moralisatrice, et c’est au nom de LA Morale qu’elle lance ses anathèmes ! »

 

Sans reprendre davantage ici l’intégralité de mon argumentation antérieure exposée dans la centaine de lettres déjà évoquée pour dénoncer le moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des Autres au nom de LA Morale : LAQUELLE ? !], je me borne à rappeler les trois fictions sur lesquelles se fonde la superstition moraliste - fruit du penser superstitieux humain, mais tellement « juteuse » pour disqualifier ses adversaires lors de joutes électorales. Là, en effet, à défaut d’arguments intellectuellement et philosophiquement établis, il suffit de les faire passer pour les « méchants », des racistes, tout en se présentant mensongèrement comme les « bons », les antiracistes, aux yeux de l’opinion – et l’actualité brûlante n’est jamais en reste pour venir confirmer mes propos, comme il en va des « cantonales » du jour !

 

Or cette fable des bons et des méchants a déjà été dénoncée sans aucune ambiguïté, il y a bientôt deux mille ans, par l’un des grands diseurs universels de LA Vérité éternelle absolue, mais elle demeure toujours une fiction d’actualité pour le plus grand profit des « menteurs » - aussi longtemps, du moins, qu’ils refuseront d’en débattre, publiquement ou non, pour me démentir !

 

En vérité, en effet, il n’y a pas, d’un côté, les bons, les « vertueux », aujourd’hui les soi-disant antiracistes (nous), et de l’autre, les mauvais, les « salauds », les racistes, eux – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, et à défaut d’y parvenir, merci de bien vouloir m’indiquer lequel, d’Arnaud Montebourg ou de Jean-Noël Guérini, est censé être le bon et le méchant, même si vous semblez avoir fait votre choix entre-temps ! ! !

 

La réalité planétaire des humains est qu’il y a seulement des individus égoïstes, tous sans aucune exception (hypocrites et inconscients inclus), et de ce fait, forcément, il n’y a pas non plus de groupes d’individus, TOUS critères d’appartenance confondus - et notamment ethniques ! -, réellement irréprochables : face à l’Idéal, en effet, chacun, à commencer par moi, est forcément coupable, coupable de « crime de lèse-Idéal ».

 

Or, pour faire culpabiliser légitimement les Autres, il faudrait commencer par être soi-même irréprochable, mais vous ne l’êtes pas plus que quiconque, si j’en juge seulement d’après les circonstances, pour le moins douteuses, de votre élection au poste de Premier secrétaire, dénoncées même comme frauduleuses, en son temps, par votre principale concurrente. Ceci devrait donc vous dispenser, personnellement, de faire culpabiliser les Autres et de leur donner des leçons de morale, mais votre penser superstitieux a indiscutablement près de deux mille ans de retard sur la pensée mystique du Christ.

 

A TERMINER…

Publié dans COURRIER "Politiques"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article