Manuel Valls, une énergie qui s’affiche [Texte de Pierre-Alain Reynaud]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Manuel Valls, une énergie qui s’affiche

Publié le 10 octobre 2012 par Pierre-Alain Reynaud

Manuel Valls, Ministre de l'Intérieur

Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur

 

Si le Président François Hollande et son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault démontrent leurs grandes difficultés à gouverner la Nation, Manuel Valls Ministre de l’Intérieur bien au contraire, affiche de sérieuses qualités de dirigeant responsable dans la lutte qu’il vient d’engager dans les milieux islamistes.

 

Il est clair aujourd’hui que l’Islam radical et révolutionnaire se développe partout en France, et en particulier dans les cités et dans les banlieues, foyers puissants d’un courant de pensée musulman, essentiellement politique faut-il le reconnaître : ici, la religion a perdu tout son sens, et les idéologies avancées par les terroristes en puissance représentent une manipulation de l’Islam afin de transformer le système politique et social d’un Etat en une nouvelle puissance islamiste. En quelque sorte, certains individus détournent les doctrines religieuses pour construire un régime fondé sur la religion, instaurant ainsi une véritable théocratie.

 

C’est ainsi qu’est né au 20ème siècle l’islamisme dont l’expansion prend depuis ces dernières années des dimensions importantes, pouvant entraîner à court ou à moyen terme la disparition de la plupart de nos valeurs.

 

Examinons un scénario devenu possible demain : La France est une république laïque et démocratique. Aujourd’hui, elle est très fragilisée par une économie défaillante, un chômage croissant, et des thèmes républicains mis largement en cause par certains élus politiques et de trop nombreuses associations irresponsables en marge d’une démocratie saine et raisonnée.

 

Dans un tel contexte, il est possible que d’ici quelques années, la république française s’effondre devant des mouvements issus de l’Islam dont le but essentiel se dessine dans la prise du pouvoir, que ce soit au niveau national ou local. Il est facile de constater notamment dans la région parisienne comme dans les cités Nord de Marseille, la montée en puissance d’islamistes radicaux (notamment les salafistes) qui prêchent via les mosquées officielles ou tout autre lieu de culte parfois clandestin, afin de rassembler de nouveaux militants et de constituer un front révolutionnaire dont les actions occuperont un jour ou l’autre le devant de la scène.

 

Ainsi, devant ce danger qui se profile à l’horizon chaque jour un peu plus, Manuel Valls réagit en bon ministre de l’Intérieur, voulant « casser » certaines cellules islamistes, véritables niches d’un terrorisme international. Certes, l’Islam de France ne doit pas être contesté et n’est donc pas contestable. Mais inévitablement il faut faire un « tri »ciblé pour éviter le chaos de nos sociétés : si nous avons le devoir de respecter les droits de la religion musulmane qui a totalement sa place dans notre Pays, nous devons par contre combattre avec détermination tous les mouvements d’individus qui souhaitent la disparition des droits fondamentaux de la démocratie.

 

Il faut donc soutenir largement les actions du Ministre de l’Intérieur et lui demander d’aller encore bien plus loin dans le combat engagé contre ceux qui mettent en péril notre histoire, notre République et notre proche avenir. Ainsi, quand la France est en péril, les français doivent se comporter en patriotes engagés. Aujourd’hui, la Nation est menacée et chacun de nous porte la responsabilité de la protéger : c’est-à-dire protéger nos familles, nos parents, nos amis, nos voisins, mais aussi protéger les générations futures. C’est notre devoir actuel de citoyen, et sur ce point essentiel, Monsieur Valls vient de nous tracer le chemin de la raison et de l’avenir de notre Pays.

 

Pierre-Alain Reynaud

 

Commentaire :

Excellent votre article, Pierre-Alain Reynaud, tant sur le fond que sur la forme que je vous envie !

Il reste néanmoins à nos prétendues élites médiatisées, tous milieux confondus, à le reprendre et à méditer sur la superstition religieuse en général (islam compris).

Comme je peux le prouver au vu de quelques deux-cents d'entre elles, aucune de ces élites, toutefois, n'a accepté jusqu'ici de débattre sur le fond superstitieux des religions, tel qu'exposé dans ma correspondance, soit environ cinq cents lettres, à commencer par nos soi-disant philosophes contemporains (Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann, Michel Onfray, Régis Debray et consorts), dont le silence et le refus de débattre en font des "philosopheurs", car ils ont peur d'affronter le seul et unique "véritable" débat d'idées qui vaille.

Celui-ci ne consiste pas à opposer entre eux des points de vue relatifs partisans (religieux, métaphysiques, idéologiques, moralistes) à d'autres, tout aussi relatifs et partisans, mais à les confronter, tous sans exception, à LA Vérité éternelle absolue, qui suffit à tous les invalider dans leur prétention à dire l'Absolu, ou à parler au nom de l'Idéal.

Et ceci, du seul fait d'être "Unique", d'être véritablement le "Un absolu" (et non "deux") - sauf à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, comme je l'attends vainement depuis plus de dix ans !

Elle établit ainsi une "relation d'immanence" - non de "transcendance" avec ses deux absolus (un créateur ou un principe créateur et notre monde) - entre l'Esprit "véritable" (Cf. l'Idée des idées de Platon, le Père du Christ, le Dieu de Spinoza, entre autres multiples désignations) et l'infinité des mondes infinis, parmi lesquels notre monde humain, mais pas seulement.

A contrario, une relation de transcendance (cf. Descartes et Kant notamment) en appelle à la coexistence de "deux" absolus, ce qui est une impossibilité absolue par définition, telle que démontrée dans le texte, "Vérité éternelle absolue versus mensonges et lâcheté des élites", publié sur le blog, "Philosophie contre Superstition", hébergé sur OverBlog, à l'adresse : www.philosophiecontresuperstition.overblog.com.

NB : Il ne vous sera pas interdit,évidemment, de démontrer la fausseté de mes affirmations sur des points très précis de désaccord, relevés dans le texte mentionné.

Encore bravo, et cordiales salutations...

 

Ralph 1344

Commenter cet article