Le Monde, J’ACCUSE : « Chronique d’une "faillite" annoncée ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

                                                                      Patong Beach, le 21 avril 2014

 

 

Objet : Le Monde, J’ACCUSE : « Chronique d’une "faillite" annoncée ! » 

                                                                       

                                                                       Le Monde 

                                                                       80, Bd Auguste Blanqui

                                                                       75707 Paris Cedex 13

                                                                       Fax : 01 57 28 21 21


[A l'attention de Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, repreneurs du quotidien Le Monde, ainsi qu'à celle de la Direction et du Comité de rédaction]


« Qui ne gueule pas la vérité dans un langage brutal quand il sait la vérité se fait le complice des menteurs et des faussaires. » [Charles Péguy, Tempête sur l’Église de Robert Senon]


« Le cri de joie spinoziste est un cri de guerre contre les superstitions. » [Balthasar Thomass, Spinoza, le maître de liberté]


« Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains, aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. » [Jean Jaurès, Discours à la jeunesse, 1903]


 Mesdames, Messieurs,


Le tout dernier sondage abyssal sur la popularité de François Hollande, à savoir 17% d'opinions positives - un record historique pour un président de la République ! - ne saurait me procurer une meilleure occasion de vous rappeler la correspondance adressée en vain à votre quotidien durant plus de dix ans, en particulier pendant la campagne présidentielle 2012, pour dénoncer les mensonges et les superstitieuses "croyances au miracle" idéologiques du Monde en l'avènement d'un monde parfait, idéal, avec des humains imparfaits, mais DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN - à la saint Glinglin !


Le résultat concret et avéré de votre silence complice visant à faire élire François Hollande est la mise au grand jour, aujourd'hui, de la faillite d'un candidat que vous avez soutenu au prix de votre lâcheté et malhonnêteté intellectuelles, ainsi qu'en témoignent mes lettres rappelées plus loin, toujours sans réponse jusqu'ici mais encore à votre disposition.


Toutefois, cette complicité de gauche entre médias et politiques sur fondement de mensonges était déjà patente pour moi depuis le 26 janvier 2004, quand Le Monde d'alors, celui des Jean-Marie Colombani, Edwy Plenel, Bernard Cassen et Ignacio Ramonet du Monde diplomatique, avait lâchement jeté l'éponge devant moi, en manifestant clairement son refus d'affronter LA Vérité, celle de ses grands diseurs universels  (Mystiques authentiques et vrais philosophes du UN absolu), qui ne recherchent pas les hochets (amour, argent et gloire) de l'égoïsme inné des humains, auquel personne n'échappe (hypocrites et inconscients inclus).


Pour preuve de votre refus manifeste de débattre, et donc d'affronter LA Vérité, je recopie, telle quelle, votre fin de non-recevoir du 26 janvier 2004 :

 

Paris,

Le 26 janvier 2004

Monsieur,

Nous avons bien reçu votre lettre du 24 janvier adressée à MM. Colombani,

Cassen, Plenel et Ramonet.

Nous vous confirmons que nous n'y donnons pas suite.

Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos sentiments distingués.

Le secrétariat de Jean-Marie Colombani

SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU MONDE

 

Ceci, toutefois, ne m'a nullement empêché, par la suite, de continuer à dénoncer vos mensonges et vos "croyances au miracle" - une infamie, en l'occurrence, puisque vous trompez sciemment l'opinion par votre refus de débattre, voire de démontrer la fausseté de mes affirmations sur des points très précis de désaccord.

 

Pour mémoire, durant la campagne présidentielle de 2012, j’avais adressé à votre quotidien les lettres rappelées ci-après, qui visaient à établir la lâcheté et la malhonnêteté, voire la débilité, intellectuelles de François Hollande, au vu de certaines déclarations publiques avérées, dont vous avez eu connaissance sans réagir, donc en acquiesçant…

 

Preuves matérielles d'envoi à l'appui, vous avez reçu le courrier suivant :

 

Lettre du 7 novembre 2011 : France Culture et Le Monde, J’ACCUSE : « Et "LA VÉRITÉ", bordel ? ! »

 

Lettre du 15 janvier 2012 : Le Monde, J'ACCUSE (énième !) : « François Hollande, un président "normal" ? ! »

   

Lettre du 30 avril 2012 : Le Monde, J'ACCUSE (énième+1!), « Complicité de lâcheté, malhonnêteté et débilité intellectuelles avec un éventuel président normal ! »


Et dans ce courrier, je ne manquais jamais, évidemment, de vous faire part de mes gravissimes accusations à l'encontre d'un candidat socialiste trompant, sans sourciller, l'opinion à qui mieux-mieux : « Vous avez dit "malhonnêteté intellectuelle" » ? !

 

Au vu des documents suivants, je vous laisse juge de votre comportement éditorial partisan d’alors, face à un candidat qui se laissait accuser sans réagir, puisque soutenu, de façon partisane, par le quotidien Le Monde, bien que dûment informé de mes accusations sans ambiguïté par le courrier ci-après adressé au candidat socialiste :

 

Lettre du 27 septembre 2011 : Primaire socialiste : « François Hollande disqualifié ! »

 

Lettre du 28 octobre 2011 : François Hollande, J’ACCUSE : « Arrêtez de mentir et de tromper l’opinion ! »

 

Lettre du 20 décembre 2011 : François Hollande, pour mémoire et information: «Débilité intellectuelle de l’époque, lâcheté et malhonnêteté de ses élites ! »


Lettre du  21 février 2012 : François Hollande, pour information: « Le "coup de la finance", les mensonges, les incohérences et autre "méthode Coué" du candidat Hollande ! »


Lettre du 12 mars 2012 : « Et le combat de LA Vérité visant les candidats de la Présidentielle 2012 cessa faute de combattants ! » (Version collective personnalisée)

 

Lettre du 25 avril 2012 : François Hollande, J’ACCUSE : « Lâcheté, malhonnêteté et débilité intellectuelles d’un éventuel président normal ! »

 

Pour résumer mon combat pour LA Vérité contre François Hollande, depuis le 6 octobre 2000, soit une vingtaine de lettres, je souligne que, durant la campagne présidentielle 2012, je l’avais mis au défi de confronter en justice sa vérité et la mienne, dont j’attends toujours la réponse – un étrange président, en somme : menteur et lâche ! ! !

 

Bien entendu, l’après-élection m’a donné l’occasion de jauger les insuffisances de la gestion présidentielle, dont la direction du Parti socialiste a été dûment prévenue sans réagir plus que vous, mais l’opinion publique s’en est aussi aperçu, et le dernier sondage ainsi que les résultats des municipales ont ainsi confirmé mes accusations de "faillite" annoncée.

 

Par contre, à titre personnel, je suis en mesure de vous expliquer pourquoi Manuel Valls jouit, jusqu’ici tout au moins, d’une telle popularité dans l’opinion. C’est tout simplement qu’il n’est pas sectaire, comme m’a permis d’en juger l’échange d’une vingtaine de lettres, de part et d’autre, entre le 28 juin 2003 et le 21 août 2009.

 

Vous seriez notamment étonnés par ses propos, tenus dans sa lettre du 23 novembre 20008, qui feraient assurément bondir les caciques socialistes, mais qu’ils se rassurent, je n’ai nulle intention de porter tort à Manuel Valls dans ses nouvelles responsabilités, d’autant que les Duflot et consorts veillent au grain écolo, sans avoir pour autant le courage intellectuel de débattre sur le fond.

 

C’est tellement pratique pour manipulerl’opinion et tirer nombre d’avantages du mensonge écolo, dont nous reparlerons quand vous serez demandeurs, car les écologistes eux-mêmes n’y semblent guère disposés, comme en témoigne leur silence, qui n’a rien à vous envier…

 

Je m’en tiens-là, dans l’éventualité d’un sursaut de courage intellectuel de votre quotidien, mais je doute fort que Le Monde saura aller au-delà de des prises de position socialistes partisanes, en avançant d’éventuels arguments contraires sur des points très précis de désaccord.

 

Je vous remercie de votre attention, et dans l’infime éventualité de votre réponse contraire argumentée, je vous adresse, Mesdames, Messieurs, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines – sauf à vous-mêmes ou à quiconque, évidemment, dedémontrer le contraire !

 

[Les éventuels défauts de présentation sont indépendants de ma volonté !]

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans COURRIER "Médias"

Commenter cet article