Le Figaro, J’ACCUSE, « Merci pour la France d’avoir couvert sciemment la malhonnêteté, la lâcheté et la débilité intellectuelles avérées du nouveau président de la République ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Patong Beach, le 9 mai 2012

 

Courriel : xxxx@uuuuu

 

Objet :

 

Le Figaro, J’ACCUSE, « Merci pour la France d’avoir couvert sciemment la malhonnêteté, la lâcheté et la débilité intellectuelles avérées du nouveau président de la République ! »

 

LE FIGARO

14, boulevard Haussmann

75009 PARIS

Fax : 01 56 52 23 57

01 42 21 22 99

 

[A l’attention de la Direction, du Comité de rédaction, d’Éric Zemmour et Jean Sévillia]

 

« Si je sais la vérité et ne gueule pas la vérité, je suis le complice des escrocs et des faussaires. » [Charles Péguy]

 

« Le cri de joie spinoziste est un cri de guerre contre les superstitions ! » [Balthasar Thomass]

 

Mesdames, Messieurs,

 

Suite aux résultats définitifs de la Présidentielle 2012, lesquels devraient vous satisfaire en raison de votre obstination à refuser de répondre sur le fond à mes courriers des 3, 4, 5, 26 et 29 derniers, je ne peux manquer, comme je m’y étais engagé dans celui du 26 dernier transmis par télécopie, de dénoncer, après le 6 mai, l’énorme responsabilité intellectuelle du Figaro, dans l’issue de cette élection.

 

En effet, tous les courriers mentionnés avaient pour objet commun sous diverses versions, « Le charlatan Hollande et le grand mensonge électoral ! », et donc votre silence obstiné m’autorise à vous accuser de ne pas avoir tout tenté pour faire obstacle à son élection.

 

Toutefois, je n’oublie pas pour autant le rôle capital joué par les « traîtrises » du camp de droite, celles des Bayrou, Le Pen et Dupont-Aignan, confirmant ainsi son étiquette éculée de droite la plus bête du monde, puisque l’addition de toutes leurs voix du premier tour auraient confortablement assuré la réélection de Nicolas Sarkozy – sauf à vous-mêmes ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, sans utiliser pour cela, néanmoins, l’hypothèse des reports "effectifs" de voix, dont personne ne sait rien avec une absolue certitude !

 

Par contre, je suis bien placé pour vous accuser, en toute connaissance de cause, d’avoir dissimulé sciemment, à vos lecteurs, ce dont vous étiez amplement informé quant à la malhonnêteté, la lâcheté et la débilité intellectuelles du candidat socialiste, devenu malencontreusement président, en partie grâce à votre silence.

 

Vous disposiez, en effet, de ma lettre du 25 dernier, adressée nommément à François Hollande sous l’intitulé, François Hollande, J’ACCUSE : « Lâcheté, malhonnêteté et débilité intellectuelles d’un éventuel président normal! », dont je souligne au passage qu’elle demeure toujours sans réponse jusqu’ici.

 

Que personne, cependant, ne vienne invoquer l’intense activité bien compréhensible d’une campagne présidentielle pour justifier ce silence, car son refus de débattre sur le fond est constant depuis le 6 décembre 2000 !

 

Et par ailleurs, se laisser accuser, de  la manière dont je le fais, sans jamais avoir le courage intellectuel de répondre, témoigne a contrario de sa lâcheté intellectuelle d’affronter LA Vérité, au point même de refuser, tout au moins tacitement, de relever mon défi l’invitant à confronter en justice « sa » vérité et la mienne, dont j’ai précisé toute la différence dans ma dernière lettre.

 

Pour combattre le candidat socialiste, vous disposiez également de mes lettres des 15 janvier et 30 avril derniers, transmises par télécopie au quotidien Le Monde, preuves matérielles d’envoi à l’appui. Elles avaient respectivement pour objet, Le Monde, J'ACCUSE (énième !) : « François Hollande, un président "normal" ? ! », et, Le Monde, J'ACCUSE (énième+1!), « Complicité de lâcheté, malhonnêteté et débilité intellectuelles avec un éventuel président normal! »

 

Passe, toutefois, que la Direction et les journalistes du quotidien Le Monde ne répondent pas à mes accusations et "oublient" d’en informer leurs lecteurs, c’était de bonne guerre, quoique malhonnête, de la part d’un soutien inconditionnel de François Hollande, tandis que le silence du Figaro fut une manière de jouer contre son camp, ainsi que je vous en avais, alors, clairement accusé.

 

Et encore ignorai-je, lors de ces envois, la publication de Pierre-Alain Reynaud, économiste, parue sur Politicien.fr sous l’intitulé, « Pourquoi je ne voterai pas François Hollande ». Elle est particulièrement édifiante, mais surtout très inquiétante pour le devenir annoncé de la situation économique et financière de la France - à vérifier toutefois, à l'aune de l'actualité à venir !

 

Aussi, pour vous donner l’occasion d’en juger plus valablement que moi sur le plan purement économique, car je ne m’en sens pas suffisamment apte, je vous fais parvenir cette publication, de manière à ne pas oublier, cette fois-ci, d’en informer vos lecteurs avant le 10 juin prochain, premier tour des élections législatives, car il pourrait permettre de rétablir l’équilibre entre les deux assemblées récemment élues, évitant ainsi un pouvoir quasi-monarchique au nouveau président.

 

Dans cette éventualité qui serait un repêchage pour votre quotidien, en matière d’information, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines, sauf à vous-mêmes ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire.

 

Annexe : 1 - Publication de Pierre-Alain Reynaud

                 2 - Lettre du 25 avril 2012 à François Hollande (pour mémoire)

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans COURRIER "Médias"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article