Messieurs les menteurs, justifiez-vous ! [FIN]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

[Suite du courier adressé au GIEC le 2 novembre 2009

Really, "ALL" that happens in our human world (natural phenomena, historical events, collective actions, and individual acts) results only from the infinite chain of causes and effects, depending exclusively on the perpetual motion of our universe and all the things which constitute it. So, in its infinite transformations and the infinity of its degrees of speed, universal movement is the SOLE cause of all the ceaseless modifications of all the things of our universe, including the permanent transformations of the human beings – according to Brunner, in our world, NOTHING is constant, except the changing !

 

To believe that solely our so-called free will would be enough to initiate anything whatsoever into our world is to take it for God, or first cause. Thereby we are becoming the first link of the infinite causal chain, while, even ignorant of "necessity", the "inescapability" of the future of the world, we are ceaselessly subjected to the infinite determinism of the infinite causality. In our world we get absolutely NOTHING under control, neither our loving life nor the climate, and you would master the natural strengths, according to your will ! However you can at least try to demonstrate the contrary­! ! !

 

The preceding leads me to raise a major objection against the current environmentalist thesis. I assert, indeed, that the future of the world generally, and that of the climate in particular, depends on the infinite connection of the "infinity" of the causes and effects of all phenomena, while the hard-line ecologists, on the other hand, indicate clearly, without ambiguity, that they consider carbon dioxide, CO2, as the unique factor responsible for global warming. It is labelled as the number one enemy of the planet - the scapegoat, in a sense -, since all the envisaged solutions aim exclusively at its reduction, as proved it the recent "Day for the planet" aiming to lock the climatic changes – but, obviously, it is not forbidden for you or anyone else to demonstrate the contrary!

 

About my major objection, I put the following question: "How could CO2, which cannot - any more than any other thing of our universe – be the cause of itself, and then the real “first cause” of climatic disorder? Besides, imputing its origin and its action only to the industrial or automobile pollution of our time, is to forget a little too quickly that Greenland and Great Britain knew an exceptional reheating in the 9th and 10th centuries, during which there were meadows and dairies in the one, and vineyards in the other one, while the causes incriminated today were non-existent.

 

I will not elaborate here on the gaps in our current scientific knowledge, already mentioned, but I cannot resist mention of inaccuracies advanced by the ecologists regarding the polar glaciers for example, because there is in Antarctica exactly the opposite phenomenon to the north hemisphere, judging by a comment of Claude Allègre on France Inter, on October 11th, 2007. What do we really know, besides, about the internal functioning of the sun, for example, about El Niño, about the magma in flux under our feet, and about a lot of others things, or even of their precise implications in the evolution of the terrestrial climate? After all, regarding future scientific knowledge, we do not know a lot of things, and certainly nothing about how current blunders are to be refuted in the future. Concerning the so-called absolute truth in science, we can know NOTHING, as also confirms this comment of Claude Allègre during the same broadcast: "The scientific official truth, that does not exist! He confirmed so the distinction made by Brunner between the relative and the absolute, the confusion of which is at the origin of our superstitious thinking!

 

As for weather forecasts established by scientism on the basis of its current mathematical models, which are fictitiously taken for having absolute validity, what will these models be in a century or more­? Today, anyone can at least notice that these forecasts are not absolutely reliable over a fortnight, and usually even much less, exactly because of the perpetual universal movement which your mathematical models boast nevertheless to know in its infinity of forms and degrees of speed. In spite of this complete impossibility, you come to announce to the world, as absolutely certain, some of the forecasts to be verified in hundred years, when none of the current human beings will be there to verify. This prophetic scientism moves ever closer to superstitious religious belief in a paradise and a hell, from which nobody, necessarily, ever came to bring the proof!

 

Besides, we have also to admit that Superstition in its diverse modes of expression bases itself, in all times and places, on fear and hope, as we see with the celestial paradise or the imaginary paradise on Earth! I cite for proof the catastrophic prognostications of Jean-Marc Jancovici, whom you certainly know in his capacity as inventor of the carbon assessment, if I am not mistaken. He paints an apocalyptic future of the planet, and does not hesitate to foresee "war in the world", "loss of democracy", etc. in connection with the scientistic superstition of the day, if human beings fail to stabilize the climate. And let us not forget, obviously, the disaster movies of Al Gore, Yann Arthus-Bertrand and Nicolas Hulot, also based on the fear-mongering about the future!  

 

I cannot detail here all the arguments in the same vein that exploit fear of an uncertain future for the planet. In summarizing all the ideas on the origin of global warming and the means to remedy it, I must simply emphasize that scientism and ideological environmentalism confuse the theory, the Ideal, and the practice, our earthly reality; but without ever caring about THE absolute eternal Truth. Certainly, it is easier to deny the absolute Truth than to truly establish, with your tricks, your merely relative truths that are deceitfully set up as absolute - absolutely absolute!

 

Even if you deny IT, THE absolute Truth reveals itself by the only fact that it contains "in itself" its certainty, solely based on its absolute Uniqueness. Indeed, if there existed two opposed truths, all the more if there were more, none of them could be really absolute, and that is why any true debate of ideas cannot consist of opposition "in the infinite" between diverse truths. Real true debate lies in confronting all partisan, relative points of view, ALL without exception, with THE absolute eternal Truth, which is enough to invalidate them in their claim to express the Absolute - a good reason, consequently, for not ostracizing the upholders of the inverse ecological thesis generally, and Claude Allègre in particular! 

 

If THE absolute Truth reveals itself also by the absence of any contradiction or incoherence, this is far from being the case for the environmentalist thesis, as already established with consideration of the infinity of causes, but it is also obvious as regards the future of the world. Suppose, indeed, that arrogant humans would succeed today "by magic" in establishing on the planet a customized climate merely in reducing the rate of CO2 in the atmosphere, who can guarantee, in view of the perpetual universal movement, that it would last for all eternity? And thus our more or less distant descendants would need to apply themselves to the task once again, since, whether you agree or not, the climate of the planet will remain changeable until the end of times, and according to the infinite connection of the perpetual universal movement, it will continue, sometimes to be warmer, sometimes colder!

 

That is why I denounce without hesitation a global "swindle", which, chronologically speaking is to be classified after the "invention" of religion and of the so-called contemporary universal catechism, or Declaration of human rights in 1948. It does not take the innate egoism of human beings in account, while our egoist nature make us unable to act unanimously - climatic warming or not! Nobody, indeed, escapes his natural egoism, whether in matters of love, or wealth or honour-vanity, in which all people are subject to their egoistic interests.

 

And it is these human beings such as they really are, and not such as they should be, that you trust to act unanimously against a presumed mortal danger, the term of which is pushed forward to Saint Glinglin. Meanwhile, these people are incapable of settling local conflicts between Lilliputian territories, lasting more than six decades, even of pacifying Afghanistan, and they claim to moralize the capitalism or locking the climatic variations, according to your wishes, what exceeds widely the twelve labours of Hercules's in scope, and in financing.

 

I go even farther, basing myself on the natural egoism of human beings (beginning with myself), and thus I assert without risk of self-deceit that, if you assured people an 8% growth rate each year for decades, their fear about the planet's fate would immediately stop bothering them.

 

For lack of proving that assertion, necessarily, it is not forbidden to everybody, you included, to establish the contrary by showing any unanimous actions for the planet, a very difficult task, since so many others testify of actions pulling in different directions, as shown merely by the thrifty reactions to the principle and amount of the carbon tax, without forgetting the difficulties of the twenty seven States of the European Union to agree on the financing of the envisaged measures.

 

For lack of anything better, you can try at least to bring a convincing answer, namely a scientifically and philosophically well-argued demonstration, to the following question already put in my previous e-mails:

 

« In a universe, which is perpetually in movement, and where EVERYTHING is in a constant movement, which is the SOLE cause of the unceasing transformations of all the things of our world, human beings included, HOW would-it be possible to definitively stabilize anything whatsoever, and thus establish on the planet a custom-made climate for all eternity, except, precisely, by stopping all this movement itself? »

 

Assuredly, it is fashionable to speak today about a "long-lasting environment", but without mentioning the possible depletion of natural resources, which we cannot predict for the distant future, HOW could anything be "sustainable" in a universe which moves ceaselessly, and where EVERYTHING changes continually?

 

Looking forward to your possible contrary arguments on very precise points of discord, for lack of which your silence and your refusal to discuss would show your decided intention to continue in the lies and the "belief in miracles" of the contemporary world, I thank you for your attention and assure you, Ladies, Sirs, of my best regards.

 

Appendix: Emails of September 6th and 17th, 2009

 

 November 17th, 2009

 

C/O World Meteorological Organization

7 bis, Avenue de la Paix

C.P. 2300

CH- 1211 Geneva 2, Switzerland

Email : IPCC-Sec@wmo.int

 

[To the attention of Rajendra K. Pachauri, chairman]

 

Ladies, Sirs,

 

I sent you twice by email, i.e. on the 2nd and the 6th of this month, the following message enclosed with my letter, but I am sorry to note, that it still remains today without answer.

 

However it contained an important question, which seems sufficient for definitively invalidating the pretentious arrogance of 21st century humanity to establish on our planet a custom-made climate for the eternity.

 

Nevertheless, if you really think, that this argument is not sufficient for invalidating your «climatic dream», you do have at least to demonstrate so, otherwise it is only a question of faith like in religion, i.e. scientistic religion, or, rather, materialistic metaphysics.

 

So, without a definitive answer to my question, I will send you a more detailed letter for establishing the definitive impossibility of having a custom-made climate on earth.


In the expectation of your contrary demonstration, I thank you, Ladies, Sirs, for your attention.

                                                      

First message :

                                                                                   
September 6th, 2009       

                                                       

 C/O World Meteorological Organization

 7 bis, Avenue de la Paix

 C.P. 2300 

 CH- 1211 Geneva 2, Switzerland

Email : IPCC-Sec@wmo.int 
                    

 [To the particular attention of Rajendra K. Pachauri]

 

Ladies, Sirs,


I would be very interested in your scientific and philosophical answer to the following question:

«In a universe which is perpetually in movement, and where EVERYTHING is in a constant movement, which is the SOLE AND UNIQUE cause of the unceasing transformation of all the things of our world, human beings included, HOW would-it be possible to definitively stabilize anything, and thus to establish on the planet a custom-made climate for the eternity, except by stopping this movement itself, precisely? »


They are very powerful, these humans of the 21st century, and they surely have no doubts about their pretentious arrogance. Nevertheless, only when you will give a credible answer to this question, i.e. a scientifically demonstrable explanation, humanity will cease to be manipulated on the climatic question and the so-called means to remedy it - but such proof is, no doubt, for tomorrow 


At this point, I inform you that I am still waiting for an answer on the same question, which I presented in my letters addressed to Nicolas Sarcoxie on September 18, 2008, and to Jean-Louis Borloo on January 20th, 2009; but these letters are at your entire disposal.  


However, in the expectation of your own answer, I thank you for your attention.


Yours sincerely


B – Lettre du 12 novembre 2009 à Nicolas Sarkozy


Le 12 novembre 2009

 

Objet :

« GIEC et "débilité intellectuelle" »                                                                            

 

Monsieur Nicolas Sarkozy

Palais de l'Elysée

55, rue du Faubourg Saint-Honoré

75008 Paris

 

[A l'attention de François Fillon, Jean-Louis Borloo, Xavier Bertrand, Nathalie Kosciusko-Morizet et Chantal Jouanno, respectivement ancienne et nouvelle Secrétaire à l’Ecologie]]

 

Monsieur,

 

Le 18 septembre 2008, je vous ai adressé en envoi recommandé avec accusé de réception un courrier intitulé, « Philosophie, euthanasie et "débilité intellectuelle" », qui entendait dénoncer, arguments intellectuels et philosophiques à l’appui, la « Superstition », le penser superstitieux, dans ses divers modes d’expression [Religion, métaphysique (matérialisme et idéalisme), idéologie et moralisme], et en particulier le scientisme contemporain, ou métaphysique matérialiste, qui fait précisément l’objet de cette lettre, car il n’est rien d’autre que la forme dévoyée de la Science.

 

A ce courrier était joint le texte, Mensonges et lâcheté des élites, dans lequel je dénonce les mensonges et les « croyances au miracle » du monde, ainsi que ceux qui les colportent au quotidien - sciemment, désormais ! -, à savoir les faiseurs d’opinion de l’époque, tous milieux confondus [Médias, responsables politiques, intelligentsia (prétendus intellectuels, pseudo-philosophes) et associations moralisatrices ou écologistes], en raison de leur silence et de leur refus de débattre sur le fond depuis plus de douze ans, comme l’ensemble de ma correspondance en témoigne, preuves matérielles à l’appui.

 

Néanmoins, à ce jour, je suis bien obligé de constater que seul le récépissé officiel du Chef de Cabinet du Président de la République, en date du 13 novembre 2008, fait office d’argumentation contraire à ma lettre du 18 septembre 2008, puisque j’attends toujours la moindre objection de fond à ce courrier, en particulier sur la partie consacrée au « scientisme », à propos duquel j’avais écrit en substance :

 

« La « débilité intellectuelle » de l’époque se manifeste également dans ses « croyances au miracle » scientistes. Par « scientisme », j’entends la Science devenue superstitieuse, dès lors qu’elle absolutise fictivement le relatif, c’est-à-dire fait passer ses théories et ses hypothèses relatives pour absolues, pour réalité ou Vérité absolue, alors que la Science est à jamais relative – l’évolution de son savoir fluctuant constamment au fil du temps, y compris de façon contradictoire, suffit à l’attester !

 

Croire – encore et toujours « croire » ! – que notre penser relatif, ou penser du relatif, celui qui nous sert à vivre et à nous orienter dans notre monde des choses, serait en mesure de connaître et de comprendre absolument notre monde - a fortiori de le maîtriser « absolument » ! -, c’est l’une des récentes « croyances au miracle » de l’humanité, venant à la suite de son catéchisme des droits de l’Homme, toujours aussi impuissant à mettre au pas les humains, faute de jamais parvenir à concilier la théorie, LA Morale, et la pratique, la réalité quotidienne.

 

Sans entrer ici dans le débat de fond sur le réchauffement climatique, à propos duquel j’attends toujours les objections de Nicolas Hulot à ma lettre du 29 juin 2007, la « croyance au miracle » scientiste du jour se manifeste dans la prétention insensée des humains du XXIe siècle de croire pouvoir dominer à leur guise les forces éternelles de la Nature, afin d’établir sur la planète un « climat sur mesure » pour l’éternité – certes, DEMAIN, toujours DEMAIN, mais seulement DEMAIN, à la saint Glinglin, cette sempiternelle échéance du penser superstitieux sous toutes ses formes !

 

Comme ni vous ni moi (et bien peu des Terriens d’aujourd’hui) ne verrons le terme annoncé de cette nouvelle chimère, à savoir la fin du siècle, je me borne à fournir deux arguments non scientifiques pour la dénoncer, sans oublier pour autant les contrevérités et les lacunes de notre savoir scientifique actuel sur « tout un tas de choses » (selon l’expression de Claude Allègre), dont ne manqueront pas de sourire nos plus ou moins lointains descendants. Forcément, au fil des siècles et des millénaires, ils ne manqueront pas de constater notamment qu’il fait toujours sur Terre, tantôt plus chaud, tantôt plus froid, même si nos scientistes du jour se font prophètes sans preuves, alors que seule la démonstration poussée à son terme ultime, l’UN absolu, est légitime en matière de Vérité.

 

Mon premier argument se fonde, encore et toujours, sur l’impossibilité absolue d’introduire l’absolu dans le relatif, autrement dit de transposer l’Idéal dans le quotidien, qu’il s’agisse du devenir du monde en général ou de celui du climat en particulier. Il s’appuie, en outre, sur la constatation scientifique indiscutable suivante : notre monde est en constant mouvement, et donc en incessant changement, puisque celui-ci en découle ; il en résulte que la configuration de notre monde des choses est - à « TOUT » moment ! - différente de ce qu’elle était l’instant d’avant. Ceci devrait suffire à réduire à néant le « rêve fou » des humains d’aujourd’hui, devenu de facto sans intérêt puisque tout serait à recommencer sans cesse – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, d’établir que les Terriens seraient en mesure d’arrêter, de « figer », le mouvement universel perpétue ! Mais là, précisément, les humains apportent la preuve qu’ils ne doutent de rien, forts qu’ils sont de leur prétendue « libre volonté », capable de soulever des montagnes avec leur foi en elle - paraît-il !

 

Or, si cette fiction d’un illusoire « libre arbitre », en vertu duquel il suffirait de vouloir pour pouvoir, était une réalité de notre monde, c’est à se demander pourquoi les maux sempiternels de l’humanité perdurent depuis des millénaires, puisqu’il nous suffirait de vouloir pour pouvoir les éradiquer, voire instaurer sur la planète liberté idéale et égalité absolue, entre autres vœux pieux. Plus simplement, par ailleurs, pourquoi notre langage, et bien d’autres, auraient-ils besoin d’utiliser le conditionnel, SI TOUT  dépend exclusivement de notre libre volonté  excluant par avance tous les impondérables, lesquels, par définition, nous échappent ?

 

En réalité, TOUT ce qui se produit dans notre monde (phénomènes naturels, évènements historiques, actions collectives, actes individuels) dépend seulement de ce que Spinoza nomme la « nécessité », à savoir l’enchaînement infini de l’infinité des causes et des effets que nous sommes totalement incapables de maîtriser par notre libre arbitre, comme la seule situation économique mondiale d’aujourd’hui suffit à l’attester.  

 

Mon second argument contre la prétention obscurantiste scientiste du jour, qui vaut également pour invalider les « croyances au miracle » de la superstition idéologique, tient à la réalité de notre nature humaine. Celle-ci se caractérise par son égoïsme inné et effréné, auquel personne n’échappe : ni vous ni « moi », et pas davantage les six milliards d’humains d’aujourd’hui, voire les milliards supplémentaires de demain et d’après-demain - hypocrites et inconscients inclus ! 

 

Brièvement défini, notre égoïsme naturel n’est que le désir premier de chacun de vivre le plus longtemps et le mieux possible, en se gratifiant autant que faire se peut dans ses affaires d’amour, quel qu’en soit l’objet, d’argent, en tant qu’instrument de possession des biens les plus divers, voire de personnes, et de gloire ou honneur-vanité, d’ego tout simplement pour les plus modestes - s’il en existe !

 

Alors s’imaginer que les six milliards d’humains différemment concernés par l’inquiétude climatique actuelle, et par ailleurs légitimement soucieux de leurs intérêts égoïstes immédiats, individuels ou collectifs, vont se mettre à marcher comme un seul homme pour le bien de la planète, un hypothétique bien qu’ils ne verront même pas, cela fait partie de la « croyance au miracle » actuelle, orchestrée à l’unisson par les scientifiques du GIEC, les médias, les politiques et les intellectuels d’aujourd’hui, à l’exception de quelques rares contradicteurs, parmi lesquels Claude Allègre.


Les chances de réussite de cet improbable accord unanime sont d’autant moins assurées que l’Organisation des Nations Unies, représentative de tous les Etats de la planète, n’est pas parvenue, en plus de soixante ans, à faire vivre en paix deux Etats lilliputiens voisins, ou encore à en juger d’après les difficultés rencontrées aujourd’hui dans le Caucase pour résoudre un conflit concernant, en superficie et en population, l’équivalent de deux départements français, sans oublier d’innombrables exemples et la retenue à l’égard de la Russie pour des raisons fondamentalement égoïstes d’approvisionnement en énergie - mais il n’est pas interdit de rêver et la planète ne s’en prive pas, malgré des accords internationaux sempiternellement bafoués ! ! !


Compte tenu de l’impossibilité chronique à régler définitivement les problèmes terrestres liés à la multitude des intérêts égoïstes contradictoires à travers la planète, il faudrait peut-être commencer à réfléchir sur l’opportunité, ou non, de s’engager dans cette galère climatique par rapport à laquelle les douze travaux d'Hercule ne sont qu'une modeste illustration – ne serait ce que pour une banale question de financement des mesures envisagées, et pratiquement envisageables sans mettre en péril l’activité économique et financière mondiale.


Toutefois, je fais confiance à l’avenir plus ou moins lointain pour juger de la pertinence de mes propos d’aujourd’hui sur le climat et ses incessantes variations, dès lors qu’ils seront confrontés à la réalité observable du climat terrestre de demain, d’après-demain et ainsi jusqu’à la fin des temps. En effet, le Groenland nous a déjà fourni un exemple bien connu de très important réchauffement climatique, aux IXe et Xe siècles, sans souffrir pour autant de pollution industrielle ou inhérente aux moyens de transport, à une époque où l’hypocrite compassion publique ne s’attendrissait pas sur le devenir des ours blancs – et pour cause : le tambour médiatique n’était pas là pour colporter planétairement les mensonges et les « croyances au miracle » du penser superstitieux !


Je dis « hypocrite », dans la mesure où une très large fraction de l’opinion compassionnelle d’aujourd’hui se préoccupe davantage du sort des animaux en général, et des ours blancs en particulier, que de celui de son prochain, comme suffisent à l’illustrer les luttes intestines entre camarades de gauche en général et entre camarades socialistes en particulier. C’est aussi l’une des caractéristiques des « vertueux » d’afficher leur amour universel, rappelé fort mal à propos par Ségolène Royal reprenant à son compte le mot du Christ : « Aimez-vous les uns, les autres », alors que les uns et les autres, précisément, s’entredéchirent à qui mieux-mieux pour de sombres questions d’intérêt – mais pas seulement à gauche, d’ailleurs, et pas seulement en politique ! l ! » [Fin de citation]


Pour en terminer avec le courrier évoqué, dont la copie est toujours à votre disposition, je tiens à souligner que j’ai également dénoncé le scientisme dans une lettre adressée le 20 décembre dernier à Nathalie Kosciusko-Morizet, alors Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, ainsi que dans celle expédiée en courrier recommandé avec accusé de réception à Jean-Louis Borloo, le 20 janvier 2009, mais dont j’attends encore à ce jour la réponse, puisque seul le récépissé postal tient également lieu d’argumentation contraire, et sans oublier mon courriel du 16 septembre dernier à Xavier Bertrand, Secrétaire national de l’UMP, également toujours sans réponse à ce jour.


Depuis lors, je n’ai eu de cesse de contacter les grands leaders d’opinion de l’hexagone (médias, politiques, intellectuels et associations écologistes), dont les noms et les preuves d’envoi de mon courrier sont à votre disposition, pour les mettre face à leurs mensonges et à leurs « croyances au miracle » sur la question climatique, en espérant obtenir des objections intellectuellement, voire scientifiquement, et philosophiquement étayées. Or, je n’ai pu constater jusqu’ici que leur silence et leur refus de débattre, et c’est pourquoi j’ai décidé de m’en prendre directement au GIEC en raison de son immense responsabilité de tam-tam médiatique sur fondement scientifique prétendument avéré, ce que j’attends toujours de vérifier en réponse à ma question précisée dans le courrier annexé.


Pour ce faire, le 2 septembre dernier, j’ai adressé un courriel à l’IPCC pour exposer un argument à validité éternelle, mais faute de réponse, je l’ai réexpédié le 6 et le 17. Toutefois, même si le denier envoi portait en objet : « GIEC : ÉCHEC ET MAT ? ! », je n’ai obtenu que silence et mépris en guise de réponse. Cette lâcheté intellectuelle m’a donc conduit à développer mon point de vue dans une lettre recommandée avec accusé de réception, en date du 2 novembre, ainsi qu’en témoigne le récépissé postal signé le 4, que je joins à cet envoi.


Le temps perdu jusqu’ici en raison du silence et du refus de débattre des soi-disant « élites », contactées sur le réchauffement climatique, ainsi que la proximité de la Conférence de Copenhague m’ont amené à faire part de mon combat contre la superstition scientiste, entre autre, à celui que l’humanité considère comme son nouveau messie « cosmo-planétaire », Barack Obama en l’occurrence. C’est pourquoi je vous invite ainsi que les membres du gouvernement, et notamment ceux mis en exergue ici, à prendre connaissance de ma lettre en anglais du 9 courant au Président américain, accompagnée du courrier adressé au GIEC dans sa version anglaise et française, ainsi que des documents témoignant officiellement de leur envoi.


Vous y trouverez l’essentiel de mes arguments dénonçant, sur le plan intellectuel et philosophique, la « croyance au miracle scientiste » du jour, mais j’y j’ajoute cette dernière question :


« A quel moment et à quels signes tangibles indiscutables, l’humanité reconnaîtra-t-elle que le climat de la planète a été définitivement maîtrisé, idéalement stabilisé ? »


Personnellement j’y ai déjà répondu, et la saint Glinglin fera donc l’affaire, sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire - mais la saint Glinglin n’est pas non plus pour demain en la matière ! Or, sans rigoureuse démonstration contraire sur des points très précis de désaccord, la superstition scientiste est en tout point comparable au catéchisme religieux ou droit-de-l’hommiste, dans la mesure où elle découle pareillement du penser superstitieux !


En conclusion, je pense avoir établi, dans l’ensemble des documents à votre disposition, ce que j’entends par « débilité intellectuelle » de l’époque, mais aussi de toutes les époques, telle qu’elle se manifeste lorsque la Foi, la croyance au miracle, prime sur la Raison, la démonstration.  C’est pourquoi je vous invite à soulever vos éventuelles objections sur des points très précis de désaccord sur le fond et à présenter vos arguments intellectuellement, voire scientifiquement, et philosophiquement étayés.


Dans cette éventualité, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.


Annexe 
: I - Lettre du 9 novembre 2009 à Barack Obama

                 II – Lettre du 2 novembre 2009 au GIEC

                 III – Texte, Mensonges et lâcheté des élites

                 IV – Accusé de réception et fiche d’envoi d’un recommandé international

         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans COURRIER "Divers"

Commenter cet article