« IPCC: I ACCUSED ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

 

 

 

 

NovemberNovembe7th, November, 9th, 2009
 

Object:

« IPCC: I ACCUSED ! »

Mister Barack Obama

The White House
1600 Pennsylvania Avenue NW

 Washington, DC 20500

 

Sir,

 

For avoiding to the current humanity to turn darker straight ahead in the wall and to sink into the ridiculous in front of the future generations, the nearness of the world Conference of Copenhagen on the climate gives me the opportunity to draw your attention on the contemporary global "lie" in its " faith in the miracle” to establish on the planet a "customized" climate for all eternity: TOMORROW, always TOMORROW, but only TOMORROW!

 

Indeed, this deceptive scientistic promise, similar to those of the ideological superstition, results only of our superstitious thinking, which succeeds in persuading the human beings in their power to transpose the Ideal into the everyday life, that it is about the future of the world generally, or about that of the climate in particular.

 

I tried in vain up to here, in the national level, to alert in particular Nicolas Sarkozy by my letter of September 18th, 2008, then Jean-Louis Borloo, French Minister for the long-lasting Environment, on January 20th, 2009, as well as most of the hexagonal makers of opinion, any confused circles [Media, politicians, intelligentsia (claimed intellectuals, pseudo-philosophers) and environmentalist associations], among whom names and proofs of sending of my mail are at your disposal.

 

For lack of answer of these so-called "elites", I addressed directly the members of the IPCC because of their immense scientific responsibility and of their global implication guaranteeing for this contemporary "swindle" to ask the following question:


« In an universe, which is perpetually in movement, and where EVERYTHING is in a constant movement, that is the SOLE cause of the unceasing transformation of all the things of our world, human beings included, HOW would-it be possible to definitively stabilize anything and thus to establish on the planet a custom-made climate for all eternity, excepted by stopping this movement itself, precisely?
»


In several e-mails always without answer this day, figured notably that of last September 17th, entitled without ambiguity " IPCC: CHECKMATE?! ", which aimed at denouncing the silence and the refusal of these international scholars to discuss on a question nevertheless all over the world guaranteed by the official Science. I invited them in particular to refute my demonstration by means of arguments scientifically and philosophically supported, as well as give evidence of it my letter of 2 inst., sent in registered packet with acknowledgement of receipt - so as whoever or to yourself, obviously, to demonstrate the opposite on possible litigious points, as I had respite to demand it throughout this mail to contradict me!


I join this document to allow you to judge quite at leisure my whole argumentation in its slightest details, and so can refute them possibly on the scientific and philosophic plan. Consequently, I restrict to highlight here the main lines of my presentation establishing the lies and the "faiths in the miracle" of the Superstition generally, and the scientism in particular in its arrogant person claim to master the climate of the planet "at our convenience": WHICH ONE, moreover, so as to believe the human beings in measure to agree on the rain and the good weather in particular, and generally on what is good and bad, that is really on what is good or bad for their selfish interests of all kinds, individual or collective?!


"ALL" the lies of the world - those of yesterday, current and of tomorrow - always base themselves on the deceitful postulate of the Superstition in its diverse modes of expression, because it consists by “taking the relative as absolute", that is to present fictitiously as absolute, as reality or the absolute Truth, the only relative contents thought in and about our world. The scientistic superstition does not escape it, since it makes absolute its theories and its hypotheses, while the Science is for ever condemned to express only the "relative truths" till the end of time.


So, leaving this false premise, the superstitious thinking under all its forms does not hesitate to jump the abyss, nevertheless for ever unbridgeable, which separates definitively the practice, the daily reality, the "relative", from the theory, the Ideal, the "Absolute", as it goes away of the current superstitious faith in our claimed power to master "absolutely" the climate of the planet in our way, by locking its ceaseless variations.


I want for proof the comments of Yann Arthus-Bertrand declaring in a feminine monthly magazine, in June, 2008: "It stays in us ten years to save the planet" - clearly said: "In ten years, the apocalypse will be mastered"! ! ! We do not thus have for a long time to wait - less than nine years, today! - to verify this prediction, and they will still be billions of individuals to notice or not its eventual realization. Now, as well as the humanity waits in vain, for more than two centuries, for the advent of the ideal freedom and the absolute equality on Earth, are not enough resounding declarations for reaching them, no more than for mastering the climate - in view of the above-mentioned assertion, I can’t really see, moreover, how the human beings would reach there within decade!


Be that as it may, we master NOTHING in our world. NOTHING depends on our claimed free will, otherwise the infinite problems of the planet would not remain durably unresolved, and our world would have effectively become a paradise! We have thus only the obligation to adapt ourselves permanently to the infinite connection of the infinity of the causes and the effects, led by the perpetual motion of our universe and all the things which constitute it. In the infinity of its forms and its degrees of speed, the movement is the fundamental cause of ALL which happens in our world (natural phenomena, events history, collective actions and individual acts) by the ceaseless transformation of EVERYTHING, to which we have to adapt ourselves willy-nilly, as well as testify of it, at the global level, infinite and constant reforms introduced in all the States without exception to try to follow so-so the movement, even if they are always running late on it!


In conclusion, I think of having put you so in front of your immense global responsibility in the only choice which is imperative on the subject, according to THE absolute eternal Truth. So as to demonstrate the opposite, obviously, in front of an obvious error so heavy of consequence for the humanity, it seems preferable to backtrack instead of pursuing pointlessly a for ever inaccessible purpose, because as says it the classic art Latin expression:
« Errare humanum est, perseverare diabolicum »


Nevertheless, if you do not share my opinion, what is your most justifiable right, you have to demonstrate the opposite on very precise points of discord, because only the Reason, the demonstration, has a justifiable validity against the Faith, the "belief in the miracle".
 

Besides,  I inform you  about my intention to communicate a copy of this mail to Mister Ban Ki-moon, General Secretary of the United Nations Organisation, to the president of the European Comission, Manuel Barroso, and of the European Parliament as well as to the leaders of the main countries of the European Union, among whom the chancellor Angela Merkel and the British Prime Minister, Gordon Brown.

Looking forward to your possible contrary arguments, I thank you for your attention and ask you to approve, Sir, my best regards.


J P
: Letter of November 2nd, 2009 in the IPCC


[TRADUCTION ] 

Objet :

« GIEC: J'ACCUSE! »  

 
MonsieurBarack Obama
Maison Blanche
1600 Pennsylvania Avenue NW

 Washington, DC 20500

 

 

Monsieur,

 

 

Pour éviter à l’humanité d’aujourd’hui de foncer droit dans le mur et de sombrer dans le ridicule face aux générations futures, la proximité de la Conférence mondiale de Copenhague sur le climat me donne l’occasion d’attirer votre attention sur le « mensonge » planétaire contemporain dans sa « croyance au miracle » d’instaurer sur la planète un climat « sur mesure » pour l’éternité : DEMAIN, toujours DEMAIN, mais seulement DEMAIN !

 

En effet, cette fallacieuse promesse scientiste, semblable à celles de la superstition idéologique, résulte seulement de notre penser superstitieux faisant croire aux humains en leur pouvoir de transposer l’Idéal dans le quotidien, qu’il s’agisse du devenir du monde en général, ou de celui du climat en particulier.

 

J’ai tenté en vain jusqu’ici, à l’échelon national, d’alerter nommément Nicolas Sarkozy par ma lettre du 18 septembre 2008, puis Jean-Louis Borloo, ministre français de l’Environnement durable, le 20 janvier 2009, ainsi que la plupart des faiseurs d’opinion hexagonaux, tous milieux confondus [Médias, politiciens, intelligentsia (prétendus intellectuels, pseudo-philosophes) et associations écologistes], dont les noms et les preuves d’envoi de mon courrier sont à votre disposition.

 

Faute de réponse de ces soi-disant « élites », je me suis adressé directement aux membres du GIEC en raison de leur immense responsabilité scientifique et de leur implication planétaire cautionnant cette « arnaque » contemporaine pour poser la question suivante :


« In an universe, which is perpetually in movement, and where EVERYTHING is in a constant movement, that is the SOLE cause of the unceasing transformation of all the things of our world, human beings included, HOW would-it be possible to definitively stabilize anything and thus to establish on the planet a custom-made climate for all eternity, excepted by stopping this movement itself, precisely? »


Dans plusieurs courriels toujours sans réponse à ce jour, figurait notamment celui du 17 septembre dernier, intitulé sans ambiguïté « GIEC : CHECKMATE ? ! », qui visait à dénoncer le silence et le refus de ces savants internationaux de débattre sur une question pourtant mondialement cautionnée par la Science officielle. Je les invitai notamment à réfuter ma démonstration au moyen d’arguments scientifiquement et philosophiquement étayés, ainsi que l’atteste ma lettre du 2 courant, adressée en envoi recommandé avec accusé de réception – sauf à quiconque ou à vous-même, évidemment, de démontrer le contraire sur d’éventuels points litigieux, comme je n’ai eu de cesse de le réclamer tout au long de ce courrier pour me démentir !


Je joins ce document pour vous permettre de juger tout à loisir l’ensemble de mon argumentation dans ses moindres détails, et ainsi de pouvoir les réfuter éventuellement sur le plan scientifique et philosophique. En conséquence, je me borne à faire ressortir ici les grandes lignes de mon exposé établissant les mensonges et les « croyances au miracle » de la Superstition en général, et du scientisme en particulier dans son arrogante prétention de maîtriser le climat de la planète « à notre convenance » : LAQUELLE, d’ailleurs, sauf à croire les êtres humains en mesure de s’accorder sur la pluie et le beau temps en particulier, et en général sur ce qui est bien et mal, c’est-à-dire en réalité sur ce qui est bon ou mauvais pour leurs intérêts égoïstes de toutes sortes, individuels ou collectifs ? !


« TOUS » les mensonges du monde - ceux d’hier, d’aujourd’hui et de demain - se fondent toujours sur le postulat mensonger de la Superstition dans ses divers modes d’expression, puisqu’il consiste à « absolutiser le relatif », c'est-à-dire à présenter fictivement comme absolu, comme réalité ou Vérité absolue, le contenu seulement relatif pensé dans et sur (à propos de) notre monde. La superstition scientiste n’y échappe pas, dès lors qu’elle absolutise ses théories et ses hypothèses, alors que la Science est à jamais condamnée à n’exprimer que des « vérités relatives » jusqu’à la fin des temps.


Ainsi, partant de cette fausse prémisse, le penser superstitieux sous toutes ses formes n’hésite pas à sauter l’abîme, pourtant à jamais infranchissable, qui sépare définitivement la pratique, la réalité quotidienne, le « relatif » », de la théorie, l’Idéal, l’« Absolu »,  comme il en va de la croyance superstitieuse actuelle en notre prétendu pouvoir de maîtriser « absolument » le climat de la planète à notre guise, en enrayant ses incessantes variations.


J’en veux pour preuve les propos de Yann Arthus-Bertrand déclarant dans un mensuel féminin, en juin 2008 : « Il nous reste dix ans pour sauver la planète », c’est-à-dire en clair : « Dans dix ans, l’apocalypse sera maîtrisée »! ! ! Il ne nous reste donc pas longtemps à attendre - moins de neuf ans, aujourd’hui ! - pour vérifier cette prédiction, et ils seront encore des milliards d’individus pour en constater ou non, à terme, son avancée ! ! ! Or, de même que l’humanité attend en vain, depuis plus de deux siècles, l’avènement de la liberté idéale et de l’égalité absolue sur Terre, il ne suffit pas de déclarations fracassantes pour y parvenir, pas plus que pour maîtriser le climat - au vu de la déclaration précédente, je vois mal, d’ailleurs, comment les humains y parviendraient en moins d’une décennie !


Quoi qu’il en soit, nous ne maîtrisons RIEN dans notre monde. RIEN ne dépend de notre seule prétendue libre volonté, sinon les infinis problèmes de la planète ne resteraient pas durablement en suspens, et notre monde serait devenu effectivement un paradis ! Il nous reste donc seulement l’obligation de nous adapter en permanence à l’enchaînement infini de l’infinité des causes et des effets,  induit par le mouvement perpétuel de notre univers et de toutes les choses qui le constituent. Dans l’infinité de ses formes et de ses degrés de vitesse, le mouvement est la cause fondamentale de TOUT ce qui advient dans notre monde (phénomènes naturels, évènements historiques, actions collectives et actes individuels) par l’incessante transformation de TOUT, à laquelle nous devons nous adapter bon gré mal gré, ainsi qu’en témoignent, au niveau planétaire, les infinies et constantes réformes initiées dans tous les Etats sans exception pour tenter de suivre tant bien que mal le mouvement, même si elles ont toujours un train de retard sur lui !


En conclusion, je pense vous avoir mis ainsi face à votre immense responsabilité planétaire dans le seul choix qui s’impose en la matière, conformément à LA Vérité éternelle absolue. Sauf à démontrer le contraire, évidemment, devant une erreur patente aussi lourde de conséquence pour l’humanité, il semble préférable de faire machine arrière au lieu de poursuivre inutilement un but à jamais inaccessible, car comme le dit l’antique locution latine : « Errare humanum est, perseverare diabolicum »


Néanmoins, si vous ne partagez pas mon opinion, ce qui est votre droit le plus légitime, il vous reste à démontrer le contraire sur des points très précis de désaccord, car seule la Raison, la démonstration, a une validité légitime contre la Foi, la « croyance au miracle ».

Par ailleurs, je vous informe de mon intention de communiquer une copie de ce courrier à Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, au président de la Commission européenne, Manuel Barroso, et du Parlement européen, ainsi qu'aux leaders des principaux pays  de l'Union Européenne, parmi lesquels la chancelière Angela Merkel et le Premier ministre britannique, Gordon Brown.

 


Dans l'attente de vos éventuels arguments contraires, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

                                                      

P J : Lettre du 2 novembre 2009 au GIEC


[Les défauts de présentation (police, par exemple), constatés après envoi, sont totalement indépendants de ma volonté !] 

 

 

 

 

 

 

 



 

Publié dans COURRIER "Politiques"

Commenter cet article