« Halte à la dérive moralisatrice mensongère et partisane ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory


Koh Samui, le 30 avril 2011

 

Objet :

« Halte à la dérive moralisatrice mensongère et partisane ! »

 

Madame Marine Le Pen

Front National

76-78, rue des Suisses

92000 Nanterre

Courriel :

marine.lepen@frontnational.com

 

[A l’attention de Jean-Marie Le Pen, Bruno Gollnisch et Louis Alliot]

 

Madame,

 

Á près d’un an de la prochaine élection présidentielle, je ne peux manquer de vous rappeler la correspondance antérieure adressée, tant à vous-même, en son temps, sur votre messagerie yahoo.fr qu’à Bruno Gollnisch en septembre 2005 et à c.szurek (orthographe non garantie), par l’intermédiaire duquel je vous avais fait parvenir la copie de ma lettre du 18 septembre 2008 transmise à Nicolas Sarkozy en envoi recommandé avec accusé de réception, mais dont seul le récépissé postal tient lieu à ce jour d’argumentation contraire sur le fond.

 

Je n’oublie pas non plus les échanges infructueux sur Internet avec un certain G. Moreau appartenant à votre mouvement, mais par ailleurs « croyant au miracle » lui aussi, comme je suis en mesure de le démontrer au vu de ses propos d’alors. Il niait en effet la « nécessité » spinoziste, en vertu de laquelle TOUT ce qui se produit dans notre monde (phénomènes climatiques, évènements historiques, politiques ou non, actions collectives et actes individuels) arrive nécessairement, inéluctablement, sous l’action incessante du mouvement universel perpétuel, unique cause de la transformation continue des choses de notre monde, êtres humains compris – et donc jamais par le seul effet  d’un quelconque illusoire « libre arbitre », remis au goût du jour par le slogan mensonger de campagne de Barack Obama, Yes, we can !

 

S’il suffisait réellement - et seulement ! - de vouloir pour pouvoir, Jean-Marie Le Pen serait assurément devenu président de la République en 2002, sauf à croire, comme l’a affirmé publiquement une des « Grandes gueules » de RMC Info, Jacques Maillot en l’occurrence, qu’il ne le voulait pas  - une « connerie » de plus de la part de celui-ci, comme je le lui ai fait savoir vertement, sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire en faveur d’un libre arbitre omnipotent ! ! !

 

Mais le comble, à l’époque, pour un membre du Front national, G. Moreau ou un autre, a été de m’écrire : « Redeker l’a bien cherché », suite à la fatwa lancée contre lui !  Ainsi, au lieu de condamner l’islam pour atteinte au principe de liberté d’expression, bien malmené chez nous assurément, c’était voler au secours de la superstition musulmane, à l’exemple de nombre de « vertueux » faiseurs d’opinion d’aujourd’hui, essentiellement de gauche.

 

C’était tout simplement une capitulation supplémentaire sans condition devant l’islam et la permission implicite ainsi donnée aux spadassins musulmans d’assassiner impunément LA Vérité éternelle absolue, au profit de la superstition religieuse, toutes religions confondues (monothéistes ou non), et au mépris de ce sage avertissement du philosophe juif allemand Constantin Brunner (1862-1937) : « Ménager la Superstition aujourd’hui, c’est s’exposer demain à des dangers encore plus grands. », comme l’atteste l’avancée de l’islamisation de la France, en à peine trente ans – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer la fausseté de mes affirmations, en matière de religion, sur des points très précis de désaccord du contenu annexé.

 

Pour en terminer avec le courrier antérieur, je dois vous rappeler aussi mes lettres des 16 septembre et 22 novembre 2009 dénonçant le scientisme écologiste de l’époque, avec son absurde prétention des humains du XXIe siècle d’établir sur la planète un « climat sur mesure » pour l’éternité – une « croyance au miracle » de plus, que l’avenir le plus reculé suffira à démentir !

  

En résumé, l’objet général de tout mon courrier antérieur, toujours à votre disposition, était précisément de vous faire part des mensonges et des « croyances au miracle » colportés à longueur de temps, d’écran, d’antenne et de colonnes par les tenants du penser superstitieux humain sur lequel continuent de fonctionner comme aux pires époques obscurantistes la société humaine universelle et la nôtre en particulier, ainsi que je l’ai fait savoir, pendant plus de dix ans, preuves matérielles à l’appui, à l’essentiel des soi-disant élites faiseuses d’opinion, tous milieux confondus [Médias, responsables politiques, intelligentsia (prétendus intellectuels ou pseudo-philosophes) et associations moralisatrices à sens unique], en quelques cinq cent lettres adressées à une centaine de destinataires bien connus du grand public, comme vous le confirmera la lecture du texte annexé, Mensonges et lâcheté des élites, où ils sont nommément dénoncés, arguments intellectuels et philosophiques à l’appui.

 

Le penser superstitieux humain, source des mensonges et des « croyances au miracle » du monde, à toutes les époques, se caractérise par l’ « absolutisation fictive du relatif ». Ce procédé intellectuellement malhonnête consiste à faire passer mensongèrement pour LA Vérité ou réalité absolue le contenu seulement relatif pensé dans et sur (à propos de) notre monde. Il s’exprime dans la religion, toutes religions confondues (monothéistes ou non), dans la métaphysique (scientisme et pseudo-spiritualisme des « philosopheurs » Descartes et Kant avec leur Dieu-créateur et son libre arbitre le rendant en tout point semblable au Dieu religieux superstitieux, c’est-à-dire libre de créer, ou non, notre monde), dans l’idéologie, toutes les idéologies sans exception, et dans le moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des Autres au nom de LA Morale : LAQUELLE ? !]

 

Or c’est très précisément en se fondant seulement sur les fictions de la superstition moraliste, à savoir la fable des bons et des mauvais ainsi que sur la légende d’un Bien et d’un Mal prétendument absolus - car fictivement absolutisés ! - que votre mouvement et ceux qui partagent vos idées sont « diabolisés » par de soi-disant vertueux « censeurs autoproclamés », pourtant en rien moins irréprochables que ceux à qui ils donnent quasi quotidiennement des leçons de morale, en oubliant de commencer par eux-mêmes.

 

Si je tente, à travers votre mouvement, de relancer publiquement le débat escamoté visant à dénoncer les méfaits du penser superstitieux, c’est parce que vous seriez les premiers bénéficiaires des idées que je diffuse notamment sur le blog « Philosophie contre Superstition », hébergé à l’adresse http://philosophiecontresuperstition.over-blog.com 

 

Et ce  pour le plus grand profit d’une République redevenue enfin véritablement laïque.

 

En effet, devant tant de mensonges sciemment colportés, pendant des années, par tous ceux qui jettent l’opprobre sur votre mouvement et sur des millions de nos concitoyens en fondant uniquement leurs condamnations moralisatrices sur les fictions du moralisme, de la superstition moraliste, il y aurait de quoi faire sauter la République, ou tout au moins remettre à leur juste place les prétendues valeurs morales, à savoir celle de leur seule « relativité », et nullement leur « absoluité »   

 

Toutefois, comme je n’entends pas développer ici, pour la énième fois, mon argumentation de fond, je me borne à vous faire parvenir, à nouveau, la lettre adressée à Nicolas Sarkozy ainsi qu’un certain nombre de lettres récentes significatives en raison de la notoriété de leurs destinataires et de leur capacité de nuisance à votre égard.

 

Dans l’espoir que vous ne manquerez pas de soumettre ces documents à l’examen des intellectuels de votre mouvement, dont j’attends qu’ils me fassent connaître leurs éventuelles objections, intellectuellement et philosophiquement étayées, sur des points très précis de désaccord, à défaut de quoi ils manifesteraient également leur intention délibérée de continuer à colporter aussi les mensonges et les « croyances au miracle » dénoncés, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Madame, mes sincères salutations.

 

Annexe : I - Lettre du 18 septembre 2008 à Nicolas Sarkozy

               II - Lettre du 20 avril 2011 à Martine Aubry

              III - Lettre du 13 décembre 2010 à Bernard-Henri Lévy

              IV - Lettre du 3 janvier 2011 au MRAP

               V - Lettre du 15 juillet 2010 au Parti socialiste

              VI -Texte, Mensonges et lâcheté des élites

 

 

Publié dans COURRIER "Politiques"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article