"Grandes Gueules" : « J’ACCUSE ! » [FIN]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Bangkok, le 23 avril 2010

 

Objet :

J’ACCUSE : « Toujours aussi racistes, toujours aussi faux-culs, toujours aussi "menteurs" et toujours aussi lâches ! »

 

« Grandes Gueules »

RMC Info

12, rue Oradour sur Glane

75015 Paris

Fax : 01 71 19 11 90

Courriel : http://www.rmcinfo.fr/

 

[A l'attention d’Alain Weill, président du groupe NextRadioTV (RMC Info, BFM, BFMTV, La Tribune et Groupe Tests), de la Direction et de la rédaction de RMC Info (Jean-Jacques Bourdin et Guillaume Cahour en particulier) ainsi que des bien-pensants censeurs conformistes autoproclamés Grandes Gueules (Alain Marschall, Olivier Truchot, André Daguin, Bernard Debré, Claire O’Petit, Daniel Rémy, Didier Giraud, Franck Tanguy, Franck Tapiro, Gaston Kelman, Johnny Blanc, Karim Zéribi, Jacques Maillot, Jean-Claude Larue, Pascal Perri, Patrice Gourrier, Sophie de Menthon, Sylvain Grandserre, etc.)], qui colportent les mensonges et les « croyances au miracle » de la pensée superstitieuse « politiquement correcte » du jour dans tous ses modes d’expression sans avoir pour autant l’honnêteté et le courage intellectuels de débattre sur le fond]

 

Mesdames, Messieurs,

 

Je ne peux laisser passer sans réagir très vivement, fut-ce avec beaucoup de retard, le nouveau dérapage raciste de Karim Zéribi au cours de l‘émission du 18 mars dernier, venant après ses ricanements suscités par l’âge des membres de la commission Copé - Jacques Chancel en particulier - chargés de proposer des solutions alternatives à la suppression de la publicité sur les chaînes publiques après 20 heures, voire le doute émis par lui-même sur la capacité du candidat Mc Cain à présider les Etats-Unis en raison de son âge. Je vous laisse imaginer le tollé, ici, s’il s’était agi d’un Noir ou d’un Arabe en raison de son origine, voire de sa couleur de peau - vous avez dit « racisme » ? ! OUI, je persiste et je signe ! ! !

 

Certes, il est de bon ton aujourd’hui de parler de « racisme » seulement lorsque sont concernés des Noirs et des Arabes, voire les juifs et les musulmans en général, tandis que les Asiatiques, en dépit de leur indéniable différence de couleur de peau et de religion, y échappent pour des raisons évidentes déjà exposées, à savoir notamment qu’ils n’utilisent pas en permanence leur statut identique d'anciennement colonisés pour faire culpabiliser la France et les Français au nom d’un passé révolu, afin d’en retirer des avantages substantiels - places et postes en particulier -, et qu’ils n’ont jamais mis en péril la République comme d’autres en novembre 2005.

 

Limiter la discrimination au racisme stricto sensu, c'est en ignorer sciemment toutes les autres formes - sûrement moins « juteuses » ! - liées à l’appartenance de sexe et d’âge, aux opinions (les bonnes et les mauvaises, paraît-il), au statut social, à la situation de fortune, aux pratiques sexuelles, à la maladie (sida, par exemple), à une particularité physique, etc., etc., qui n’en sont pas moindres pour ceux qui en sont victimes, mais où les prétendus antiracistes se déchaînent pourtant, à l’exemple des Guignols de l’info et de Karim Zéribi en l’occurrence, entre autres personnages publics – sauf à établir, par exemple, que Nicolas Sarkozy ne souffre pas du constant rappel à sa taille pour s’en moquer, vertueux chansonniers inclus, mais il faudrait aussi demander leur avis aux nains en général !

 

C’est d’ailleurs pourquoi, dès le 7 décembre 2000, excédé par le favoritisme accordé à SOS Racisme en matière de subventions et de battage médiatique notamment, depuis l’époque Mitterrand, j’avais proposé au Comité directeur de cette association de prendre le nom de SOS Discriminations pour traiter de l’ensemble des pratiques discriminantes, tout comme le fait la HALDE aujourd’hui. Toutefois, les « vertueux » antiracistes d’alors préférèrent garder la quasi-totalité du gâteau pour eux, comme l’atteste toujours leur silence dédaigneux, ce qui est une preuve, s’il en est, que les antiracistes se soucient surtout de leurs intérêts égoïstes de toutes sortes.

 

Et c’est aussi pour cette raison que, depuis lors, les antiracistes de SOS Racisme se sont surtout distingués par une affaire de subornation de témoins dans le crime de Vauvert ainsi que par des pratiques financières discutables - pour le moins pas très claires ! -, tandis que le racisme sous toutes ses formes n’en est pas moins l’expression d’intérêts égoïstes contrariés d’une façon ou d’une autre, individuellement ou collectivement – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, d’établir le contraire, c’est-à-dire de démontrer que racisme et antiracisme n’ont rien à voir avec les aspirations et les intérêts de notre égoïsme inné, auquel pourtant personne (faux-culs et inconscients inclus) n’échappe dans ses affaires d’amour, d’argent et de gloriole ou honneur-vanité !

 

A propos de SOS Racisme, il faudrait aussi évoquer sa fameuse méthode du « testing », qui suffirait à renvoyer le premier « faux-cul » venu à son égoïsme naturel, ainsi que l’ont illustré les émissions télévisées bien connues de La caméra cachée et de Surprise sur prise… la surprise étant que tout individu piégé révèle forcément son égoïsme inné, fut-il un dirigeant de  vertueuse association droit-de-l’hommiste !

 

Pour revenir au propos de l’intéressé, je dénonce, comme étant du racisme antivieux, la phrase prononcée par Karim Zéribi au cours de l’émission mentionnée, dans laquelle il déclarait : « Ma génération en a marre de voir des "vieux schnocks" qui s’accrochent au pouvoir. », et je laisse chacun imaginer le tollé là aussi, si d’aucuns avaient parlé de "sale arabe", de "nègres" de "gros lard", ou de "sale pédé", etc., etc. du même acabit !

 

Par ailleurs, ajouter sur le ton assuré, mais dédaigneux, d’un « quadra » inconscient de vieillir comme les autres : « Ferrat, ce n’était pas ma génération » n’arrange rien à son cas - voire à son inconscience ! En effet, pour peu que la « nécessité », au sens spinoziste du terme, veuille bien lui prêter longue vie, il aura aussi cet âge plus rapidement qu’il ne le croit, et donc son propos méprisant n’est pas davantage une preuve de grande maturité de réflexion - mais il est vrai que les « vertueux » aiment se croire éternels, tant est immense leur envie de pouvoir juger l’humanité ad vitam aeternam à l’exemple du Dieu superstitieux ! Ce n’est d’ailleurs sûrement pas sans raison que Didier Giraud, autre participant à l’émission du jour, a jugé bon d’ajouter à l’attention d’un auditeur : « Ces gens-là, à savoir Zéribi, les animateurs et autres participants du jour, ne vivent que dans les clichés ! »

 

D'autre part, pour ce qui est de s’accrocher au pouvoir, Karim Zéribi en connaît un rayon et il est même l’exemple type de ce qu’il faut entendre par-là, puisqu’il est passé, en trois temps trois mouvements, de rang de banal contrôleur à la SNCF à la présidence de la RTM (Régie des transports marseillais) sans faire montre pour autant des diplômes requis, ce qui ne l’a pas empêché de poser ensuite sa candidature à tout ce qui se présentait (députation nationale et européenne), mais en évitant de répondre à ma lettre du 15 avril dernier portant en objet, « Les mensonges d'un intrigant "politicard" boulimique ! », et pas davantage, d’ailleurs, à la dizaine de lettres nommément adressée.

 

Refuser de débattre sur le fond est une tactique très pratique pour continuer à colporter impunément les mensonges et les « croyances au miracle » du penser superstitieux, donc à manipuler et à tromper l’opinion, à l’exemple d’autres soi-disant « Grandes Gueules, maintes fois dénoncées. Je n’en ai d’ailleurs entendu aucune, présente ce jour-là, relever le propos raciste antivieux de Zéribi, et donc selon l’adage : « Qui ne dit mot, consent ! »

 

Pour terminer sur cette première accusation sans ambiguïté concernant la discrimination vous concernant, bien loin de se limiter au racisme proprement dit, il ne reste plus à l'une ou à l'un d'entre vous qu'à démontrer qu'une forme particulière de discrimination, fut-ce le racisme stricto sensu, serait beaucoup plus dommageable qu'une autre. En effet, aux six millions de juifs victimes de la Shoah en raison de la race, je peux opposer les dizaines de millions de morts de l'idéologie communiste, que personne n’évoque plus à longueur de temps, d’antenne et de colonnes, voire d’écran de cinéma. Sur le plan de l'anecdote, pour établir votre collaboration flagrante et active à la discrimination en général, je ne peux manquer de relever le nombre de femmes participant à votre émission, et ceci témoigne d’un racisme sexiste indiscutable, car la discrimination anti-femmes est manifeste au sein des soi-disant « Grandes Gueules » : il suffit de savoir compter !

 

Ainsi, sauf à vous-même de démontrer le contraire, après avoir établi qu'il arrive aussi aux « Grandes Gueules » de tomber à leur tour, comme chacun d’entre nous, dans ce qu'elles reprochent aux Autres, mon accusation de « faux-culs » coule de source. En effet, la caractéristique principale des hypocrites est précisément de reprocher aux Autres ce qu'eux-mêmes ont fait hier, et referont demain, à la première occasion où leurs aspirations et intérêts égoïstes de toutes sortes l'exigeront. Je n'ai donc nul besoin d'épiloguer davantage sur cette deuxième accusation, car tout a déjà été amplement exposé et démontré dans la trentaine de lettres toujours sans réponse à ce jour – sauf à vous-mêmes évidemment d’établir le contraire !

 

J’en viens à l’accusation de « menteurs », la plus grave à mon sens à l’encontre de personnes qui se targuent de faire l’opinion, donc de lui servir en principe la parole de LA Vérité. Or, c’est tout le contraire au sein des prétendus « Grandes Gueules », comme l’attestent les dizaines de lettres adressées nommément aux uns et aux autres ainsi que mon courrier expédié en envoi recommandé avec accusé de réception à Alain Weill, entre autre président-directeur général de BMF et de RMC Info, mais toujours sans réponse à ce jour, alors que je n’ai eu de cesse d’établir dans cette correspondance, argumentation intellectuelle et philosophique à l’appui, les mensonges et les « croyances au miracle » colportés quasi quotidiennement et sur lesquels vous fondez vos anathèmes - vous avez dit « Vérité » ? !

 

Assurément, en matière de vérité, vous êtes en bonne compagnie avec la quasi-totalité des soi-disant « élites » nationales d’aujourd’hui, faiseuses d’opinion, TOUS milieux confondus [Journalistes, politiciens, intelligentsia (prétendus intellectuels ou pseudo-philosophes) et associations moralisatrices à sens unique, adeptes du « deux poids, deux mesures »],  voire internationales en matière de superstition scientiste (Barack Obama, Ban Ki-Moon, José-Manuel Barroso et les membres du GIEC), dénoncées dans le texte, Mensonges et lâcheté des élites. Ceci leur interdit tout comme à vous de prétendre « ignorer » les mensonges et les « croyances au miracle » colportés, par quoi vous manipulez et trompez, désormais, sciemment l’opinion.

 

Toutefois, je ne vais pas reprendre ici pour la énième fois l’intégralité de mon argumentation que vous retrouverez en annexe, mais rappeler brièvement que tous les mensonges du monde, à commencer par celui sur la réalité véritable de son existence, se fondent sur un procédé intellectuellement et philosophiquement malhonnête, qui consiste à prendre et à faire passer pour absolu, pour réalité ou Vérité absolue, le contenu seulement relatif pensé dans et sur (à propos de) notre monde. C’est ce que le philosophe juif allemand Constantin Brunner (1862-1937), héritier spirituel de Spinoza notamment, appelle « absolutiser fictivement, donc mensongèrement, le relatif », où les vérités relatives de notre monde sont érigées en vérité pseudo-absolue.

 

Cette absolutisation fictive du relatif, fruit de notre penser superstitieux, se manifeste dans la religion, toutes les religions sans exception, dans la métaphysique matérialiste et idéaliste, dans l’idéologie, toutes idéologies confondues, et dans le moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des Autres au nom de LA Morale], tous catéchismes réunis, y compris le catéchisme mondial contemporain, ou Déclaration prétendument universelle de 1948, dont vous êtes incontestablement le maillon fort de l’époque dans l’art de vous appuyer sur ses mensonges et ses « croyances au miracle », lesquels se résument à croire pouvoir transposer l’Idéal dans le quotidien, dans la réalité quotidienne du devenir du monde avec ses sempiternels maux à jamais incurables – sauf à vous-mêmes ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire !

 

Et ainsi, forts de tous ces mensonges, vous vous posez en donneur de leçons de morale aux Autres sur la seule base de fictions, dont vous refusez obstinément de débattre, qu’il s’agisse du Dieu religieux superstitieux, ainsi que démontré encore ci-après, du Bien et du Mal prétendument absolus, ou de la soi-disant division entre les bons et les mauvais par nature, alors qu’il n’y a en réalité que des humains égoïstes, TOUS sans aucune exception – à commencer par moi !

 

QUI vous a fait juge du Bien et du Mal absolus sur Terre pour condamner ainsi les uns, coupables soi-disant d’« islamophobie », sans même prendre la peine d’examiner les mensonges et les « croyances au miracle » de la superstition religieuse en général et de la superstition musulmane en particulier ? Ce seul fait suffira à témoigner pour l’éternité que notre époque, qui se croit pourtant au comble du modernisme des idées, n’est en rien moins obscurantiste que toutes celles qui l’ont précédée – sauf à vous-mêmes ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, en établissant more geometrico, façon Spinoza, que la religion est l’expression de LA Vérité absolue avec ses trois dieux monothéistes, dont les fidèles se combattent, quand ce n’est pas au sein de leur communauté de croyance !

 

Quant à l’accusation d’ « islamophobie » proprement dite, la superstition musulmane, avec ses conflits fratricides interreligieux et ses pratiques d’un autre âge toujours d’actualité (charia et fatwa notamment) en totale contradiction avec le catéchisme universel contemporain, est particulièrement malvenue pour donner des leçons de morale à la planète entière. Et qu’une fatwa ait pu être lancée en France, au XXIe siècle, contre un intellectuel, a fortiori philosophe, sans déclencher une vive réaction unanime contraire, témoignera également pour l’éternité que notre époque n’était en rien moins obscurantiste que toutes celles qui l’ont précédée.

 

Merci à vous les « vertueux », qui que vous soyez, pour votre soutien public à Robert Redeker, toujours obligé de vivre caché sur la seule base de mensonges, de « croyances au miracle » et de votre lâcheté intellectuelle, sans oublier l’actualité du jour avec les menaces contre Jean-François Copé et le discours ultra-communautariste du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan - une véritable insulte à notre République et à des principes qui avaient fait leur preuve ! ! !

 

Un dernier mot sur l'islamophobie: si, à la suite de mes propos, il venait à l’idée de l’un quelconque d’entre vous de me traduire en justice, parce que vous confondriez la légitime critique d’idées, fussent-elles religieuses, dans une république laïque avec des attaques personnelles, dites racistes, contre les fidèles de la superstition musulmane, je préfère le prévenir que, trivialement parlant, « il prendrait assurément un bock comme jamais auparavant . »

 

Et à ce sujet, je vous informe que j’attends toujours la décision de Nicolas Sarkozy de le faire, comme l’y invitait éventuellement le passage suivant de ma lettre recommandée avec accusé de réception du 12 janvier dernier :

 

« Au vu des mensonges et des « croyances au miracle » de la superstition musulmane ainsi que de ses pratiques d’un autre âge, la communauté de ses fidèles ferait donc bien de balayer devant sa porte avant de donner des leçons de morale aux Autres, et de faire culpabiliser ses détracteurs passés et présents avec l’évident intérêt d’accroître une pénétration dont nos aïeux n’ont pas voulu, et pas davantage la Confédération helvétique aujourd’hui. Toutefois, s’il venait à quiconque la mauvaise idée de me traduire en justice pour des propos discriminatoires racistes, au sens stricto sensu du terme, sans accepter de débattre sur le fond, je préfère le prévenir que, trivialement parlant, « il prendrait assurément un bock » comme jamais auparavant ; sauf, évidemment, à comparaître devant une justice aux ordres en la matière, à l'exemple des procès de Brigitte Bardot et de Jean-Marie Le Pen condamnés sur la seule base du penser moralisateur superstitieux du jour, mais sans examiner au fond la charge invoquée, c'est-à-dire en la confrontant à LA Vérité éternelle absolue - pas plus que pour Socrate, le Christ, Giordano Bruno et Spinoza, entre autres ! ! ! » [Fin de citation]

 

L’ « absolutisation du relatif », fondement des mensonges du monde, se manifeste également dans vos croyances idéologiques superstitieuses, qui se résument à croire pouvoir transposer l’Idéal dans le quotidien, mais DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN, comme il en va de la « moralisation du capitalisme » chère au prophète Jacques Maillot, le roi du pipeau et de la contradiction, ou de l’avènement de l’homme parfait dans deux ou trois mille ans, évoqué par le Père Gourrier au cours d’une émission, où il était question de corrida.

 

En cas de désaccord sur les croyances idéologiques superstitieuses, il ne tient qu’à vous de relever le défi, déjà lancé à vous-mêmes ainsi qu’à la quasi-totalité des élites faiseuses d’opinion, de m’indiquer concrètement comment éradiquer, de manière définitive et universelle, les sempiternels maux de l’humanité, et comment instaurer sur Terre, tout aussi universellement et définitivement : liberté idéale, égalité absolue, paix éternelle et démocratie parfaite, voire le strict respect du Droit dans ses multiples composantes. A défaut, vous ne feriez que confirmer mon accusation de colporter les mensonges et les « croyances au miracle » du penser superstitieux : celui qui se fonde sur la Foi et son moyenâgeux «credo quia absurdum », pas sur la Raison et ses démonstrations !

 

Quant à vos condamnations moralisatrices, comme déjà dit et redit, elles ne se fondent que sur les fictions de Bien et de Mal prétendument absolus et de la division des humains en deux catégories, les bons et les mauvais, sans oublier celle d’un illusoire libre arbitre. Si je vous accuse, une fois de plus, de colporter les mensonges et les « croyances au miracle » du penser superstitieux, c’est aussi pour souligner votre obstination dans le silence et le refus de débattre, d’où mon ultime accusation de lâcheté intellectuelle commune aux faiseurs d’opinion de l’époque, ainsi que l’attestent les centaines de lettres adressées à une centaine de soi-disant « élites » médiatisées, dont vous-mêmes. Ces lettres toujours sans réponse contraire sur le fond à ce jour suffisent à témoigner de votre acharnement commun à tromper et à manipuler l’opinion pour le plus grand profit de vos intérêts de toutes sortes – vos 13.000 € (treize mille euros) mensuels d'animateurs, par exemple !

 

Pour conclure, il me suffit de rappeler, en matière de lâcheté intellectuelle vous concernant, le défi lancé précédemment (cf. lettre du 27 janvier 2008), mais dont j’attends toujours que vous y répondiez avec de solides arguments :

 

 « En effet, si vous disposez réellement de l’argumentation de fond, nécessaire pour établir la fausseté de mes affirmations et démontrer que vos diverses prises de position relatives « fictivement absolutisées » ne sont pas seulement inspirées par votre penser superstitieux, comme je le dénonce sans cesse, je me demande ce que vous attendez pour me «clouer le bec» - au figuré, bien entendu, car en d’autres temps, d’autres superstitieux comme vous ont « cloué », au sens propre, quelqu’un qui n’avait à la bouche que LA Vérité absolue. »

 

Dans l’attente de vos éventuelles objections portant sur des points très précis de désaccord ainsi que de votre argumentation intellectuellement et philosophiquement étayée, à défaut de quoi vous ne feriez que confirmer la totalité de mes accusations, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations distinguées.

 

Annexe : Texte, Mensonges et lâcheté des élites

Publié dans COURRIER "Médias"

Commenter cet article