Le Figaro : « Euthanasie, "Nicolas Sarkozy, J'ACCUSE !" »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Patong Beach, le 19 février 2012

 

Objet : 

Le Figaro : « Euthanasie, "Nicolas Sarkozy, J'ACCUSE !" »

 

Direction et Comité de rédaction

LE FIGARO

14, boulevard Haussmann

75009 PARIS

Fax : 01 56 52 23 57

         01 42 21 22 99

                                                                                

 [A l'attention particulière de Jean Sévillia et Éric Zemmour]

 

« Si je sais la vérité et ne gueule pas la vérité, je suis le complice des escrocs et des faussaires ! »  [Charles Péguy]

 

Mesdames, Messieurs,

 

L'entretien accordé par Tugdual Derville de l’Alliance VITA à Marion Brunet, journaliste au Figaro, et paru dans l’édition de votre quotidien du 17 courant, sous l'intitulé « Légaliser l'euthanasie serait lourd de conséquences », me donne une excellente occasion de vous faire part de la correspondance adressée à Nicolas Sarkozy sur cette question, suite à sa déclaration de la campagne présidentielle 2007, publiée dans le n°1805 de l’hebdomadaire Le Point du 19 avril 2007, sous le titre, « Lobbying – Les vrais raisons des militants de l’euthanasie ».

 

D’après son auteur, Nicolas Sarkozy avait en effet déclaré publiquement, le 11 février 2007:

 

 «« On ne peut pas rester les bras ballants face à la souffrance d’un de nos compatriotes qui en appelle à ce que ça se termine. »

 

Comme écrit dans ma lettre du 18 septembre 2008, adressée à l’Élysée en envoi recommandé avec accusé de réception, dont le récépissé postal est à votre disposition, c’était clair et sans ambiguïté, puisque le candidat-président parlait bien, là, de l’euthanasie et de son intention de faire avancer le débat durant son quinquennat pour accorder aux Français ce qui avait été obtenu en la matière par nos voisins belges, néerlandais et helvètes, voire luxembourgeois.

 

Or, non seulement rien n’a avancé en cinq ans, en ce sens, mais les récentes déclarations de Nicolas Sarkozy, tant dans Le Figaro Magazine du 9 courant que dans Le Figaro du 11, attestent qu’il réaffirme son mensonge d’alors, d’où l’objet de mon nouveau courrier à son intention, Nicolas Sarkozy, J’ACCUSE : « Euthanasie et réaffirmation d’un mensonge avéré ! », dans lequel figure une grande partie des arguments déjà exposés dans ma lettre précédente, toujours à votre disposition.

 

Des deux déclarations rappelées ci-après, il ressort bien que Nicolas Sarkozy a bel et bien confirmé sans ambiguïté son opposition, voire son hostilité, à la légalisation de l’euthanasie, en dépit de sa déclaration contraire du 11 février 2007 - vous avez dit « mensonge » ? !

 

Assurément, à la lecture de ce qui suit, nul ne pourrait en douter, en confrontant ses propos .d’hier et ceux d’aujourd’hui, puisque Nicolas Sarkozy vient effectivement de déclarer successivement :

 

« Je ne souhaite pas de changement de législation sur l'euthanasie, la loi Leonetti est parfaitement équilibrée et fixe un principe, celui du respect de la vie. » [Cf. Le Figaro Magazine du 9 février 2012]

 

« Non. L'euthanasie légalisée risquerait de nous entraîner vers des débordements dangereux et serait contraire à notre conception de la dignité de l'être humain. La loi Leonetti est parfaitement équilibrée, elle fixe un principe, celui du respect de la vie. Pour le reste, laissons place au dialogue entre le malade, sa famille et le médecin. Cela s'appelle faire preuve de compréhension et d'humanité. On n'est pas obligé de légiférer sur tout et tout le temps. » [Cf. Le Figaro du 11 février 2012]

 

Je vous laisse le soin de trancher si ces diverses déclarations contradictoires constituent ou non un mensonge, et surtout je vous saurais gré de bien vouloir me faire connaître les arguments intellectuels et philosophiques justifiant votre prise de position, quelle qu’elle soit.

 

Il vous suffirait, d’ailleurs, pour cela de réfuter intellectuellement et philosophiquement, non seulement les arguments exposés dans la lettre annexée, mais également ceux avancés dans le texte joint, Mensonges et lâcheté des élites, visant à dénoncer, entre autre, le moralisme, ou superstition moraliste.

 

Ce texte constitue en effet un véritable réquisitoire contre les mensonges et les « croyances au miracle » du penser superstitieux humain, dont use et abuse notre époque, dite moderne, à travers la parole médiatisée de ses « soi-disant élites », dictant le vrai et le faux, et décrétant du Bien et du Mal soi-disant absolus.

 

Notre époque se croit, en effet, au summum du penser des idées, alors qu’elle est, en matière de Vérité, tout aussi « obscurantiste » que celles qui l’ont précédée, au fil des siècles et des millénaires, et que que ses prétendues « élites », tous milieux confondus [Médias de toutes tendances, responsables politiques de tous bords, intelligentsia (prétendus intellectuels ou pseudo-philosophes), et associations moralisatrices à sens unique] n’ont eu, depuis plus de dix ans, ni l’honnêteté ni le courage intellectuels, a fortiori les arguments nécessaires, pour débattre sur le fond, en démontrant la fausseté de mes affirmations sur des points très précis de désaccord. 

 

Et la période pré-électorale actuelle me fournit d’ailleurs une excellente occasion de signaler à votre attention la correspondance adressée au candidat Hollande, dont je lis avec délectation la diatribe contre Nicolas Sarkozy pour avoir dénoncé ses mensonges, alors qu’il y a plus de dix ans, depuis le 6 octobre 2000 très précisément, que je n’ai eu de cesse, dans une vingtaine de lettres à votre disposition, de l’accuser de colporter les mensonges et les « croyances au miracle » du monde, donc de tromper et de manipuler sciemment l’opinion, sans jamais répondre sur le fond.

 

C’est pourquoi je vous livre, à charge pour vous d’en faire bon usage, mes toutes dernières lettres à l’intention du candidat-président socialiste. Leurs objets sans ambiguïté attestent que François Hollande ment et trompe l’opinion, comme il en va d’ailleurs de ses principaux soutiens médiatiques, parmi lesquels Le Monde au premier chef.

 

J’ai pu ainsi, en lui lançant même le défi de confronter en justice sa vérité et la mienne, celle des grands diseurs universels de l’UN absolu, forcément Unique, non seulement dénoncer ses mensonges, flagrants, mais établir aussi sa lâcheté ainsi que sa malhonnêteté intellectuelles, et pire, sa "débilité intellectuelle", du seul fait de croire au miracle, en parlant de réenchanter le rêve français : vous avez dit « magicien », ou « charlatan », et vous avez raison !  

 

Pour en apporter la preuve, je tiens à votre disposition, outre la vingtaine de lettres évoquée, celle du 27 septembre dernier, ayant pour objet, Primaire socialiste : « François Hollande disqualifié ! », celle du 28 octobre adressée sous l'intitulé, François Hollande, J’ACCUSE : « Arrêtez de mentir et de tromper l’opinion ! », et celle du 26 décembre ayant  pour titre, François Hollande, pour mémoire et information: « Débilité intellectuelle de l’époque, lâcheté et malhonnêteté de ses élites ! »

 

Pour terminer, je ne peux manquer d'évoquer également ma lettre du 15 janvier dernier, adressée nommément aux repreneurs du quotidien Le Monde, Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, sous l'accusation sans ambiguïté, Le Monde, J'ACCUSE (énième !) : « François Hollande, un président "normal" ? ! », ainsi que celle du 25 novembre dernier à Éva Joly portant comme objet, EELV, J’ACCUSE : « "Carabistouilles" électoralistes, cacophonie, pause médiatique et mensonge écolo ! »

 

En conclusion, j’attire donc votre attention sur le silence et le refus avéré de débattre de toutes les élites dénoncées, soit plus de deux cents en quelques cinq cents lettres envoyées durant plus de dix ans, en espérant que vous accepterez au moins de prendre part au seul et unique véritable débat d’idées qui vaille.

 

Celui-ci ne consiste pas à confronter, à l’infini, des points de vue relatifs partisans à d’autres, tout aussi relatifs et partisans, mais à les opposer, tous sans exception, à LA Vérité éternelle absolue qui suffit à TOUS les invalider dans leur prétention à dire l’Absolu, ou à parler au nom de l’Idéal – sauf à vous-mêmes, évidemment, de démontrer le contraire !

 

Faute de véritable confrontation sur le fond, concernant la question de LA Vérité, obstinément refusée par toutes les élites de l’époque, les citoyens-électeurs n’ont de choix qu’entre les mensonges  et les « croyances au miracle » des uns et des autres – entre « bonnet blanc et blanc bonnet, aussi longtemps que le véritable débat d’idées n’aura pas lieu – et ce n’est pas demain la veille, intérêts égoïstes de toutes sortes obligent !

 

Néanmoins, dans l’éventualité où vous accepteriez de participer au seul débat valable sur LA Vérité précisément, à défaut de quoi vous manifesteriez également votre intention délibérée de continuer à colporter les mensonges et les croyances au miracle du monde, donc à tromper et à manipuler sciemment l’opinion, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines - sauf à vous-mêmes, évidemment, de démontrer le contraire !

 

Annexe : 1 - Lettre du 18 février 2012 à Nicolas Sarkozy

               2 - Lettre du 26 décembre 2011 à François Hollande

               3 - Lettre du 15 janvier 2012 au quotidien Le Monde

               4 - Texte, Mensonges et lâcheté des élites  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

                                                                                                                                                                                 

                                                                                                                                                                       

 

 

Publié dans COURRIER "Médias"

Commenter cet article