« Dérapage versus lâcheté intellectuelle et mensonges de l'époque ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Patong Beach, le 17 septembre 2013


Courriel :

xxxxxx@hotmail.fr


Objet :

« Dérapage versus lâcheté intellectuelle et mensonges de l'époque ! »

 

 Monsieur François Fillon

Député

Courriel : ffillon@assemblee-nationale.fr

 

[Copie pour information à Jean-François Copé et Nicolas Sarkozy]

 

Monsieur,

 

Ce que d’aucuns, et tout particulièrement les donneurs de leçons de morale aux Autres, n’hésitent pas à qualifier de "dérapage" votre récente prise de position sur les élections municipales de 2014, me fournit une excellente occasion de vous rappeler mon courrier du 9 août dernier, qui demeure néanmoins toujours sans réponse jusqu’ici.


Il comprenait pourtant mes lettres des 8 et 9 dernier adressées à Nicolas Sarkozy pour lui faire part notamment, une fois de plus, de mon texte philosophique fondateur, Vérité éternelle absolue versus mensonges et lâcheté des élites du XXIe siècle, dont j’attends toujours depuis bien des années, plus de dix ans pour certains à l’exemple de François Hollande et du quotidien Le Monde, que l’une ou l’autre des quelques deux cents élites nationales, voire internationales, qui y sont nommément dénoncées pour leurs mensonges et leurs croyances au miracle, aient l’honnêteté et le courage intellectuels ainsi que les arguments intellectuels et philosophiques nécessaires pour endémontrer la fausseté sur des points très précis de désaccord. 


Brièvement évoqué, ce texte a pour objet de dénoncer le penser superstitieux humain dans ses divers modes d’expression, à savoir la religion, toutes religions confondues (monothéistes ou non), la métaphysique, tant matérialiste (cf. Aristote, les positivistes et le scientisme contemporain) qu’idéaliste (cf. pseudo-philosophie spiritualiste de Descartes, Kant et consorts),  l’idéologie, toutes les idéologies sans exception (de droite comme de gauche) avec leurs promesses mensongères de liberté et d’égalité absolues, voire de bonheur universel, sur la Terre pour l’éternité, et le moralisme (Morale et condamnations moralisatrices des Autres au nom de LA Morale : LAQUELLE, celle des Églises ou de Vincent Peillon, entre autres moralisateurs publics autoproclamés triant les bons et les mauvais au seul vu de leurs intérêts égoïstes individuels et collectifs, notamment électoraux et financiers ? !


Á cette aune, je vous laisse mesurer combien de suffrages, de millions de suffrages, vous ont coûté et ont rapporté à la gauche les mensonges propagés à satiété dans les médias sur la stigmatisation de l’islam, mais en oubliant de souligner que cette prétendue religion de paix et de tolérance qu’il serait interdit de juger dans une République laïque, tant sur son dogme que sur ses pratiques inconciliables avec la Déclaration des droits de l'homme de 1948, à savoir charia, fatwa et djihad, portait ainsi respectivement atteinte à l'égalité entre hommes et femmes, à la liberté d'expression et à la paix civile de la France.


Ces manquements auront donc été, au XXIe siècle, autant de concessions faites à l’islam dans un État laïque, et en conséquence bien loin de le stigmatiser, alors que Spinoza pouvait écrire, il y a plus de trois siècles, à propos de la religion musulmane :


« Je connais tout l'avantage de l'ordre politique qu’instaure l’Église romaine et que vous louez tant, mais je n’en connaîtrais pas de plus apte à duper la foule et à dominer les âmes, s’il n’existait l’Église musulmane qui, de ce point de vue, l’emporte de loin sur toutes les autres ; depuis son origine en effet aucun schisme ne s’est déclaré dans cette Église. »


Autre traduction :


« Je reconnais tous les avantages politiques de la discipline tant célébrée par vous que l’Église romaine a instituée, et aussi le profit matériel que beaucoup en tirent. Nulle ne me paraîtrait mieux faite pour tromper le peuple inculte et exercer une domination sur les âmes, si n’existait pas la discipline de l’Église musulmane qui, à cet égard, l’emporte de beaucoup  sur toutes les autres : depuis son origine en effet, cette superstition n’a pas connu de schisme. » [Spinoza, Correspondance, Lettre LXXVI à Albert Burgh]


Les récents échecs électoraux de la droite s’expliquent aussi par les quelques 3% de suffrages écologistes échappant à Nicolas Sarkozy au profit de François Hollande, alors qu’ils se fondaient uniquement sur le mensonge écolo précisé dans le texte joint, mais dont EELV et sa présidente Éva Joly ainsi que Cécile Duflot, Daniel Cohn-Bendit, José Bové, Nicolas Hulot, Noël Mamère et consorts ont toujours refusé de débattre, comme le prouve ma correspondance toujours sans réponse jusqu’ici, mais à votre disposition.


Il ne vous sera toutefois pas interdit de contester mon argumentation dénonçant l’absurde prétention des humains du XXIe siècle d’établir sur la planète un climat sur mesure pour l’éternité - après son éventuelleinstauration ! Il vous suffira pour cela de répondre, de façon argumentée, à ma question posée au GIEC, à Barack Obama, à Ban-Ki-moon et à José-Manuel Barroso, sans oublier Nicolas Sarkozy, mais qui ont tous esquivé par leur silence la réponse à cette question.


J’ajoute que vous avez aussi perdu de très nombreux suffrages au seul nom du moralismesuperstitieux (cf. ci-dessus), du seul fait d’une division fictive, selon laquelle la gauche représenterait le camp des bons - et la droite, celui des mauvais, au seul vu de la diabolisation du Front national, de la colonisation, de l’esclavage et du racisme.


Des sujets tabous mais électoralement juteux, dont la gauche fait ses choux gras, en ignorant superbement qu’il n’y a pas, et qu’il n’y aura jamaisdans notre société humaine, d’un côté les bons, et de l’autre les mauvais, ainsi que ce grand diseur universel de LA Vérité éternelleabsolue l’avait déjà annoncé au monde, il y a bientôt deux mille ans, dans une Parabole devenue mondialement célèbre.


Aussi, face à cette déperdition de voix pour les raisons précisées, et d’autres éventuellement, la droite entend-t-elle continuer à taire à l’opinion les mensonges et les "croyances au miracle" du penser superstitieux, tels qu’amplement démontrés dans mon texte, en faisant ainsi jusqu’à la saint Glinglin le jeu de ses adversaires politiques de gauche?


C'est assurément son droit le plus légitime, mais elle s’expose ainsi à un nouvel échec à la Présidentielle 2017. C'est pourquoi votre récente déclaration rétablissant la réalité entre deux courants politiques est déjà pour moi un premier pas dans la bonne direction, comme le succès de François Mitterrand en 1981 en témoigne, puisque l’opinion lui a pardonné, en 1981, son passé vichyste et ce propos de 1954 pourtant d’extrême droite déclarant : « L’Algérie, c’est la France ! », lui permettant ainsi d’accéder à la présidence de la République – pour quatorze ans, de surcroît !


En quoi faire chemin commun avec le Front national, dont j’aimerais que chacun des Français partage autant l’amour de la France,  alors  que tant d’autres la haïssent, se contentant de profiter de ses multiples avantages sociaux, sans avoir de cesse par ailleurs de la faire culpabiliser pour un passé, dont nos contemporains ne peuvent mais, serait-il un critère absoludu Bien et du Mal ?


En effet, en réalité et en vérité, il n’y a ni Bien ni Mal absolus dans notre monde humain (cf. texte annexé), et le prétendre est une imposture, une escroquerie intellectuelle de plus ! Mais c’est tellement juteux pour la gauche, toutes tendances confondues, de vous faire culpabiliser et d’en tirer des profits de toutes sortes, électoraux et financiers notamment !

Je m'en tiens-là, en vous assurant que vous disposerez d'un document amplement développé et démontré, et c’est pourquoi, dans le doute, je vous invite à le soumettre au jugement critique des différents cercles proches de vous et d'intellectuels reconnus de votre entourage.


Pour preuve de ma certitude sur les idées exposées dans ce texte, je n'ai encore trouvé personne, jusqu’ici,  en mesure de démontrer la fausseté de mes affirmations sur quelque point que ce soit de mon très abondant courrier, soit quelques cinq cents lettres en une dizaine d’années.


J’ajoute que je suis prêt à expliciter ma pensée philosophique, de vive voix, devant n'importe quel auditoire, puisque j’ai déjà dénoncé pour mensonges l’essentiel des faiseurs d’opinion de l’époque, et je n’ai donc rien à en craindre.


Á défaut de débattre, a fortiori de me contester, le XXIe siècle s’est caractérisé pour moi par la capitulation officielle, le 26 janvier 2004, du quotidien Le Monde, leader français d’opinion, et quant à ses prétendues élites, elles laisseront une triste image à nos plus ou moins lointains descendants, à savoir celle de couards et de menteurs plus préoccupés par leurs intérêts égoïstes que par la recherche de LA VÉRITÉ, comme vous le trouverez illustré dans ma lettre du 8 août à Nicolas Sarkozy, où je lui rappelle mon exhortation adressée aux principaux candidats du premier tour de la Présidentielle 2012 pour accepter de débattre et éviter ainsi de tromper les Français – mais en vain !


En conclusion, dans l'éventualité de votre participation au seul et unique véritable débat d'idées qui vaille, par quoi  j'entends qu'il ne consiste pas à opposer entre eux, à l'infini, des points de vue relatifs et partisans à d'autres tout aussi relatifs et partisans, mais à les confronter, TOUS sans exception, à la Vérité éternelle absolue qui suffit à TOUS les invalider dans leur prétention à dire l'Absolu, ce qui est absolument absolu, ou à parler au nom de l'Idéal, puisque celui-ci est à jamais « inconnaissable en soi » pour nous les Terriens, je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Monsieur, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines, sauf encore à vous-même ou à quiconque, bien entendu, de démontrer le contraire.

 

                                                    

  Texte annexé : Vérité éternelle absolue versus mensonges et lâcheté des élites du XXIe siècle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans COURRIER "Politiques"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article