« Confirmation ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 8 décembre 2009
 

Objet :

« Confirmation ! »

 
Monsieur Daniel Cohn-Bendit

Europe Ecologie

6 bis, rue Chaudron

75010 Paris

Courriel :

contact@europeecologie.fr

 

[A l’attention de Nicolas Hulot, José Bové, Eva Joly et consorts]

 

Monsieur,

 

Le récépissé postal parvenu hier de la Maison Blanche, suite à mon courrier du 9 novembre dernier adressé à Barack Obama sous l’intitulé, « IPCC : I ACCUSED », ainsi que celui du 4 novembre attestant l’envoi en recommandé international de ma lettre du 2 au GIEC avec pour objet, « I ACCUSE: Enough lies and manipulation of the world’s opinion ! », me permettent de confirmer la teneur de ma correspondance des 1er juillet, 15 novembre et  6 décembre 2009 à votre intention, mais toujours sans réponse à ce jour.

 

Dans cet abondant courrier, je n’ai eu de cesse de dénoncer les mensonges et les « croyances au miracle » de la superstition scientiste contemporaine dans son arrogante prétention d’établir sur la planète un climat sur mesure pour l’éternité, mais seulement « à terme », c’est-à-dire à une échéance toujours renvoyée à DEMAIN et seulement DEMAIN, hélas - à la saint Glinglin ! Jusqu’ici, toutefois, vous n’avez eu ni l’honnêteté ni le courage intellectuels de débattre sur le fond, et ceci atteste que la Superstition, c’est comme le catéchisme à l’Eglise, à savoir que l’on demande seulement de « croire », pas besoin de démontrer  ce qui est asséné !

 

Néanmoins, pour forcer votre silence et votre refus de débattre sur le fond, je renvoie à cet effet les lettres adressées au président des Etats-Unis et au Groupe d’experts internationaux sur le climat, afin que vous puissiez établir la fausseté de mes propos sur des points très précis de désaccord. Par ailleurs, si vous estimez que je suis assez « TARÉ » pour envoyer un aussi volumineux courrier au chef d’État de la première puissance mondiale et à d’autres élites internationales, Ban Ki-moon et José Manuel Barroso entre autres, après celles de chez nous dont Nicolas Sarkozy, pour leur raconter seulement des balivernes, ou dire n’importe quoi, il va vous falloir le démontrer au vu de ces documents.

 

Comme déjà dit, il vous suffirait d’établir une quelconque incohérence dans la question suivante clairement posée au GIEC, et de démontrer que mon argument « à validité éternelle » n’est pas un obstacle en soi à votre mirifique projet de « maîtriser » absolument le climat de la planète pour l’éternité. En clair :

 

« Comment, dans un monde où « TOUT » est en constant mouvement, lequel est la cause fondamentale de l’incessante transformation des choses le constituant, y compris nous-mêmes les humains, serait-il possible de stabiliser le climat, entre autre, sans arrêter précisément ce mouvement perpétuel universel ? ! »

 

A défaut d’une explication cohérente scientifiquement étayée pour contrer cet argument, non seulement vous ferez la risée des époques à venir, si elles venaient à avoir connaissance de votre chimérique « foutaise » consistant comme toutes les autres à croire possible de transposer l’Idéal dans le quotidien, mais vous continuerez à mentir, donc à tromper et à manipuler vos contemporains dans votre seule quête égoïste d’amour, d’argent et de gloire.

 

Sauf à vous de démontrer le contraire, les humains du XXIème siècle témoignent qu’ils sont tout aussi incapables que leurs prédécesseurs de régler leurs problèmes terrestres à la satisfaction générale, minarets entre autre, et ils prétendraient néanmoins pouvoir solutionner ceux des cieux : cherchez l’erreur ! En conséquence, la Conférence de Copenhague, faute d’examiner des arguments contraires établissant indiscutablement l’impossibilité à jamais de stabiliser le climat de la Terre – pourquoi pas aussi celui de la Lune, de Mars, etc., etc. ? - s’avèrera être la réunion au sommet de tous les menteurs de la planète !

 

Dans l’attente de votre réponse contraire, intellectuellement, voire scientifiquement, et philosophiquement étayée - avant la saint Glinglin, toutefois ! -, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Annexe : Lettre du 9 novembre 2009 à Barack Obama

               Lettre du 2 novembre 2009 au GIEC

               Accusés de réception

 

 

Publié dans COURRIER "Politiques"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article