« Pour choisir entre deux "charlatans" au second tour ! » [Lettre à Nicolas Dupont-Aignan]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

[Avant-propos : Les éventuels défauts de présentation constatés sont totalement indépendants de ma volonté, comme le texte original, sans aucun paragraphe entièrement en italique, permet de l'établir, ils sont seulement dus à la malveillance d'un script Java et de son auteur qui n'aime pas LA VÉRITÉ !]

 

 

Patong Beach, le 14 avril 2012

 

Courriel : xxxxxxx

 

Objet : « Pour choisir entre deux "charlatans" au second tour ! »

 

 

 

Monsieur Nicolas Dupont-Aignan

Président

DEBOUT LA RÉPUBLIQUE

Courriel :

courrier@debout-la-republique.fr

 

 

Monsieur,

 

 

Vos récents propos tenus sur France 2, et repris notamment par Le Figaro, me donnent non seulement une excellente occasion de vous rappeler le courrier échangé entre le 27 avril 2005 et le 16 octobre 2006, dans lequel j’entendais surtout dénoncer la Superstition sous toutes ses formes, idéologie et moralisme en particulier, mais surtout ils confortent le contenu de mes lettres adressées récemment à ce quotidien sous l’intitulé, « Le charlatan Hollande et le grand mensonge électoral ! », dont l’intégralité est à votre disposition.

 

Au cours de l'émission de France 2, en effet, interpellé sur la possibilité d'appeler à voter pour un candidat qualifié pour le second tour, vous avez affirmé que vous ne vous prononceriez ni en faveur de Nicolas Sarkozy (UMP) ni en faveur de François Hollande (PS), car vous n'entendez pas « voter pour un charlatan », en ajoutant : « Les Français sont assez grands pour choisir ».

 

Si je vous comprends bien, dans le cas où ces deux candidats resteraient en lice au second tour, vous avez clairement affirmé aussi ne choisir ni l’un ni l’autre dans l’isoloir, au prétexte qu'ils sont des charlatans, ce qui est très différent de donner publiquement aux électeurs des consignes de vote en faveur l’un plutôt que l’autre, faute de pouvoir les différencier en matière d’idées pour le moins contraires. En conséquence, il vous resterait seulement à trancher entre l’abstention et le vote blanc ou nul, ce qui est votre droit légitime de citoyen, mais moins celui de candidat engagé dans la même compétition, et qui ne peut manquer de faire connaître sa préférence, tant la marge entre les deux est importante.

 

C’est pourquoi, si vous y consentez, j’entends vous convaincre, d'ici le 6 mai, qu’en guise de charlatan, au sens d’une personne abusant de la crédulité d’autrui, François Hollande devance de bien loin Nicolas Sarkozy en la matière, comme je peux l’établir au vu de ses chimériques déclarations publiques avérées. Ceci devrait vous permettre de faire un choix entre des propos non suivis d'effet, comme il en va pour Nicolas Sarkozy à propos de l'euthanasie, alors qu’il pouvait consulter le peuple par referendum sur cette question, et des promesses à jamais irréalisables, fut-ce dans des millénaires, comme celles du candidat Hollande,  précisées ci-après.    

 

Mon propos ne se bornera pas là, car j’entends également établir que notre époque, croyant pourtant être au comble du modernisme des idées, donc au summum de leur pertinence, n’en est pas moins aussi « obscurantiste » que toutes celles qui l’ont précédée durant des siècles et des millénaires.

 

Je l’ai déjà établi auprès de chacun des autres candidats du premier tour, mais également en quelques cinq cents lettres adressées à plus d'une bonne centaine de soi-disant «élites» nommément dénoncées dans le texte annexé, Mensonges et lâcheté des élites. Il inclut des faiseurs d'opinion de tous milieux sans exception (Médias de toutes tendances, politiciens de tous bords, intelligentsia (prétendus intellectuels ou pseudo-philosophes) et associations moralisatrices à sens unique).

 

Pour ce faire, il me suffit de dénoncer et de démontrer la réalité des mensonges et des « croyances au miracle » du penser superstitieux humain dans ses divers modes d'expression : religion, toutes les religions sans exception (monothéistes ou non), métaphysique matérialiste, ou scientisme, métaphysique idéaliste, ou pseudo-philosophie spiritualiste des « philosopheurs » Descartes et Kant en particulier, idéologie, toutes idéologies confondues, et moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des Autres, au nom de LA Morale : LAQUELLE ?!], tous catéchismes réunis, y compris le catéchisme soi-disant universel contemporain, ou Déclaration dite universelle des droits de l'homme de 1948, dont seule l'inobservation est réellement universelle – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire, à l'aune du devenir du monde depuis plus de six décennies.

 

Et c'est donc bien seulement sur les mensonges et les « croyances au miracle » de notre époque obscurantisteque continue de fonctionner le monde politique en général et chacun de ses courants en particulier, d'autant plus que tous s'abstiennent de débattre sur le fond par lâcheté et malhonnêteté intellectuelles pour préserver des intérêts égoïstes de toutes sortes, électoraux et financiers notamment.

 

Pour l'illustrer, je ne peux mieux faire que rappeler les quelques vingt lettres adressées au candidat socialiste depuis le 6 décembre 2000, dont j'attends toujours, hormis quelques rares accusés de réception de pure forme, la première réponse contraire, intellectuellement et philosophiquement argumentée sur le fond.

 

Ainsi son obstination avérée dans le silence et le refus de débattre sur le fond lui permet-elle de déclarer impunément n'importe quoi, à l'exemple de ses propos parlant de « cette gauche qui veut changer le monde et qui sait comment le changer » - SIC ! [LCI, 21 novembre 2004], ou encore de déclarer sans rire : « Demain sera meilleur qu’aujourd’hui, je vous en fais la promesse ! », sans oublier sa trouvaille de charlatan à proprement parler, proclamant à la cantonade : « Je veux réenchanter le rêve français ! », comme n’aurait su mieux dire l'enchanteur Merlin lui-même.

 

Après de tels propos, ne vous étonnez pas que je dénonce aussi sa « débilité intellectuelle », en plus de sa lâcheté intellectuelle avérée qui lui fait même refuser tacitement ma proposition de confronter en justice « SA »vérité et la mienne, puisque je n'en entends plus parler. 

 

Pour faciliter votre choix d'ici le 6 mai prochain, je tiens à votre disposition, preuves matérielles d'envoi à l'appui, quelques unes de mes dernières lettres adressées au Parti socialiste et à son candidat, sous les intitulés suivants :

 

 PS, J'ACCUSE : « Un pays de merde dans un monde de TARÉS ! »(Lettre recommandée avec AR du 15 juillet 2010)

 

 Primaire socialiste : « François Hollande disqualifié ! » (Télécopie du 27 septembre 2011)

 

 François Hollande, J’ACCUSE: «Arrêtez de mentir et de tromper l’opinion ! »(Télécopie du 28 octobre 2011)

 

François Hollande, pour mémoire et information: « Débilité intellectuelle de l’époque, lâcheté et malhonnêteté de ses élites ! »  (Télécopie du 20 décembre 2011)

 

François Hollande, pour information:« Le "coup de la finance", les mensonges, les incohérences et autre "méthode Coué" du candidat Hollande ! » (Télécopie du 21 février 2012)

 

« Et le combat de LA Vérité visant les candidats de la Présidentielle 2012 cessa faute de combattants ! » (Version collective individualisée) [Courriel du 12 mars 2012 à son adresse Internet du Parti socialiste]

 

Toutes ces lettres se fondent sur la dénonciation du penser superstitieux, selon son analyse minutieuse présentée dans l’œuvre du philosophe juif allemand Constantin Brunner (1862-1937), héritier spirituel des grands penseurs universels de LA Vérité éternelle absolue (Mystiques authentiques et vrais philosophes du UN absolu), établissant que le critère fondamental commun à toutes les formes du penser superstitieux est l’« absolutisation du relatif ».

 

Ce procédé, intellectuellement et philosophiquement malhonnête, consiste à faire passer fictivement, donc mensongèrement, pour absolu, pour Vérité ou réalité absolue, le contenu seulement à jamais relatif pensé par notre entendement dans et sur (à propos de) notre monde.

 

Et précisément, l‘objet de mon combat pour LA VÉRITÉ a été d'en informer personnellement le gratin des faiseurs d'opinion d’aujourd’hui, avant de dénoncer leurs mensonges et leurs « croyances au miracle », puisqu'ils n'avaient de cesse de boycotter le seul et unique véritable débat d’idées qui vaille, maintes fois proposé.

 

Celui-ci ne consiste pas en effet à opposer « à l’infini » des points de vue relatifs partisans à d’autres tout aussi relatifs et partisans en matière de religion, de métaphysique, d’idéologie et de morale, mais à les confronter, tous sans exception, à LA Vérité éternelle absolue qui suffit à TOUS les invalider dans leur prétention à dire l’Absolu, ou à parler au nom de l’Idéal.

 

Ainsi, faute de solides arguments à m’opposer, vos concurrents continuent-ils à propager «leur» vérité, qui n’est déjà pas la même pour chacune et chacun d'entre eux, ce qui suffit « en soi » pour établir que ce n’est définitivement pas LA VÉRITÉ éternelle absolue. Comme déjà dit et redit, en effet, lorsque deux vérités, a fortiori davantage, s’opposent, aucune d’entre elles ne saurait être l’expression de l‘absolue Vérité, ainsi que vous le trouverez philosophiquement démontré dans le texte annexé.

 

LA VÉRITÉ n’en contrarie pas moins leurs intérêts égoïstes de toutes sortes, ambition présidentielle notamment, et ceci explique leur commune obstination dans silence et le refus de débattre, en matière de religion tout d’abord, au point même de faire culpabiliser en son nom la France et les Français, comme le confirme, une fois de plus, la récente déclaration de Benoît Hamon volant au secours de la superstition musulmane - Présidentielle oblige !

 

Et pourtant la multitude des dogmes religieux suffit  à dénier « leur vérité » aux diverses croyances monothéistes, entre autre, d’autant plus qu’elles ont à faire face également à la métaphysique matérialiste censée aussi expliquer le soi-disant « commencement » de notre monde, avec son big bang en lieu et place de « Dieu » - vous avez dit « VÉRITÉ » : LAQUELLE ? !

 

Il n’en va pas autrement pour l’idéologie et sa superstitieuse croyance prétendant pouvoir « changer le monde », en monde idéal, évidemment. C’est sur cette chimère que se fondent la politique et ses multiples courants, dont chacun se prétend mensongèrement capable de transposer l’Idéal dans le quotidien - hélas, DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN !

 

Dans notre monde humain, en effet, il n’y aura JAMAIS de liberté idéale, d’égalité absolue, de démocratie parfaite, et pas davantage de « fantasmatique » solidarité universelle - sauf à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire et d’expliquer concrètement comment y parvenir pour la planète entière, ainsi que j’en lance le défi, à la cantonade, aux penseurs et décideurs de notre monde !

 

D’ailleurs, de quel Idéal parlent-ils, tous ces faiseurs d’opinion, pour conforter leurs mensonges, puisque les humains ne connaîtront jamais l’Idéal « en soi » ? Á son sujet, il s’agit donc toujours uniquement de conceptions relatives, individuelles et collectives, que les humains se forgent au nom de l’Idéal pour les ériger mensongèrement en Absolu, ou les élever fictivement à l’Idéal, cet Idéal pourtant inconnaissable, dont ce grand diseur universel de LA Vérité a pu dire, en son temps : « Mon royaume n’est pas de ce monde ! »

 

Et il entendait précisément par-là l’Absolu ou Idéal, mais les politiciens en général ne doutent vraiment de rien en promettant de transposer l’Idéal dans le quotidien, dans la réalité quotidienne d’un monde qui attend vainement cela depuis des millénaires !

 

Et la raison précisément en est que, dans leurs promesses mensongères, tous absolutisent fictivement le « relatif », en se fondant uniquement sur le penser superstitieux, celui qui « croit » mais qui ne pense pas « vraiment », puisqu’il repose sur la Foi et non sur la Raison. La première « croit », à la manière de saint Thomas, ce qui est à l’opposé de la seconde, à savoir la réflexion en profondeur seulement basée sur la démonstration.

 

Si je parle, sans aucune hésitation, de leurs promesses mensongères, ce n’est pas eu égard à l’Histoire universelle récente qui en témoigne par l’échec retentissant des grandes idéologies planétaires, au premier rang desquelles le communisme, quelles que fussent alors ses diverses appellations locales, bolchevisme, maoïsme, castrisme, etc., etc.

 

Elles sont mensongères, du seul fait de leur certitude absolue de pouvoir les mener à bon terme, du moins le laissent-ils entendre ainsi aux électeurs. Or leur foi du charbonnier est en tout point semblable à celle de leurs illustres devanciers échouant finalement dans leurs rêves révolutionnaires et autres, puisque pareillement fondée sur la superstitieuse croyance, en vertu de laquelle il suffirait de vouloir pour pouvoir

 

Ils croient superstitieusement comme leurs prédécesseurs, et comme Barack Obama lui-même, en la toute-puissance de notre soi-disant « libre arbitre », cette prétendue libre volonté, et ils affirment donc aussi, bon gré, mal gré : « Yes, we can», ce qui n’est rien d’autre qu’une resucée de la bonne vieille « méthode Coué», dont l’efficacité reste toujours à démontrer !

 

S'ils persistent dans ce mensonge, ce n’est pourtant pas faute de leur avoir bien souvent rappelé que « rien dans notre monde ne dépend uniquement de notre prétendue libre volonté. » En effet, TOUT ce qui advient dans notre monde (phénomènes naturels en général et climatiques en particulier, événements historiques, actions collectives et actes individuels) dépend seulement du mouvement universel perpétuel

A SUIVRE...

Publié dans COURRIER "Politiques"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article