« Après Doha, le mensonge écolo continue ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Patong Beach, le 26 décembre 2012

 

Courriel :

xxxxx@neuf.fr

 

Objet :

« Après Doha, le mensonge écolo continue ! »

 

Monsieur Nicolas Hulot

Fondation Nicolas Hulot

6, rue de l’Est

92100 Boulogne Billancourt

Fax : 01 41 22 10 99

 

Monsieur,

 

Au cours de votre intervention du 9 courant dans le Journal de France 2, en réponse aux questions de Laurent Delahousse après le sommet de Doha, vous avez conclu en déclarant : « Ce changement climatique n’est pas une fatalité ! », signifiant expressément par-là que l’humanité était en mesure d’y mettre fin, devançant ainsi les futurs millénaires, dont vous ne savez pourtant rien quant au climat d’alors.

 

Auparavant, en raison de l’insistance du présentateur sur ce nouveau fiasco, votre cri de colère et de désespoir face à cet échec avéré, un de plus, vous avait conduit à tenir les propos suivants :

 

« Est-ce que les grandes puissances de ce monde ne s’en foutent pas aussi un peu du réchauffement climatique ? »

 

« Le réchauffement climatique est la pire menace, mais on n’y croit pas, c’est pourtant un fait scientifique avéré ! »

 

« En attendant que la communauté, en 2015, se mette d’accord, on ne peut pas l’arrêter, mais on peut l’atténuer ! »

 

« On voit bien la limite de ces sommets, chacun campe sur ses intérêts particuliers, on  ne peut pas baisser les bras, la crise climatique a un coût. »

 

« Il faut mettre de côté nos petites divisions politiciennes, le réchauffement climatique ce n’est pas une fatalité. On ne descend pas beaucoup dans la rue pour défendre la planète. C’est désespérant, d’autant qu’il y a des solutions. »

 

Je peux d’autant mieux approuver le réalisme pessimiste de vos propos face aux échecs successifs des divers sommets précédents (cf. Copenhague et Rio notamment), en attendant tous ceux à venir, que je n’ai eu de cesse depuis ma lettre du 29 juin 2007, intitulée, « Prophète peut-être, mais "dégonflé", assurément ! », dont ci-joint copie, de dénoncer le mensonge écolo de notre époque obscurantiste, puisque fonctionnant uniquement sur le penser superstitieux humain dans ses divers modes d’expression, scientisme en l'occurrence, tel que souvent précisé.

 

Ainsi votre mensonge à l’échelle planétaire, quoique partagé unanimement par les soi-disant élites de l’époque, tous milieux confondus, fera assurément la risée de nos plus ou moins lointains descendants, s’ils apprenaient, d’aventure, que leurs ancêtres du XXIe siècle s’étaient mis dans l’idée, avec obstination et force conviction, de régler à leur guise le climat de la planète pour l’éternité - en clair, ils entendaient transposer leur Idéal climatique dans la réalité quotidienne des siècles à venir jusqu’à la fin des temps, sinon, à quoi bon un changement seulement éphémère ? !

 

Par ailleurs, hormis le premier courrier mentionné, vous ne pourrez pas prétendre ne pas avoir reçu également mes lettres des 9 septembre et 20 novembre 2009, intitulées respectivement, « Pour information », et « Messieurs les menteurs, justifiez-vous ! », compte-tenu de votre silence et de votre refus de débattre sur le fond permettant de continuer lâchement à manipuler sciemment une opinion manifestement crédule face aux mensonges et aux croyances scientistes superstitieuses déjà dénoncés antérieurement, puisque faisant passer mensongèrement pour vérité absolue des vérités à jamais relatives – sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire !

.

Ne croyez pas, toutefois, être l’unique bouc-émissaire, la seule cible de ma dénonciation du mensonge écolo, car je tiens aussi à votre disposition les lettres adressées sur ce thème, preuves matérielles d’envoi à l’appui, au GIEC, à Barack Obama, Ban-Ki-Moon, José-Manuel Barroso, Nicolas Sarkozy, Cécile Duflot, Éva Joly et EELV, ainsi qu’à l’essentiel des faiseurs d’opinion de l’époque, tous milieux confondus [Médias de toutes tendances, politiciens de tous bords et intelligentsia (soi-disant intellectuels et pseudo-philosophes)], dont la liste figure en annexe, mais dont j’attends toujours la réponse argumentée à la question à validité éternelle ci-après.

 

Aussi, pour éviter à notre époque obscurantiste un camouflet de l’Histoire, seule juge du passé, il ne vous sera pas interdit de répondre, arguments scientifiques et philosophiques à l’appui, à la question suivante, afin d’en démontrer éventuellement l’absurdité :

 

« In an universe, which is perpetually in movement, and where EVERYTHING is in a constant movement, SOLE cause of the unceasing transformation of all the things of our world, human beings included, HOW would-it be possible to definitively stabilize anything and thus to establish on the planet a custom-made climate for all eternity, excepted by stopping this movement itself, precisely? »

 

D’ici-là, chacun de nos contemporains est bien obligé de constater la variabilité incessante du climat, que seul un « miracle » pourrait stabiliser à notre convenance - encore faudrait-il savoir laquelle, compte-tenu en la matière de l’infinité des intérêts égoïstes, individuels et collectifs, des quelques sept milliards d’humains d’aujourd’hui !   

 

Ainsi, sauf à vous-même d’avancer une solide argumentation contraire que j’attendrai sûrement encore longtemps, votre croyance en la non-fatalité d’un réchauffement climatique continu vous conduit à « croire » en l’omnipuissance des humains d’y mettre un terme – DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN, à la saint Glinglin ! -, ainsi qu’il en va de toutes les sornettes obscurantistes de toutes les époques, telle l’égalité soi-disant absolue, prétendument transposable dans notre monde humain avec un terme identique.

 

Ce faisant, vous niez la « nécessité » spinoziste, en vertu de laquelle ce qui doit arriver, arrive nécessairement. C’est exactement le contraire de notre soi-disant libre arbitre, en vertu duquel il suffirait aux humains de vouloir pour pouvoir, sans tenir nul compte de l’enchaînement infini des causes et des effets de tout phénomène, réchauffement climatique inclus, contre lequel même le « Yes, we can » d’Obama s’avèrera à jamais impuissant, ainsi que son silence et son refus de débattre sur le fond suffisent à en témoigner.

 

En conséquence, j'affirme sans crainte d'être jamais démenti à plus ou moins long terme, mais  à quoi bon attendre, que l’avenir le plus reculé ne manquera pas de l’établir. Néanmoins,  en raison de votre silence et refus de débattre, donc à vos mensonges, vous avez réussi à « truquer » le scrutin présidentiel 2012, en faisant élire François Hollande grâce aux écologistes, dont la lâcheté intellectuelle en dit long également sur leur « croyance au miracle » climatique.

 

En conclusion, dans l’éventualité où vous établiriez l’absurdité de mon pronostic argumenté, à défaut de quoi vous manifesteriez votre intention délibérée de continuer à mentir, donc à manipuler et à tromper sciemment l’opinion, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations philosophiques, laïques et républicaines, sauf encore à vous-même ou à quiconque, évidemment de démontrer le contraire.

 

Annexe : I - Lettre du 29 juin 2007

              II - Liste des élites dûment informées du mensonge écolo

 

[Les documents annexés feront l'objet d'une publication séparée] 

 

 ..

 

 

 

 

 

 

Publié dans COURRIER "Divers"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article