France Culture, "sans culture"..? !

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 23 octobre 2006

France Culture
116, avenue du Président Kennedy
75016 PARIS
Courriel :
www.franceculture.com/


[A l’attention de la Direction, du Comité de rédaction et d’Ali Baddou]


Mesdames, Messieurs,


L’intervention d’Alexandre Adler face à Mona Ozouf, au cours de la matinale du 20 courant, m’incite, d’une part, à vous faire part de ma lettre du 22 de ce mois, adressée au siège de Courrier International, et d’autre part, à rappeler ma lettre du 19 avril dernier à Ruth Stegazzy, toujours sans réponse à ce jour, mais dont la copie est à votre disposition.


L’objet commun de ces deux lettres, ainsi que de toute la correspondance adressée, depuis des années, aux soi-disant « élites » du monde de l’information, de la politique, de l’intelligentsia et des associations « droits-de-l’hommiste » moralisatrices à sens unique et adeptes du « deux poids, deux mesures », dénoncées dans le texte ci-après, La lâcheté des élites, est d’attirer l’attention générale sur la « manipulation de l’opinion », à laquelle France Culture n’échappe pas ; probablement par manque de culture, philosophique en l’occurrence : un comble !


En témoigne, d’abord, ma lettre du 19 avril, à laquelle l’intéressée s’est abstenue de répondre par crainte d’affronter LA Vérité absolue, malgré ma démonstration très précise fondée sur l’Éthique – définitions, axiomes et propositions à l’appui. En l’occurrence, il s’agissait de confronter son point de vue fondé sur la croyance au « libre arbitre » à celui de Spinoza démontrant la « nécessité » du devenir inéluctable du monde - aujourd’hui, comme hier et demain !


Contrairement à l’affirmation de Ruth Stegassy, reprise par José Bové – et pour cause ! -, selon laquelle « Il n’y a rien d’inéluctable » dans notre monde, il est aisé de démontrer avec Spinoza que « TOUT est inéluctable », ce qui fait une énorme différence dans la manière d’examiner la marche du monde : ce qui sépare le relatif de l’Absolu !


Il en va ainsi de la vision superstitieuse du monde dans ses différents modes d’expression : religion, métaphysique, idéologie et moraliste, pour lesquels je vous renvoie à la lettre mentionnée ; sur un plan pratique, France Culture ne manque pas, en effet, de succomber aussi aux mensonges et aux « croyances au miracle » de toutes sortes, qui se fondent uniquement sur le péché capital de l’entendement humain, consistant à « absolutiser le relatif », c’est-à-dire à faire passer les vérités seulement relatives de notre monde pour autant de vérités absolues, dont l’expression plurielle suffit à démontrer la fausseté ! Ceci, évidemment, en évitant de débattre : un procédé, d’autant plus pratique pour jeter ensuite des anathèmes et autres condamnations moralisatrices à sens unique, qui font penser au western le plus éculé avec ses bons et ses méchants « absolument » ! C’est pourquoi je persiste et signe, en affirmant que le monde ment, ainsi que tous ceux qui colportent le mensonge du monde ; et ils sont nombreux !


Je m’en tiens là, puisque ma correspondance est à la disposition de quiconque, Justice comprise, pour montrer et démontrer ce que j’affirme. Toutefois, dans l’attente de vos objections sur le fond, et non d’un simple accusé de réception de pure forme, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations distinguées.

Annexe : Lettre du 22 octobre 2006 à Alexandre Adler






Publié dans COURRIER "Médias"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article