VÉRITÉ...

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 9 octobre 2006 

Objet : « Vérité »


Monsieur Claude Imbert
Editorialiste
Le Point
Courriel : www.lepoint.fr/

[A l’attention de Franz-Olivier Giesbert]


Monsieur,


Votre éditorial « L’heure de vérité » publié dans le n°1776 du Point, ainsi que le soutien apporté par Franz-Olivier Giesbert à Robert Redeker dans le n°1777, et diverses réactions sur l’article incriminé – notamment celles de Tariq Ramadan et de Malek Chebel - m’incitent à vous rappeler l’abondant courrier adressé, tant à vous-même qu’à Franz-Olivier Giesbert et d’autres collaborateurs de votre hebdomadaire entre le 16 octobre 2000 et le 10 mai 2006, sans jamais recevoir de réponse au prétexte de manque de temps pour écrire en retour à tous vos lecteurs.



C’est pourquoi il ne faut plus parler d’ « heure de vérité » aussi longtemps que vous refuserez précisément d’examiner sur un plan strictement philosophique la question de la Vérité dans ses différentes composantes, à savoir la vérité « relative », LA Vérité absolue et la vérité relative « fictivement absolutisée". Je m’en suis pourtant plus que largement expliqué avec vous-même, au cours de ces années, ainsi qu’avec des collaborateurs du Point [Franz-Olivier Giesbert (lettres des10 mai, 10 juin, 24 juin, 16 décembre 2005 et 5 janvier 2006), Malek Chebel (lettres des 6 juillet et 6 octobre 2005, ainsi que lettres des 15 mai et 6 août 2006) et Bernard-Henri Lévy, notamment dans ma lettre du 11 février 2005], sans jamais parvenir à susciter un véritable débat d’idées, tel que déjà précisé dans le courrier mentionné.

 

Tant que vous n’aurez pas l’honnêteté intellectuelle de confronter tous vos points de vue « relatifs partisans » à LA Vérité éternelle absolue, ce qui constitue précisément le véritable débat d’idées, vous continuerez à colporter les mensonges et les « croyances au miracle » de la Superstition dans ses différents modes d’expression : religion, toutes religions confondues – monothéistes ou non -, métaphysique [Doctrine matérialiste depuis Aristote jusqu’au scientisme contemporain, positivistes inclus, et scolastique idéaliste de Descartes et Kant, notamment], idéologie, toutes les idéologies sans exception, et moralisme [Morale et critique moralisatrice des autres, au nom de LA morale], tous catéchismes réunis, y compris le catéchisme soi-disant universel contemporain ou Déclaration universelle des droits de l’homme, dont seule l’« inobservation » est réellement universelle. Vous continuerez ainsi à tromper les humains en « absolutisant le relatif », ce qui est précisément le critère fondamental de la Superstition ou anti-Vérité !

 

Certes, je sais par avance que le premier plumitif venu, chargé de répondre au courrier des lecteurs du Point, balaiera tout ceci d’un revers de plume, comme l’expérience récente me l’a enseigné, en prétextant que cela est sans intérêt ! Oui, vous avez bien lu : LA Vérité n’intéresse pas l’hebdomadaire Le Point ! Pour être tout à fait honnête avec vous, je tiens à préciser que je partage plus que largement les idées exprimées dans vos éditoriaux sur la situation du monde et de la France, ainsi que votre rejet de l’utopie idéologique ou la dénonciation de l’islam dans ses pratiques obscurantistes toujours actuelles.



Toutefois, ceci relève seulement du « relatif », à savoir tout le contenu pensé dans et sur [à propos de] notre monde, et n’est en en aucun cas l’expression de LA Vérité absolue : en prendre conscience évite précisément d’ « absolutiser le relatif », donc de tomber dans la Superstition ! Il reste ensuite à faire le chemin conduisant à l’Absolu, à la réalité ou vérité absolue qui n’est pas celle exprimée par la religion, la métaphysique, l’idéologie et le moralisme dénoncés ci-dessus.



Je souligne également que la totalité des soi-disant « élites » du monde de l’information, de la politique, de l’intelligentsia et des associations « droits-de-l’hommiste » moralisatrices à sens unique et adeptes du « deux poids, deux mesures », nommément contactées, refusent comme vous de participer au seul véritable débat d’idées : celui qui ne consiste pas à opposer « à l’infini » des points de vue « relatifs partisans » à d’autres tout aussi relatifs et partisans, mais à les confronter, tous sans exception, à LA Vérité absolue.

 

Elle seule, en effet, est en mesure de mettre un terme définitif à notre penser relatif ou penser du « relatif » [penser des concepts génériques et penser des abstractions, respectivement imaginatio et ratio chez Spinoza], et de supprimer toute contradiction et toute incohérence, dont la seule présence est une preuve de « non-vérité ».


La controverse actuelle sur l’islam et l’approche d ‘importantes échéances électorales apportant leur lot de surenchères et de fallacieuses promesses [Cf. le soi-disant « ordre juste » de Ségolène Royal] sont une excellente occasion de confronter les dogmes religieux, toutes religions sans exception, ainsi que le dogme idéologique promettant l’avènement d’un monde « parfait » avec des humains « imparfaits », à LA Vérité absolue.



A l’aune de celle-ci, à condition d’accepter d’en débattre, le Dieu-Créateur religieux ou idéaliste ne résiste pas au « Dieu » ou substance de Spinoza. Pas davantage, la promesse d’un soi-disant « ordre juste » de Ségolène Royal, consistant ni plus ni moins qu’à vouloir « transposer l’Idéal dans le quotidien » en faisant croire en son pouvoir d’y parvenir, ne peut masquer une incohérence, donc une impossibilité pratique, comme je me suis attaché à le démontrer partiellement dans ma lettre du 5 courant  adressée à Ségolène Royal, en attendant la suite du déroulement de sa campagne : d'ici-là, sa cndidature se fonde déjà sur une aberration intellectuelle et philosophique mensongère !


Je m’en tiens là pour l’instant, puisque je m’en suis déjà plus que largement expliqué à maintes reprises, mais je suis tout disposé à débattre sur le fond à propos d’Absolu et de Superstition, c’est-à-dire à répondre aux questions et à réfuter d'éventuelles objections.

 

C'est pourquioi je me borne ici à vous faire parvenir le texte « La lâcheté des élites », où je dénonce les « faiseurs d’opinion » qui colportent les mensonges du monde, parmi lesquels je suis au regret de vous compter en raison de votre refus de débattre, tout en précisant sommairement ce qui distingue la vérité relative, LA Vérité absolue et la vérité relative fictivement absolutisée.



Malgré mon plaidoyer en faveur de LA Vérité absolue, je pense que vous continuerez à avoir peur de l’affronter, mais je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Annexe : « La lâcheté des élites »  [Texte déjà publié ici]








Publié dans COURRIER "Médias"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article