« Liberté, égalité, fraternité : "Credo", mensonges et contradictions ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 13 mars 2009


Objet :

« Liberté, égalité, fraternité : "Credo", mensonges et contradictions ! »

 

Monsieur Karim Zéribi,

RMC Info

« Les Grandes Gueules »

12, rue d'Oradour sur Glane

75015 Paris

Fax : 01 71 19 11 90

Courriel :

 http://www.rmcinfo.fr/

 

  

[A l'attention d'Alain Weill, président du groupe NextRadioTV (RMC Info, BFM, BFMTV, La Tribune et Groupe Tests), de la Direction et de la rédaction de RMC Info, de Jean-Jacques Bourdin et de Guillaume Cahour ainsi que des bien-pensants censeurs conformistes « autoproclamés Grandes Gueules » [Alain Marschall, Olivier Truchot, André Daguin, Anna Sallabi, Bernard Debré, Claire O'Petit, Christian Lehmann, Gaston Kelman, Jacques Maillot, Patrice Gourrier, Sophie de Menthon, Sylvain Grandserre, etc.], qui colportent les mensonges et les « croyances au miracle » de la pensée superstitieuse « politiquement correcte » dans tous ses modes d'expression, sans avoir pour autant le courage intellectuel de débattre sur le fond]

 

Monsieur,

 


Outre que je pense avoir établi, à plusieurs reprises, votre lâcheté et votre malhonnêteté intellectuelles, sauf à vous de démontrer qu'il n'en est rien,  l'émission du 12 courant, entendue seulement de manière aléatoire dans sa rediffusion nocturne, me procure l'occasion de revenir sur votre propos à l'adresse d'un chef d'entreprise, lequel vous reprochait vos dérives politiciennes, résumées sous le terme peu flatteur de « Hollandisation » ; un vaste programme, dont j'attends toujours que l'ex-Premier secrétaire du Parti socialiste, après une vingtaine de lettres sans réponse sur le fond, accepte de débattre, notamment quant à sa manipulation avérée de l'opinion durant des années. Je suis d'autant plus habilité à l'affirmer qu'un leader socialiste, dont je tairai le nom pour ne pas lui nuire, vient de me donner implicitement raison sur le fond - précisément, là où il est question des mensonges et des « croyances au miracle » de son propre parti !

 

Pour votre seule défense, vous avez martelé avec force à un certain « Stallène » : « Je crois à la liberté, je crois à l'égalité, je crois à la fraternité. », en vous imaginant sûrement qu'il suffisait de « croire » pour transformer le monde, c'est-à-dire en faire un paradis. C'est facile de berner les électeurs, puisque c'est précisément vieux comme le monde de chercher à accréditer des chimères pour en tirer des profits personnels, ainsi que votre parcours l'atteste dans votre boulimie de postes et d'honneurs, mais c'est beaucoup plus difficile de démontrer comment transformer ses « croyances au miracle » d'aujourd'hui en réalité de demain, et c'est pourquoi j'attends toujours que vous y parveniez !

 

Si vous y croyez tellement, d'ailleurs, je me demande bien ce que vous attendez pour clouer le bec sur le fond - et non à la manière des nervis syndicaux qui ont lâchement agressé Renaud Muselier, en son temps ! - à quelqu'un, qui n'a de cesse de dénoncer les mensonges et les « croyances au miracle » que vous colportez quasi quotidiennement, collectivement et individuellement - faute de réponse, vous êtes bien les dignes successeurs de ce que l'époque médiévale dénonçait déjà sous la formule : « Credo, quia absurdum » !

 

En effet, notre soi-disant époque moderne en est encore là : plus la croyance est absurde, plus on y croit, ainsi qu'il en va de l'avènement du paradis terrestre. Notre époque n'est donc en rien moins obscurantiste que toutes celles qui l'ont précédée, puisque y perdurent les croyances religieuses, métaphysiques, idéologiques et moralistes venues de la nuit des temps. Sauf à vous-même ou à quiconque, évidemment, de démontrer la fausseté des affirmations, qui parsèment le courrier adressé aux uns et aux autres, soit plus d'une trentaine de lettres - sans oublier de tenir compte de celle adressée en envoi recommandé avec accusé de réception à Alain Weill, le 16 juin dernier, et de celle du18 septembre 2008 à l'intention de  Nicolas Sarkozy, dont vous avez reçu copie. Toutefois, je n'entends pas reprendre ici, pour la énième fois, les arguments intellectuels et philosophiques déjà avancés pour établir vos mensonges et vos « croyances au miracle », mais seulement dénoncer l'usage partisan que vous en faites, en adoptant des postures de pseudo-vertueux, autrement dit de « faux-culs » - mais il ne vous est pas interdit de démontrer le contraire ! 

 

A propos de vos « croyances au miracle », vous fonctionnez dans un monde qui n'a aucune réalité sur Terre sauf à l'état de rêve, à savoir l'Idéal, par quoi j'entends l'Idéal « en soi », tel qu'il nous demeure à jamais inconnaissable. Or, précisément, votre penser superstitieux se fonde sur l' « absolutisation du relatif » - critère de la Superstition sous toutes ses formes - pour accréditer vos chimères et surtout condamner moralement les Autres, au nom d'un « Idéal en soi », que vous ne connaissez nullement. Ainsi, en réalité, vos condamnations moralisatrices, notamment celles pour « délit d'opinion », se fondent-elles seulement sur vos conceptions idéalisées, c'est-à-dire sur vos concepts « relatifs » fictivement érigés en absolu, autrement dit élevés mensongèrement au rang d'idéal - il s'agit assurément de vos représentations relatives de l'Idéal, mais jamais de l' « Idéal en soi », forcément !

 

Ouvrez vos yeux et vos oreilles sur la réalité quotidienne de notre monde, et où  constatez-vous que liberté, égalité et fraternité sont autre chose que de vains mots, pour reprendre ici l'expression utilisée par Jacques Chirac lui-même dans l'un de ses grands discours de la campagne présidentielle 2002, et parlant par ailleurs de rendre possible l'impossible - vous avez dit « débilité intellectuelle » ? Et vous n'auriez pas tort, comme il en va en toute occasion où la Foi prend le pas sur la Raison, notamment dans vos émissions - sinon, j'attends vos arguments contraires, intellectuellement et philosophiquement étayés, permettant d'accorder un quelconque crédit à vos « croyances au miracle » !

Certes, vous étiez encore en culottes courtes, lorsque je me suis laissé prendre comme bien d'autres à la soi-disant « rrrrupture » avec le capitalisme, dont on voit ce qu'il en est advenu trente ans et deux septennats socialistes plus tard - sans chipoter sur des cohabitations éphémères !

 

Loin de moi l'idée de reprocher à quiconque ses « croyances au miracle », aussi longtemps qu'elles ne sont pas instrumentalisées pour en tirer un profit personnel, comme c'est votre cas et celui des « Grandes Gueules ». C'est pourquoi je n'hésite pas à les dénoncer, mais il ne vous est surtout pas interdit d'en fixer un avènement autre que DEMAIN, toujours DEMAIN et seulement DEMAIN - d'ici-là, je maintiens qu'elles deviendront seulement réalité à la saint Glinglin, car on en a déjà connu bien d'autres, le communisme notamment, que le seul renversement d'un mur a suffi à ébranler !

 

Alors, fondées sur un si faible édifice, vos certitudes idéologiques devraient au moins vous dispenser de vos leçons de morale aux Autres : réservez-les donc à votre propre usage ! Et ne cherchez surtout pas à m'y mêler, car, contrairement à vous, je  ne cherche que le profit de LA Vérité éternelle absolue ;  et pour ce qui est de mon égoïsme, je lui ai déjà réglé son compte, puisque « plus égoïste que moi, tu meurs ! »

 

Par contre, jusqu'à preuve du contraire, l'émission « Les Grandes Gueules », ce n'est rien d'autre que le cours de catéchisme, fut-il prétendument universel. Tout y est, à savoir croyances au miracle et leçons de morale, et c'est pourquoi si vous aviez un brin d'honnêteté intellectuelle, sauf à démontrer la fausseté de mes accusations, vous vous saborderiez ; mais c'est tellement « juteux » de faire le catéchisme - à toutes les époques !

 

Dans l'attente de vos objections intellectuellement et philosophiquement étayées, à défaut de quoi vous confirmeriez votre intention délibérée de continuer à colporter les mensonges et les « croyances au miracle » du monde, donc à tromper et à manipuler l'opinion, je vous remercie de votre attention et vous prie d'agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Annexe : Mensonges et lâcheté des élites

 

 

 

Publié dans COURRIER "Médias"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article