« OTAN : "Autant en emporte le temps" ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 17 février 2009


Objet :

« OTAN : "Autant en emporte le temps" ! »

 

Monsieur François Bayrou

Mouvement démocrate

133 bis, rue de l’Université

75007 PARIS

Fax : 01 53 59 20 59

 

 Monsieur,

 

La chronique d’Olivier Duhamel, diffusée dans les « Matins » de France Culture du 16 courant, me donne une excellente occasion de vous rappeler l’abondant courrier adressé depuis des années, mais toujours sans réponse à ce jour, même s’il fut un temps, où vous ne craigniez pas de débattre sur l’islam et l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, par exemple.

 

Or, depuis mon courrier du 7 décembre 2004, comprenant la copie de ma lettre à Francis Vercamer, député UDF, et visant à attirer votre attention de responsable d’un parti politique sur les mensonges et les « croyances au miracle » de la superstition idéologique et moraliste, je suis bien obligé de constater que j’attends toujours vos objections, et a fortiori vos arguments intellectuels et philosophiques pour réfuter ma condamnation du penser superstitieux, tel que déjà amplement précisé.

 

Depuis lors, j’ai eu bien d’autres occasions de dénoncer vos prises de position, notamment durant la période de votre candidature présidentielle, mais le texte annexé, Mensonges et lâcheté des élites, vous montrera que je ne fais pas spécialement une fixation contre vous. En effet, j’ai également condamné nommément, preuves à l’appui, la lâcheté et la malhonnêteté intellectuelles de la quasi-totalité des soi-disant « élites » de l’époque, TOUS milieux confondus [Médias, responsables politiques, intelligentsia (prétendus intellectuels et pseudo-philosophes médiatisés) et associations droits de l’hommiste], pour dissimulation consciente de LA Vérité, autrement dit mensonge et tromperie de l’opinion – sauf à elles, à vous-même  ou à quiconque, évidemment, de démontrer le contraire !

 

Tous ces faiseurs d’opinion refusent, en effet, le seul et unique véritable débat d’idées, maintes fois proposé : celui qui ne consiste pas à opposer des points de vue relatifs et partisans à d’autres, tout aussi relatifs et partisans, mais à les confronter, TOUS sans exception, à LA Vérité éternelle absolue. Elle seule est effectivement en mesure, non seulement de mettre un terme ultime à notre penser relatif, ou penser du relatif, mais aussi d’invalider TOUTES les vérités relatives, toutes celles de notre contenu pensé, dans leur prétention à exprimer l’absolu,  réalité ou Vérité absolue ; et ce, du seul fait de leur multiplicité, de leurs contradictions ou de leur incohérence.


Comme vous trouverez toutes les précisions et tous les arguments justificatifs nécessaires plus qu’amplement développés dans le courrier adressé en envoi recommandé avec accusé de réception à Nicolas Sarkozy, le 18 septembre dernier, il ne tiendra donc plus qu’à vous-même de montrer sur cette base, voire de démontrer, vos désaccords sur des points très précis, et non secondaires, de ce très long exposé.

 

Après ce rappel sommaire distinguant relatif et absolu, je n’en suis que plus à l’aise pour montrer vos propres contradictions, votre incohérence, puisque, comme l’a souligné Olivier Duhamel dans sa chronique, vous soutenez aujourd’hui sur la participation de la France à l’OTAN une position diamétralement opposée à celle défendue hier. En effet, le chroniqueur de France Culture, entre autre, n’a pas hésité à rappeler que vous étiez alors un farouche adversaire du retrait de l’organisation atlantiste, décidé par le général De Gaulle.

 

Mais aujourd’hui, dans votre rôle assumé d’opposant numéro un à Nicolas Sarkozy - tellement juteux en prévision de 2012 -, vous dénoncez avec la même virulence la décision inverse consistant à demander le retour de la France dans le giron de cette organisation – vous avez dit « contradiction », ou incohérence ? ! Quoi qu’il en soit, vous aurez beaucoup de mal à démontrer que « dire tout et son contraire » est la manière la plus achevée d’exprimer LA Vérité – mais il ne tient qu’à vous d’essayer ! ! !

 

En conclusion, pour ne pas vous laisser porter seul le chapeau, je dois souligner qu’Olivier Duhamel a également réuni Alain Juppé et les socialistes dans la même contradiction, sans manquer de faire allusion à leurs points de vue intéressés dans l’une ou l’autre de leurs prises de position ; mais je crois vous avoir déjà exposé en long et en large ce qui concerne notre égoïsme inné, auquel « personne » n’échappe dans ses affaires d’amour, d’argent et de gloire - sauf les « vertueux », évidemment !

 

Dans l’attente de vos objections intellectuellement et philosophiquement étayées, qui ne devront pas manquer de tenir compte de la lettre et du texte annexés, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Annexe : Lettre du 18 septembre 2008 à Nicolas Sarkozy

[Remarque : Ce sont les mêmes qui reprochent à Nicolas Sarkozy de revenir sur ses décisions !] 

 

Publié dans COURRIER "Politiques"

Commenter cet article