« Tous les coups sont "bons" contre Sarko ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 9 février 2009

 

 

Objet :

« Tous les coups sont "bons" contre Sarko ! »

 

Monsieur Laurent Ruquier

Europe 1
26 Bis, rue François 1er

75008 PARIS

Fax : 01 47 23 19 00

 

[A l’attention des complices et ex-complices de la bande à Ruquier : Isabelle Alonso, Christine Bravo, Christophe Alévêque, Fabrice Eboué, Gérard Miller, Pierre Bénichou, Stéphane Pocrain, etc.]

 

Monsieur,

 

Après des années passées sur le service public à donner des leçons de morale à la France entière sur la seule base des croyances idéologiques et moralistes superstitieuses, tant de vous-même que de la plupart des membres de votre équipe, je suis bien obligé de constater, à la réécoute de la toute dernière rediffusion de votre émission, « On va s gêner ! », que vous ne perdez toujours pas une occasion de tirer à boulets rouges sur la droite en général, et sur Nicolas Sarkozy en particulier.

 

Je n’entends pas reprendre ici, toutefois, l’abondante argumentation utilisée précédemment pour dénoncer les mensonges et les « croyances au miracle » colportés sur France 2  au prétexte d’amuser la galerie, mais qui n’en servaient pas moins à faire culpabiliser la France et les Français sur la seule base du penser superstitieux « politiquement correct » du jour. Ceci ne vous empêchait pas pour autant de faire preuve également de votre nature humaine innée, à laquelle personne n’échappe – forcément ! -, et c’est ainsi que vous fûtes également pris au piège de la discrimination dans l’une de ses formes, celle qui constitue votre fonds de commerce idéologique et moraliste – la plus « juteuse », par ailleurs, aujourd’hui !

 

Du reste, votre ex-complice, Christophe Alévêque, vient encore de donner récemment la preuve sur RMC Info, également envers Nicolas Sarkozy, « par hasard », qu’il n’y échappait pas davantage que quiconque, et notamment tous les soi-disant vertueux « bien-pensants » de la bande à Ruquier, d’hier et d’aujourd’hui – il suffit seulement de vous écouter attentivement pour relever où le bât blesse en matière de superstition moraliste et de condamnations moralisatrices !

 

Je vous l’avais d’ailleurs suffisamment fait savoir, à l’époque, par un abondant courrier toujours sans réponse à ce jour, et sur le plan de l’honnêteté et du courage intellectuels vous n’avez donc rien à envier à la quasi-totalité des soi-disant « élites » du jour, tous milieux confondus [médias, politiques, intelligentsia et associations droits-de-l’hommiste], qui fait l’opinion, tout en refusant de confronter des points de vue seulement relatifs et partisans à LA Vérité éternelle absolue, telle qu’amplement explicitée dans le document annexé, Mensonges et lâcheté des élites

 

Après ce rappel sommaire de considérations générales contre le moralisme [Morale et condamnations moralisatrices des « Autres », au nom de LA Morale], j’en viens à l’émission rediffusée dans la nuit du 7 courant. Au cours de celle-ci, profitant de la question posée à deux auditeurs ainsi qu’aux membres de votre équipe, vous avez fait référence à la cérémonie de remise de la légion d’honneur à l’écrivain britannique J.K. Rowling par Nicolas Sarkozy, le 3 courant. Il n’y aurait pas grand-chose à dire de cet écrivain, sauf qu’elle est universellement connue pour avoir écrit un livre publié à prés de 350 millions d’exemplaires, Harry Potter en l’occurrence.

 

Toujours rien à redire jusque là, sauf que, vous avisant d’un propos a priori anodin du chef de l’Etat, vous n’avez pas laissé passer l’occasion pour relever au mieux une contradiction, mais surtout pour le faire passer pour un de ces nombreux adeptes du « dire tout et n’importe quoi », voire « tout et son contraire », auquel n’échappent pas davantage ceux qui pérorent à longueur d’antenne et de colonnes. Si vous en doutez, je tiens à votre disposition une remarque de Ségolène Royal, invitée à l’émission de France 2 du 8 courant, « 13h15, le dimanche… » - et bien d’autres encore, évidemment !

 

Pour votre gouverne, je me permets de vous faire remarquer que « dire tout et son contraire » n’est pas forcément une marque d’instabilité ou de faiblesse intellectuelle. En effet, dans notre monde où TOUT est en perpétuel mouvement, et donc en constant changement, chacun – responsables politiques compris ! – en est réduit à s’adapter en permanence à l’incessante modification de la planète, et donc à remanier éventuellement sa précédente façon de voir. La sempiternelle « réformite » parlementaire ou autre, ici et là dans le monde, n’a pas d’autre raison que l’adaptation continuelle au mouvement universel, même si celle-ci a toujours un train de retard sur la transformation continue du monde ! ! !

 

Certes, vous avez cité au mot près le propos de Nicolas Sarkozy, déclarant à l’intention du récipiendaire :

 

«Avec vous, ils [les jeunes] comprennent que la lecture n’est pas une punition mais une source de plaisir»

 

Toutefois, si vous en avez respecté la lettre, vous n’en avez pas moins trahi l’esprit – sauf à vous, bien entendu, d’établir, voire de démontrer, que la lecture est réellement une « source de plaisir » pour tous les écoliers de France, hormis celle de Harry Potter, précisément ! Même si j'attendrai longtemps une improbable démonstration contraire - car qui d’autre que moi vous l’a demandée ? -, vous n’en avez pas  moins atteint votre but, qui visait surtout à nuire au « tombeur » de votre ex-candidate préférée, et vous ne lui avez toujours pas pardonné cet affront - vous avez dit « mauvaise foi », ou « mauvais perdant » ? !

 

Pour corroborer mon accusation de colporter les mensonges et les « croyances au miracle du monde, je joins à ce courrier ma lettre du 18 septembre dernier à Nicolas Sarkozy, que je vous saurais gré de bien vouloir porter à la connaissance de Jean-Pierre Elkabbach.

 

Je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

 Annexe : Lettre du 18 septembre 2008 à Nicolas Sarkozy

 

Publié dans COURRIER "Médias"

Commenter cet article