JE ME MARRE ! ! !

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Je ne voudrais pas tirer sur une ambulance qui est déjà tellement mal en point qu'elle a manqué tous les grands virages nationaux depuis 1995, précisément l’époque où j'ai lâché le PS, et il faut croire que je n’étais pas le seul déçu de la prétendue « r.r.r.rupture » avec le capitalisme, dont la crise financière 2008 nous donne à voir ce qu’il en était advenu.

 

Hé oui, à mon grand regret si je devais en avoir, j'ai contribué à faire élire François Mitterrand en 1981 et en 1988, même si je dois admettre sans aucune réserve que son parcours est loin d’avoir été complètement négatif – forcément, dans un monde où « tout est relatif », il y a des avantages et des inconvénients dans TOUT – et vice-versa comme dirait ceux qui ne partagent pas les mêmes points de vue « égoïstes » ! En tout cas, s’il m'arrivait aussi de « rêver » en ces temps-là, au moins le Parti socialiste d’alors c'était quelque chose, pas le « foutoir » d’aujourd’hui ! ! !

 

Comme chacun, partisan PS, ou non, a pu suivre le congrès de Reims et ses avatars, je ne vais pas rentrer dans les détails, mais je ne peux manquer d'évoquer tous ces « TARÉS », avec à leur tête le « CHEF TARÉ », qui attendent toujours l'arrivée de ces « HEURES RADIEUSES », mais qui, comme soeur Anne, ne voient toujours rien venir... et ne verront JAMAIS rien venir de leurs croyances au miracle : « JE ME MARRE », mais je les laisse deviner de quoi, car ils ne sont tout de même pas complètement « TARÉS » ! ! !

 

Certes, « CONS » ils étaient hier, c'est-à-dire « NAÏFS, COCUS ET FRUSTRÉS » si vous préférez, et « CONS » ils seront encore DEMAIN, puisque, c'est bien connu, avec la Superstition en général, et la superstition idéologique en particulier, l’accomplissement des promesses de toutes sortes est sans cesse renvoyé à DEMAIN, toujours DEMAIN, seulement DEMAIN, à la saint Glin-glin ! ! !

 

Eux, n’ayez aucun doute là-dessus, ils vont continuer à « CROIRE » - au miracle ! -, malgré la cacophonie et l’absence de projet commun entre socialistes, et a fortiori entre gens de gauche - un comble ! En clair, ils n’arrivent pas à se mettre d’accord entre eux, voire « ils se traitent », comme chantait Nougaro,  mais ils vous promettent de changer le monde, alors qu'ils en sont incapables seulement sur le papier ! Ils auraient bien tort de se gêner, d'ailleurs, aussi longtemps qu’ils auront à faire avec des « gogos » prêts à « CROIRE » toutes leurs sornettes de lendemains qui chantent dans un monde devenu miraculeusement « IDÉAL. » !

 

Ils sont rares, et méritants, compte tenu du matraquage mediatico-politique du « politiquement correct » d’aujourd’hui, ceux qui ont médité avec profit ce propos d’un ex-communiste célèbre revenu de ses illusions de jeunesse, Yves Montand en l’occurrence, assimilant à juste titre la croyance idéologique à la croyance religieuse, puisque fondée sur la même FOI d’un paradis « à venir » ; et ce, au détriment de la RAISON la moins poussée. Puisse sa déclaration ci-après faire revenir à la raison nombre de « croyants au miracle », dont il a pu dire sans être démenti :

 

« Ils croient au socialisme d’une manière religieuse, comme j’y ai cru moi-même d’une manière religieuse » !

 

Dans les deux cas de paradis promis, en tout cas, ils ne seront même plus là pour savoir, et ils mourront donc  « NAÏFS, COCUS et FRUSTRÉS », comme ils ont vécu ! ! !

 

Mais si au moins, dans leurs « croyances au miracle », ils ne prenaient pas leurs contemporains pour des « DEMEURÉS » en usant d’arguties pour vendre leur salade, les jours de grève des enseignants par exemple, ils laisseraient un mince espoir de voir les comportements s’améliorer, ce qui est la condition sine qua non  d’accréditer quelque peu leur croyance au miracle de monde meilleur, d’un autre monde, d’un monde juste et autres fariboles !

 

Or, ils s’enfoncent tellement dans leurs mensonges qu’un enfant de six ans, privé d’école pour fait de grève syndicale partisane, pourrait leur demander : « Dites-moi, Monsieur le maire de Paris, de Lille, de Lyon, de Toulouse et autres villes de gauche, comment se fait-il que les maires de villes de droite, Saint Quentin excepté paraît-il, trouvent le personnel nécessaire pour veiller sur nous, pendant que d’autres défilent, sans craindre d’incidents quelconques, par ailleurs pas encore survenus depuis que la loi Darcos en la matière s’applique ?

 

Non seulement ils mentent pour convenance idéologique, mais ils n’ont même pas cure de la démocratie : ils vont même, dès que le résultat du scrutin leur déplait, à demander de procéder à un nouveau tour de piste, en espérant qu’il leur sera plus favorable ; et ça, c’est précisément le fait d’une madone, qui vous promet d’instaurer un « ordre juste » sur la planète entière !

 

Et si ce n’était que ça ! Elle est même capable de vous faire culpabiliser, y compris un des grands barons régionaux, pour propos discriminatoire, puis tout bonnement de l’enrôler dans son staff, quelques mois plus tard : vous avez dit « incohérence » ? ! Oui, et ce n’est pas pour rien que l’objet de ma lettre du 12 juin 2007 à Ségolène Royal, une parmi la quinzaine toujours sans réponse à ce jour, s'intitulait « La France l’a échappé belle ! »

 

Evidemment, je n’ai aucun doute que les « croyants au miracle » continueront encore à croire en la réalité possible un monde parfait avec des humains imparfaits, car: comme dit l‘autre : « C’est congénital chez eux » - et ce terme, pour autant qu’il soit aléatoire, n’en est pas moins opportunément approprié à leur penser superstitieux ! ! ! !

 

Un, qui doit bien se marrer aussi, c'est Jean-Luc Mélenchon, fort de son départ tonitruant, mais qui risque de réussir son pari...

Publié dans BILLET DU JOUR

Commenter cet article