« Franc-maçonnerie : discrétion… secret… et "zéribinette" » [FIN]

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 26 février 2008

Objet :
 « Franc-maçonnerie : discrétion… secret… et "zéribinette" »


Monsieur Karim Zéribi,
RMC Info
« Les Grandes Gueules »
12, rue d’Oradour sur Glane
75015 Paris
Fax : 01 71 19 11 90
Courriel :
http://www.rmcinfo.fr/
 
[A l'attention d’Alain Weill, président du groupe NextRadioTV (RMC Info, BFM, BFMTV et Groupe Tests), de la Direction et de la rédaction de RMC Info, de Jean-Jacques Bourdin, de Guillaume Cahour ainsi que des bien-pensants censeurs conformistes autoproclamés Grandes Gueules [Alain Marschall, Olivier Truchot, André Daguin, Anna Salabi, Bernard Debré, Claire O’Petit, Christian Lehmann, Gaston Kelman, Jacques Maillot, Sophie de Menthon, etc.], qui colportent les mensonges et les « croyances au miracle » de la pensée superstitieuse « politiquement correcte » dans tous ses modes d’expression, sans avoir pour autant le courage intellectuel de débattre sur le fond] 

FIN
 
Monsieur,

En préambule, j’affirme, avec l’aide de l’histoire des loges et des obédiences maçonniques au cours des siècles, que la franc-maçonnerie est une véritable « auberge espagnole », par quoi j’entends qu’elle raconte tout et son contraire, ce qui suffit à lui récuser toute prétention « philosophique ». Que comprenez-vous d’ailleurs à la philosophie, à la « vraie » philosophie, celle qui n’est ni le scientisme matérialiste ni la pseudo philosophie theologico-scolastique ou spiritualisme religieux de Descartes ou de Kant ? Rien !

Vous le montrez en tombant sans cesse dans la Superstition, c’est-à-dire en « absolutisant le relatif », en faisant passer le relatif pour vérité absolue. Or ceci est précisément la caractéristique du penser superstitieux, qui va même jusqu’à croire pouvoir transposer l’Idéal dans le quotidien, tant dans les croyances idéologiques d’un monde « idéal » à venir que dans la prétention de régler « sur mesure », idéalement, le climat de la planète pour l’éternité !

Pourtant, ce n’est pas faute de m’en être amplement expliqué au fil de mon courrier dénonçant sans cesse les mensonges et les « croyances au miracle » de la Superstition sous toutes ses formes. Mais les « Grandes Gueules », comme leur nom l’indique, sont bien au-dessus de tout cela, puisqu’il leur suffit pour avoir raison de crier plus fort que les autres ! ! ! Si vous aviez écouté, ou tout au moins cherché à comprendre, vous, à titre individuel et collectivement, n’en seriez plus au stade de dire tout et son contraire, comme il en va de la franc-maçonnerie ainsi que l’illustre si bien son histoire. 

Par exemple, pour s’en tenir à une époque relativement récente - au vu de celle des bâtisseurs de cathédrales -, et sauf à vous de contredire la présentation historique de cette, de « vôtre ! », confrérie, dans l’Encyclopedia Universalis, vous ne pourrez pas nier que la Grande Loge unie d’Angleterre identifie le Grand Architecte de l’Univers au Dieu personnel de la religion judéo-chrétienne ; et pas davantage le credo de 1924 des loges new-yorkaises déclarant : « Il existe un Dieu unique, père de tous les hommes, et la Sainte Bible est la grande Lumière en maçonnerie, et la règle et le guide pour la foi et la pratique -"religieuse" ? ! »

A supposer même que vous avanceriez le rejet de toute religiosité par votre propre loge d’appartenance, et invoqueriez l’œcuménisme manifesté au sein d’une même loge dans notre époque qui se veut consensuelle, il n’en demeure pas moins que l’aspect religieux est fondamental dans certaines obédiences. Ceci suffit à établir l’incohérence de pensée d’un mouvement, qui voudrait faire croire à son unité, alors que rivalités internes et schismes ont jalonné son histoire et se perpétuent.

Même dans cette dernière hypothèse, d’ailleurs, l’enseignement de la franc-maçonnerie ne peut pas davantage prétendre s’élever au rang de philosophie. En effet, remplacer le concept de « Grand Architecte de l’Univers », par trop teinté de religiosité, pour admettre l’existence d’un principe « organisateur du chaos », c’est tout simplement mettre une forme de la Superstition à la place d’une autre, à savoir la métaphysique matérialiste en lieu et place de la religion ; la franc-maçonnerie continue donc à se fonder sur le penser superstitieux : vous avez dit « philosophie » ? ! 

NON, évidemment ! En effet, dans un cas comme dans l’autre, la doctrine maçonnique, qu’elle quelle soit – et les rationalistes anticléricaux n’ajoutent rien à l’affaire ! -, n’échappe pas à l’idée superstitieuse d’un soi-disant commencement « absolu » » de notre monde, d’une prétendue cause première extra-mondaine, alors que la « vraie » philosophie n’a pas besoin de cette hypothèse superstitieuse ! Je pense avoir ainsi établi que la franc-maçonnerie, dans la totale multitude de ses loges et de ses obédiences, ne peut en aucun cas être une association philosophique - ni aujourd’hui ni demain, sauf à vous ou à quiconque de démontrer le contraire ! Il n’est par ailleurs interdit à personne d’établir la fausseté de la démonstration more geometrico de Spinoza sur ce qu’il nomme « Dieu », ou substance, dans la première partie de son Éthique ! ! !

Evoquer le mot « éthique » me conduit au deuxième point, à savoir la contradiction flagrante entre les paroles et les actes, constatée chez tous les « vertueux autoproclamés », dont vous faites partie, qui confondent éthique et morale. Comme je m’en suis plus qu’amplement expliqué dans l’abondant courrier antérieur, toujours à votre disposition, je ne vais pas rappeler ici les trois fictions moralistes sur lesquelles continue de fonctionner la société humaine universelle depuis la nuit des temps, comme la condamnation à mort de Socrate et du Christ suffit à l’attester. Pour montrer la distinction radicale entre éthique et morale, communément confondues, je me borne à souligner que le terme « morale » ne se rencontre pas une seule fois dans l’Éthique, pas plus que le Christ ne donnait des leçons de morale – son comportement était donc réellement « éthique » !

Or vous, les « vertueux autoproclamés », ne serait-ce que par vos distributions de bons et mauvais points en matière de morale, de ce qu‘il serait « absolument » bien de penser, de dire et de faire, vous utilisez LA Morale comme une arme contre les Autres, mais jamais contre vos propres comportements ou ceux de votre camp, quel qu’il soit ; et les exemples abondent ! Comme tous les « vertueux » de toutes les époques, vous reprochez aux Autres ce que vous-mêmes faites dans l’anonymat de votre quotidien, mais qui se révèle parfois publiquement, lorsque l’ego conduit à s’exprimer sur une station de radio. 

Vous en donnez personnellement l’exemple à propos de la « transparence », au sens actuel du terme, puisque vous n’avez même pas l’honnêteté ni le courage intellectuels de dire, clairement et sans ambiguïté : « Oui, je suis franc-maçon » ; et sur ce vous exigez des Autres d’être « transparents » ! Vous avez dit « hypocrite », c’est-à-dire fervent pratiquant du « deux poids, deux mesures », adepte de la devise « Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais » ? ! 

OUI , hypocrite sans aucun doute, même si vous avez tout loisir de le nier, puisque le grand avantage de l’hypocrisie est de pouvoir « masquer » l’exacte réalité sur soi-même. Sauf, toutefois, lorsque des « vertueux » au-dessus de tout soupçon se trouvent piégés par des caméras : innocemment dans les émissions de « La caméra cachée » ou de « Surprise sur prise », mais dans un but très « juteux » par le procédé dit de « testing ». Toutefois, il n’a même pas été nécessaire d’y recourir pour établir la malhonnêteté - pas seulement intellectuelle ! - de la « vertueuse » association, SOS Racisme, avérée par la subornation de témoins dans une affaire criminelle et par des magouilles financières douteuses.


Comme le dit Claire O’Petit, à juste titre : « C’est quelque part aussi… « humain » - et je n’en disconviens pas ! Certes, alors dans ce cas-là, dispensez-vous de vos condamnations « moralisatrices » des Autres : commencez donc par vous juger et ne jetez plus la pierre à quiconque sur le plan moral, au nom de l’Idéal : vous n’êtes pas « meilleurs » que les Autres, moralement parlant ! Si vous en doutez dans votre autoglorification permanente, je vous renvoie à la question de l’égoïsme humain, déjà  amplement et fréquemment développée ailleurs ! ! !

Ainsi, vous-même faites un grand discours pour expliquer la différence entre le relationnel et la cooptation, mais démentiriez-vous que le recrutement de nouveaux membres, au sein de la franc-maçonnerie, se fait par « cooptation», comme il en va dans un banal club de tennis, par exemple, où un parrainage peut être exigé ? Votre participation aux « Grandes Gueules » relève-t-elle du relationnel ou de la « cooptation », donc d’une quelconque forme de favoritisme ? Il n’est pas donné à tout le monde de passer si rapidement, par son seul mérite, du statut de contrôleur de la SNCF à la porte de l’Assemblée nationale. Je ne saurais vous reprocher la manière, quelle qu’elle soit, si vous n’aviez la mauvaise idée de condamner moralement les Autres - et ce apparemment, sans grand espoir de vous voir changer !

 
Je profite de l’occasion pour rappeler un fait déjà ancien, dont vous ne manquerez pas de vous souvenir, mais qui n’en témoigne pas moins d’une pratique abusive, au sens où l’on pourrait parler d’ « abus de position dominante » : en l’occurrence, profiter de l’antenne de RMC Info pour relater une anecdote, d’ordre strictement personnel, et prendre à témoin des auditeurs, qui n’étaient en rien concernés par votre vie privée. Rien, là, par conséquent, d’un comportement exemplaire, tel que vous semblez l’exiger des Autres, et en particulier toujours de ceux du camp d’en face ! 

A ce propos, j’attends encore votre première condamnation - sur le fond - de Ségolène Royal, et tout particulièrement de sa fallacieuse promesse d’instaurer un « ordre juste », absolument juste, ce qui est une « aberration intellectuelle et philosophique » mensongère – sauf à vous ou à quiconque d’établir le contraire ! Puisque vous semblez tellement convaincus de l’impartialité de votre émission, au point d’organiser un sondage pour déterminer la tendance idéologique générale des intervenants, qu’attendez-vous pour suivre ma proposition de mettre, face à la « France de Nicolas », une chronique « La France des socialistes », qui permettrait de mesurer les progrès accomplis depuis dix mois dans la réforme du Parti socialiste et le choix de son leader ? A ce propos d’ailleurs, je vous invite à réécouter l’entretien de Julien Dray avec Olivier Truchot, et vous constaterez à quel point le candidat au poste de Premier secrétaire est nettement moins « sectaire » que la plupart des participants, y compris vous-même : il donnerait presqu’envie de « redevenir socialiste » ! ! ! 

Je reviens à ce jour, dont vous serez mieux à même que moi de préciser la date, où vous être venu « pousser un coup de gueule », selon l’expression utilisée en préambule, à cette occasion. S’agissait-il, comme les auditeurs auraient pu s’y attendre, de pousser un coup de gueule contre le comportement « scandaleux » de telle ou telle élite, contre telle ou telle décision économique, sociale, sociétale, etc. ?
Nenni, vous êtes venu dénoncer le « scandale » d’avoir vu débarquer la police chez votre ami Jean-Pierre, avocat, à une heure avancée de la nuit, parce que des riverains s’étaient plaints du tapage nocturne provenant de cette habitation – votre argument de défense se résumant, alors, à dire en substance : si on ne peut plus faire tranquillement la fête entre amis, dans quel pays sommes-nous ? ! A moins que vous n’ayez cru convaincre les auditeurs que la police avait débarqué sans raison : une vengeance anonyme, en quelque sorte !

Vous semblez oublier, lorsque cela vous arrange, que nous sommes « théoriquement » dans un pays de droit, où les passe-droit sont précisément « en principe » interdits à quiconque, fut-il le richissime roi d’Arabie Saoudite ! La devise « selon que tu seras puissant ou misérable » est apparemment chez vous à géométrie variable, en fonction de ce qui vous arrange ou vous dérange ! Vous appartenez bien au camp des « vertueux » que je dénonce, pour la simple raison qu’ils ne le sont pas – forcément, et qui leur en voudrait ? ! -, et qu’ils se permettent néanmoins de donner des leçons de morale fondées seulement sur des fictions servant à faire culpabiliser les Autres pour leur plus grand profit, comme l’éclosion du communautarisme ne cesse de l’illustrer, fut-ce en ordre dispersé ! 

Le jour, où ils accepteront simplement d’en débattre, ils ne seront ni plus ni moins vertueux qu’auparavant, mais ils auront par là considérablement modifié leur égoïsme naturel, et le monde ne pourra que mieux s’en porter ! ! ! D’ici-là, le résultat espéré par la franc-maçonnerie, qui se veut une « voie de formation de perfectionnement humain », n’est pas pour demain – sauf à vous de commencer par renoncer à vos condamnations moralisatrices partisanes basées uniquement sur des fictions morales, telles que maintes fois rappelées ! 

Je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur, mes salutations distinguées.

Annexe : Mensonges et lâcheté des élites

Publié dans COURRIER "Médias"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article