« Ni crédibles "intellectuellement", a fortiori philosophiquement, ni "moralement", bien entendu ! »

Publié le par Sylvain Saint-Martory

Le 26 janvier 2008
 
Objet :
 « Ni crédibles "intellectuellement", a fortiori philosophiquement, ni "moralement", bien entendu ! »
 
 
RMC Info
« Les Grandes Gueules »
12, rue d’Oradour sur Glane
75015 Paris
Fax : 01 71 19 11 90
Courriel :
http://www.rmcinfo.fr/
 
[A l'attention d’Alain Weill, président du groupe NextRadioTV (RMC Info, BFM, BFMTV et Groupe Tests), de la Direction et de la rédaction de RMC Info, de Jean-Jacques Bourdin, de Guillaume Cahour ainsi que des bien-pensants censeurs conformistes autoproclamés Grandes Gueules [Alain Marschall, Olivier Truchot, Anna Salabi, Bernard Debré, Claire O’Petit, Christian Lehmann, Gaston Kelman, Karim Zéribi, Jacques Maillot, Sophie de Menthon, etc.], qui colportent les mensonges et les « croyances au miracle » de la pensée superstitieuse « politiquement correcte » dans tous ses modes d’expression, sans avoir pour autant le courage intellectuel de débattre sur le fond]
 
 Mesdames, Messieurs,
 
L'objet de ce courrier m'est inspiré par la question soulevée lors de l'émission du 23 courant sur l'opportunité de faire noter les enseignants par leurs élèves, mais vous pouvez bien vous douter que la vingtaine de lettres, adressée en vain aux uns et aux autres depuis le 2 décembre 2004, avait également un fondement concret. 

Sur la question d’aujourd’hui, mon intention n'est pas de faire connaître mon opinion sur le fond, mais soyez certains qu'elle risquerait de vous surprendre, tout en vous montrant qu'elle se pose avec trente ans de retard, comme je pourrais le prouver, mais je préfère vous laisser dans le doute. J'entends ici montrer seulement combien cet auditeur pugnace était dans le vrai, en déclarant, très récemment à juste titre : « Vous dites beaucoup de bêtises, vous les GG ! », et encore ne pouvait-il soupçonner l’ampleur des croyances superstitieuses que je n’ai de cesse de montrer et de démontrer.

Contrairement à ce que vous seriez peut-être tentés d’objecter pour justifier votre silence et votre refus de débattre depuis des années, à savoir mettre en avant l’insignifiance et la fausseté de mes points de vue et de mes démonstrations, je suis conduit à vous rappeler, une nouvelle fois, ce court extrait de ma lettre du 23 décembre dernier, qui vous mettait sans ambiguïté au pied de mur – mais, toujours en vain !
J’écrivais notamment à ce sujet :
« En effet, si vous disposez réellement de l’argumentation - de fond ! -, nécessaire pour établir la fausseté de mes affirmations et démontrer que vos diverses prises de position relatives « fictivement absolutisées » ne sont pas seulement inspirées par votre penser superstitieux, comme je le dénonce sans cesse, je me demande ce que vous attendez pour me « clouer le bec » - au figuré, bien entendu, car en d’autres temps, d’autres superstitieux comme vous ont « cloué », au sens propre, quelqu’un qui n’avait à la bouche que LA Vérité absolue. » [Fin de citation]
 

L’émission incriminée témoigne que vous n’êtes pas crédibles « intellectuellement », car elle confirme que vous procédez bien souvent par approximations, au point même que Bernard Debré, d’ordinaire plus avisé, a parlé d’ « inspecteurs d’académie » en lieu et place des inspecteurs généraux habilités à évaluer les capacités pédagogiques des enseignants ; certes, un détail apparemment anodin, mais de l’un à l’autre du même acabit, on parvient rapidement à la désinformation ! 


Ainsi l’atteste l’inexactitude du propos de cet ancien contrôleur de la SNCF, devenu « faiseur d’opinion » officiel, parlant des visites « annoncées » des inspecteurs pédagogiques, et préconisant dès lors des inspections inopinées, ce qui ne l’empêche pas néanmoins de proposer l’instauration de certificats d’aptitude pédagogique triennaux pour juger de la compétence des enseignants. 


Outre la complexité et les moyens matériels exigés, à quel titre se permet-il une de ces recommandations dont les GG en général, et Jacques Maillot en particulier, sont si friands, alors que les uns et les autres colportez à longueur de temps mensonges, voire ragots, et « croyances au miracle » ? Si vos émissions étaient soumises à un contrôle de qualité informationnelle « neutre » par un jury populaire, il y a longtemps que vous auriez mis fin à vos discussions de café du commerce, mais il est vrai que même un jury populaire n’entraîne pas de facto une totale neutralité. En tout cas, l’ambition politique n’est pas la meilleure garantie d’éviter de dire n’importe quoi, intellectuellement et philosophiquement parlant, ainsi que le soi-disant « ordre juste » de Ségolène Royal et le « tout devient possible » de Nicolas Sarkozy le confirment indéniablement. 


Il faudrait d’ailleurs commencer par appliquer cette recommandation à tous les « faiseurs d’opinion » sans exception, car ils ne sont pas les deniers à montrer leur incompétence professionnelle lorsqu’ils colportent les mensonges et les « croyances au miracle » de la Superstition dans ses divers modes d’expression maintes fois dénoncés : religion, métaphysique matérialiste et spiritualiste, idéologie et moralisme, sans jamais accepter cependant d’en débattre.
D’où tiennent-ils donc, d’où tenez-vous, la légitimité à faire l’opinion, dès lors que vous contribuez sciemment à l’œuvre funeste de désinformation de la Superstition qui divise au lieu de rassembler, en opposant des points de vue partisans, mensongèrement présentés comme vérité absolue, à d’autres également relatifs et partisans, tout en craignant de les confronter à l’Absolu, à LA Vérité absolue, laquelle suffit à tous les invalider dans leur prétention à parler vrai, « absolument vrai » ?
 
Parler plus fort que l’autre ne change rien sur le fond pour faire avancer LA Vérité, aussi longtemps qu’un mensonge est opposé à un mensonge contraire ! Ainsi, à l’aune de votre penser superstitieux, il y aurait peu de chances de vous voir obtenir le certificat d’aptitude professionnelle donnant droit à « faire l’opinion » - sauf à n’importe lequel d’entre vous de démontrer la fausseté de mes affirmations dénonçant toutes les formes de la Superstition dans lesquelles vous tombez ; rassurez vous toutefois, puisque vous êtes sur ce plan les égaux de Bernard-Henri Lévy – sauf à lui d’apporter la preuve du contraire ! ! !


Au delà des inexactitudes mineures relevées ici, je rappelle que l’un d’entre vous, Gaston Kelman en l’occurrence, est allé jusqu’à nier publiquement que toute chose humaine, fut-ce la période coloniale, présente, à la fois, du « pour », du positif, des avantages, et du « contre », du négatif, des inconvénients, sans que personne parmi vous n’aille à l’encontre de cette preuve indéniable de la « débilité intellectuelle » de l’époque. Certes, il y en bien d’autres contre lesquelles vous ne vous élevez pas davantage, car pour vous, il suffit de parler plus fort que les autres pour avoir raison ! 


Quand on en est intellectuellement au stade de nier une vérité intemporelle sans démontrer le contraire, il n’est pas indispensable de fournir d’autres exemples pour établir que vous n’êtes pas « intellectuellement » crédibles pour faire l’opinion ! Vous le confirmez sans cesse en bafouant l’information objective, idéalement objective, que vous prétendez incarner, alors que l’Idéal n’est définitivement pas de ce monde. Ainsi, lorsque vous faites ressortir seulement les inconvénients inhérents à toute situation donnée sans présenter en même temps ses avantages tout aussi inéluctables, vous êtes des faiseurs d’opinion partisans, non objectifs, parce que privilégiant « égoïstement » le point de vue qui vous arrange – en matière de discrimination notamment, car c’est très « juteux » de faire culpabiliser les Autres, fut-ce au prix de mensonges ou d’incohérence ! 


Faute de pouvoir présenter une information « parfaitement » objective, relevant seulement de l’utopie, votre crédibilité serait toutefois plus grande, dès lors qu’elle serait plus équilibrée, moins partisane, en examinant intellectuellement, et non « moralement », toute situation donnée en confrontant les arguments « pour » et « contre » de toute chose humaine - sauf à vous de vous présenter comme de simples lecteurs de nouvelles « sans argumentaire » !

 
Analysé de cette manière, le racisme et l’antisémitisme, formes seulement particulières de la discrimination dans ses multiples critères, s’avèreraient être seulement un conflit d’intérêts de toutes sortes, selon que ceux-ci sont, ou non, contrariés de différentes façons ! Le moralisme, lui, ne s’embarrasse pas de fioritures pour jeter ses anathèmes partisans, il lui suffit d’appliquer bêtement un catéchisme qui a tout prévu – sauf les incohérences ! Vous avez dit « intellectuel » ? !


Que vous ne soyez pas crédibles « philosophiquement », quelques lignes suffisent à l’attester ! Non seulement vous ne pouvez pas, ou plutôt ne voulez pas, admettre que tout est relatif dans notre monde, mais vous tombez ainsi dans le péché capital de l’entendement humain en « absolutisant le relatif », c’est-à-dire en faisant passer par votre parole, fictivement, mensongèrement, le contenu seulement relatif pensé dans et sur (à propos de) notre monde pour la Vérité absolue ! 


Pour témoigner de votre non-crédibilité « philosophique », je tiens à votre disposition la transcription littérale d’un morceau d’anthologie radiophonique de superstition religieuse, où les intervenants du jour ont élevé à l’absurde leur croyance en la puissance maléfique du « diable » - voire du « tchetane » ! Je n’insiste pas davantage, car vous disposez de ma lettre du 14 août dernier, ayant pour objet « Superstition religieuse et "débilité intellectuelle" partisane : Assez de mensonges et de manipulation ! », dans laquelle je démontrai philosophiquement pourquoi la religion, et pas davantage le scientisme matérialiste que le spiritualisme kantien, ne pouvait prétendre dire LA Vérité absolue. Quand vous aurez répondu sur le fond avec des arguments « convaincants » fondés sur la Raison, et non sur la Foi, je serai peut-être amené à réviser mon opinion !


Alors, seriez-vous plus crédibles « moralement » ? Être intentionnellement partisan suffit à le récuser, car vous ne pouvez plus prétendre ne pas savoir que vos condamnations moralisatrices « politiquement correctes », c’est-à-dire à sens unique et fondées sur le « deux poids, deux mesures », sont un déni de vérité. En conséquence, jusqu’à preuve du contraire, que je sache, un « menteur » n’est pas considéré comme un parangon de vertu - tellement peu, d’ailleurs, que les menteurs vont même jusqu’à reprocher aux Autres leurs mensonges ! Vous avez dit « débilité intellectuelle » ? !

Votre refus obstiné de débattre, témoignant d’un manque flagrant d’honnêteté et de courage intellectuels, ne confirme nullement davantage une quelconque « crédibilité morale » ; pas plus que ne l’atteste le « ragot » colporté sur Xavier de Fontenay, tendant à le faire passer pour un « pédophile » sur la foi d’un témoignage anonyme invérifiable, l’animateur du jour allant même jusqu’à parler de jeunes filles de seize ou dix-sept ans, alors que chacun sait bien qu’il faut avoir au moins dix-huit ans pour postuler au titre de Miss France. [Cf. lettre « "Ragot" et moralisme » du 25 décembre dernier.
 
Peut-on parler de crédibilité « morale », lorsqu’un étudiant en philosophie est brutalement interrompu, alors qu’il s’apprête à dénoncer devant Mouloud Aounit l’utilisation intellectuellement malhonnête du terme « islamophobie », tandis que l'intervenante suivante, de surcroît adhérente du MRAP, a pu tout à loisir faire passer Mouloud Aounit pour un républicain et un démocrate ? [Cf. lettre du 9 février 2006, toujours sans réponse - comme dab !] 

D’une manière très générale, vous n’êtes simplement pas crédibles « moralement », du seul fait que vous vous présentez hypocritement en « vertueux » pour donner des leçons de morale aux Autres – sinon, en vertu de quelle autre légitimité ? En effet, comme l’atteste l’abondant courrier adressé sur ce point, vous ne pouvez pas prétendre ignorer la véritable réalité de notre nature humaine caractérisée par notre égoïsme inné, tel qu’il se manifeste dans nos affaires d’amour, d’argent et de gloire ou honneur-vanité, et auquel n’échappe aucun des six milliards d’humains d’aujourd’hui, comme il en sera des neuf milliards, voire beaucoup plus, d’individus de demain - la terre serait-elle peuplée de cent milliards d’habitants qu’il y aurait cent milliards d’égoïstes, au sens du terme amplement précisé à de multiples reprises ! ! !

Ceci ne vous dispense pourtant pas, en vous fondant sur les fictions du moralisme, de dicter un Bien et un Mal soi-disant absolus en répétant comme des perroquets ou comme au catéchisme, fut-il prétendument universel dans son application, ce que les puissants du jour décrètent comme étant ce qu’il serait « absolument » bien ou mal de penser, de dire et de faire ! Regardez-les eux-mêmes agir, et vous constaterez qu’ils ne sont pourtant comme vous que de « vertueux » hypocrites ou inconscients, c’est-à-dire toujours seulement en parole, pas en acte ! ! ! 

Certes, cela ne va pas sans contradictions et incohérence, dès que l’on distingue fictivement les bons, les antiracistes, et les mauvais, les racistes, mais les puissants du jour le sont suffisamment pour faire oublier ou taire que les soi-disant antiracistes d’ici se distinguent ailleurs comme racistes dans la purification ethnique au Darfour et en d’autres contrées du continent africain avec ses conflits interethniques et interreligieux, ainsi qu’au Proche-Orient entre peuples frontaliers, depuis bientôt soixante ans. Le terrorisme intellectuel de l’époque est toutefois si puissant qu’il bâillonne encore aujourd’hui la voix de LA Vérité éternelle absolue, exempte de toute contradiction et de toute incohérence, comme il en fut hier pour réduire au silence Socrate, le Christ, Giordano Bruno et Spinoza, entre autres.
Sans aller chercher ailleurs leur preuve de racisme, ces soi-disant antiracistes d’ici font montre de discrimination envers les autres, même et y compris sur des critères ethniques, comme l’a illustré ce propos du directeur d’une école juive du 19e arrondissement, affirmant : « 98% des agressions contre mes élèves sont le fait de musulmans » [France 5, émission « C dans l’air »], sans oublier pour autant le sport national des banlieues, à savoir les tournantes et autres comportements sexistes, quand cela ne va pas même jusqu’à brûler vive des récalcitrantes ! Vous avez dit « vertueux » ou « débilité intellectuelle » de l’époque ? 

 


Votre discours moralisateur à sens unique est le contraire même de la « crédibilité morale » ; en effet, pour juger et condamner moralement les Autres, il faudrait être d’abord soi-même irréprochable – sinon encore une fois, quelle est votre légitimité pour ce faire ! ! ! Or, un individu irréprochable, a fortiori un groupe d’individus, s’il a jamais existé – pas même le Christ, pâtissant de son égoïsme naturel inéluctable qui lui était insupportable -, se garde bien de juger et condamner moralement les Autres ; a contrario vos condamnations moralisatrices pour délit d’opinion notamment suffisent à attester que vous êtes tout sauf « irréprochables » - pour la énième fois, d’où tirez-vous donc votre légitimité à faire culpabiliser les Autres ? ! 

Quand vous commencerez, les uns et les autres censeurs conformistes bien-pensants, à admettre que tous les humains sans aucune exception n’agissent qu’en fonction de leur égoïsme inné, vous ne les aimerez sûrement pas tous pour autant, mais vous agirez au moins de façon cohérente. 

Ainsi, par exemple, cet important actionnaire d’un hebdomadaire chrétien cessera-t-il peut-être de juger et de condamner moralement les Autres sur la seule base de leurs opinions – il deviendra ainsi fidèle à la Parole véritable du Christ : pas celui dont la foule superstitieuse a fait le fondateur d’une religion, qui a usurpé son nom, en pervertissant son Verbe, mais le mystique authentique, qui a essayé d’aimer tout le monde – mal lui en a pris ! 

De même, un autre « vertueux » de l’émission, conduit enfin davantage par la réflexion que par son esprit partisan, méditera-il plus avant sur l’adage : « Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais », utilisé à son encontre peu de temps auparavant pour établir son comportement hypocrite à géométrie variable. [Cf. lettre du 7 janvier 2008 à Karim Zéribi]

Pour en terminer sur le plan moral, moralisateur, vous aurez beau me faire tous les reproches que vous voudrez, il y a déjà bien longtemps que je les connais avant vous, car il n’est pas si difficile de reconnaître sans honte ni culpabilisation que « plus égoïste que moi, tu meurs », et que je ne suis donc pas meilleur que les Autres ! C’est pourquoi ce n’est pas votre égoïsme que je vous reproche ainsi qu’à tous les menteurs nommément désignés en annexe, c’est votre « hypocrisie », que je dénonce ! 

Dans l’espoir que vous finirez bien, en quelques décennies, à modifier tant soit peu votre égoïsme naturel, je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations distinguées. 

Annexe : Mensonges et lâcheté des élites

[Les éventuels défauts de présentation sont indépendants de ma volonté]

Publié dans COURRIER "Médias"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article